Facebook : Donald Trump banni de la plateforme pour une durée indéterminée

politique

Par Elisa Rahouadj le

Après le bannissement de Twitter pendant 12h, Donald Trump se voit banni de Facebook au moins jusqu’à l’investiture de Joe Biden, dans deux semaines.

Crédits : BarBus via Pixabay

En réponse aux événements survenus au Capitole ce 6 janvier 2021, Mark Zuckerberg a décidé de prolonger la sanction initiale du bannissement de Donald Trump de ses plateformes Facebook et Instagram. Il est maintenant prévu que le président des Etats-Unis ne puisse recommencer à utiliser ses comptes que dans deux semaines, après l’investiture de Joe Biden, le mercredi 20 janvier, et ce, au mininum. En réalité la durée exacte de la suspension reste indéterminée. C’est une mesure à la fois de sanction et de prévention, selon Mark Zuckerberg. Dans un long post Facebook, il explique la raison de cette suspension qu’il juge nécessaire.

The shocking events of the last 24 hours clearly demonstrate that President Donald Trump intends to use his remaining…

Publiée par Mark Zuckerberg sur Jeudi 7 janvier 2021

Il fait remarquer que le président n’a fait « que cautionner plutôt que condamner les actions de ses supporters au Capitole » et qu’ils craignaient que ses posts ne fassent que « provoquer de plus amples violences ». Mark Zuckerberg voit également les propos de Donald Trump comme un danger lorsqu’il dit que « les risques de laisser le président continuer à utiliser nos services durant cette période sont tout simplement trop élevés. »

Moins de deux semaines avant la fin officielle du mandat de Donald Trump, Facebook ne prend pas un très grand risque. En effet, cela fait plusieurs semaines, voire plusieurs mois, que Donald Trump relaye de fausses informations et appelle à discréditer l’institution électorale des Etats-Unis, sous prétexte qu’une fraude aurait été commise. De plus, Facebook et Twitter ont souvent fait le choix de ne pas censurer le président alors même que certains de ses posts étaient en violation avec le règlement de leurs plateformes. Loin de faire l’unanimité, beaucoup pensent que cette décision va a contresens de la liberté d’expression et des valeurs démocratiques. En effet, certains parlent même d’une décision digne du « communisme », une idéologie aux antipodes de l’idéologie américaine depuis la Seconde Guerre Mondiale. Bonne ou mauvaise décision, Donald Trump pourra toujours utiliser Twitter pour s’exprimer puisqu’il a pu récupérer son compte passé les 12h de suspension.