En cas de reconfinement, les supermarchés seraient parés contre la pénurie alimentaire

Business

Par Felix Gouty le

Cette fois-ci, le secteur alimentaire est prêt aux risques de pénurie si le président Emmanuel Macron annonce, ce soir, un reconfinement.

Crédits : StockSnap / Pixabay.

« Ne rejouons pas mars 2020 ! », s’exclame Michel-Édouard Leclerc, le président de la chaîne de super-marchés Leclerc, sur Twitter (ci-dessous). Tandis qu’à 20 heures, ce soir, le président français Emmanuel Macron annoncera probablement de nouvelles restrictions pour lutter contre la deuxième vague pandémique de COVID-19, beaucoup de Français s’attendent (ou même craignent) un reconfinement du pays. Au printemps dernier, le premier confinement avait entraîné de multiples pénuries : d’abord des masques chirurgicaux et des gels hydroalcooliques puis de la farine au papier-toilette en passant par la Nintendo Switch et les webcams. De nombreuses personnes s’en souviennent et se ruent déjà sur les pâtes ou le PQ – pour lesquels le patron de Leclerc a relevé un nombre d’achats supérieur de 30% et 20%. Aujourd’hui, l’industrie alimentaire se veut malgré tout rassurante : le secteur promet qu’il n’y aura pas de pénurie à craindre, cette fois-ci.

« Quelle que soit la nature des mesures qui seront annoncées ce soir par le Président de la République, les entreprises alimentaires sont prêtes et se sont organisées depuis plusieurs semaines pour maintenir la fabrication et l’approvisionnement des magasins, sans risque de pénuries », a déclaré à BFM Business Richard Girardot, président de l’Association nationale des industries alimentaires (ANIA), qui regroupe plus de 17 000 enseignes françaises. Selon ce dernier, cela est dû au fait que la grande majorité des produits alimentaires consommés actuellement sont produits en France et donc mobilisables avec ou sans éventuelle re-fermeture des frontières. « La souveraineté alimentaire est plus que jamais une force pour notre pays. » Quant à Jacques Creyssel, dirigeant de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), « il n’y pas besoin de faire du stock, car on trouvera tout ce qu’il faut sans difficulté dans les semaines qui viennent. » Les produits ciblés par une forte demande ont, selon lui, été identifiés et les stocks ont été déjà faits pour pallier l’éventualité d’un reconfinement.

J'arrête de surconsommer !:...
114 Commentaires
J'arrête de surconsommer !:...
  • Verbeken, Herveline (Author)
  • 100 Pages - 03/14/2017 (Publication Date) - Eyrolles (Publisher)