Cet ado américain est-il vraiment parvenu à la fusion nucléaire ?

Science

Par Felix Gouty le

Il s’appelle Jackson Oswalt et avait à peine 13 ans lorsqu’il est parvenu à fusionner deux atomes de deutérium en un atome d’hélium dans sa maison familiale de Memphis. Il est aujourd’hui reconnu comme la plus jeune personne à avoir pratiqué la fusion nucléaire.

Credits : Kevin Scott Ramos / Guinness World Records.

Il a attendu près de trois ans pour que son expérience soit validée et reconnue. Et aujourd’hui, Jackson Oswalt a officiellement battu un record du monde et apparaît désormais dans l’édition 2021 du livre Guinness des records. Cet adolescent américain de Memphis, dans le Tennessee, s’est construit son propre petit réacteur à fusion nucléaire dans la maison de ses parents. Lorsqu’il est parvenu à le faire fonctionner, il était à la veille de ses treize ans. Il en a maintenant quinze. Le précédent record-man en la matière, Taylor Wilson, n’avait que 14 ans en 2008. Il est aujourd’hui un physicien nucléaire reconnu. Concernant le jeune Jackson, son accomplissement à domicile a été formellement vérifié par l’Association Fusor, un consortium de recherche « open-source » sur la fusion nucléaire, ainsi que par le chercheur Richard Hull. Mais comment ce garçon encore mineur est-il parvenu à pratiquer l’un des processus physiques les plus compliqués ?

Dans un portrait réalisé par la société des Guinness World Records (ci-dessous), Jackson Oswalt explique s’être équipé de plusieurs générateurs électriques et d’y avoir installé un fusor. Ce dispositif utilise un champ électrique pour chauffer des ions, éléments chimiques chargés électriquement, et provoquer leur fusion. Dans la chambre du dispositif, où la réaction opère, la température interne peut excéder les 99,9 millions de degrés Celsius. Jackson Oswalt a donc dû manipuler le tout avec une très grande précaution – ce qui n’a évidemment pas rassuré ses parents, qui avouent ne rien connaître de la physique nucléaire. De plus, pour que le tout fonctionne, l’adolescent a dû trouver un moyen de sceller et pressuriser correctement la chambre de son réacteur, afin que l’air extérieur ne perturbe pas la réaction. Il avoue ainsi avoir passé six mois seulement pour comprendre comment il pouvait y parvenir. Il a ensuite pu introduire deux atomes de deutérium (ou ²H), isotope de l’hydrogène comportant un proton mais aussi un neutron, par distillation. Leur fusion produit un atome d’hélium (ou He, avec deux protons et un neutron) et rejette un neutron, qui génère à son tour de l’énergie. « La réaction peut alors chauffer de l’eau ou faire tourner un moteur à vapeur », explique Jackson Oswalt.

Une fusion sans bénéfice

Cependant, comme le remarque le site Popular Mechanics, si la réaction pratiquée relève bien techniquement de la fusion nucléaire, elle ne relève pas son potentiel : à savoir produire plus d’énergie que la réaction en consomme. Autrement dit, même si le nouveau record-man a effectivement pratiqué la fusion, il lui a fallu mobiliser pour cela une quantité d’énergie électrique bien plus grande que celle produite par la réaction. Avec son dispositif, Jackson n’a « pas pu réaliser une fusion complète mais a quand même réussi à former un plasma dans la chambre du fusor », témoin que le dispositif a fait son office.

Guinness World Records 2021
137 Commentaires
Guinness World Records 2021
  • Guinness World Records (Author)
  • 256 Pages - 09/07/2020 (Publication Date) - Guinness World Records Limited (Publisher)