Une société française lance un test PCR à faire chez soi

Business

Par Julie Hay le

Moins invasif que la méthode de prélèvement classique, le PCR proposé par Eurofins s’apprête à être lancé en Europe. Ces kits de dépistage se feront pas voie salivaire et depuis son domicile.

Photo by Mufid Majnun on Unsplash

“Tester, alerter, protéger” c’est la stratégie adoptée par le gouvernement en réponse à la recrudescence de l’épidémie sur le territoire français. Le test PCR, pratiqué en laboratoire ou en pharmacie, est devenu la norme lorsqu’il s’agit de détecter le coronavirus chez les patients. Mais cette pratique, bien qu’efficace, a quelques désavantages. D’abord, parce que c’est assez désagréable et surtout parce qu’elle est n’est pas adaptée à tous les patients. C’est le cas notamment pour les enfants en bas âge, les personnes âgées, et même les personnes souffrants de sérieuses déviations de la cloison nasale. Pour permettre une détection plus facile du virus, une société nantaise a mis au point un kit de dépistage à domicile. Livré directement chez le patient, il comporte une petite solution saline avec laquelle il faudra se gargariser pendant 5 à 10 secondes. L’utilisateur devra ensuite recracher le liquide dans un tube dédié et disposer son échantillon dans une enveloppe. Celle-ci sera ensuite récupéré par un transporteur dès le lendemain. Selon Eurofins, les résultats seront disponibles en ligne 24 heures après la réception du colis.

Si elle a déjà été autorisée aux États-Unis par la FDA, cette méthode de test “non-invasive” doit encore attendre les autorisations réglementaires pour être commercialisée en Europe. Dans un communiqué, relayé par LCI, l’entreprise explique annonce qu’elle “va demander les autorisations réglementaires pour commercialiser des tests similaires au Royaume-Uni, en France, en Belgique, aux Pays-Bas, en Suède et d’autres pays.”  Eurofins estime que “ce produit peut considérablement élargir l’accès aux tests.” Cette version européenne du test est déjà disponible en ligne en Allemagne et est vendue pour 79 euros. Aux États-Unis, le test est pris en charge par Medicare, Medicaid et les assurances commerciales. Rien n’indique en revanche s’il fera partie des tests remboursés par la sécurité sociale en France. Elle affirme aussi que ces tests seront capables de détecter la variation du virus observée au Royaume-Uni. Elle va d’ailleurs donner accès à une partie de ses capacités de séquençage aux autorités nationales de santé européennes qui ne pourraient pas identifier cette nouvelle souche.

Source: LCI