Nissan vise la neutralité carbone d’ici à 2050

Urban Mobility

Par Julie Hay le

Le constructeur automobile s’est fixé l’objectif d’une neutralité carbone d’ici 2050. Il assure que tous ses véhicules seront électriques dans moins de 10 ans.

Crédits : Nissan

Nissan entend se soumettre aux accords de Paris et atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Le constructeur automobile veut retirer autant de gaz à effet serre qu’il en produit chaque année et va miser sur ses véhicules électriques pour ce faire. En accord avec cette décision, la firme va continuera d’innover dans la création de batterie pour développer des véhicules électriques plus compétitifs et efficaces. Elle continuera d’améliorer son motopropulseur électrique e-Power. D’ici à 2030, la marque annonce que l’intégralité de son parc sera électrique. Cet abandon de la voiture à moteur thermique n’est d’ailleurs pas la seule mesure prise par Nissan pour atteindre son objectif. Nissan travaille au développement d’un meilleur écosystème en soutenant la production d’énergies décentralisées sur site pour ses bâtiments utilisant de l’énergie renouvelable. Nissan veut à terme devenir leader du marché de l’électrique en rendant l’accès aux véhicules plus facile et plus économique. « Notre offre de véhicules électrifiés continuera de s’étendre dans le monde entier, ce qui contribuera grandement à ce que Nissan devienne neutre en carbone. Nous continuerons d’encourager l’innovation qui enrichit la vie des gens tout en poursuivant un avenir durable pour tous  » annonce le PDG de la firme, Makoto Uchida.

L’empreinte carbone de la voiture électrique largement inférieur à celle des véhicules thermiques

Selon l’ONG européenne, Transport & Environnement, le bilan carbone d’une voiture électrique est deux à trois fois inférieur à celui d’un véhicule diesel ou essence. Publiée en mai 2020, une étude a mesuré les émissions de CO2 du véhicule électrique en fonction des différents mix-énergétique des pays européens. Même lorsque la batterie est fabriquée en Chine et que la voiture utilise le mix énergétique le plus polluant d’Europe, la voiture électrique émet 22 % de gaz à effet de serre de moins que son équivalent thermique. L’adoption des véhicules électriques à grande échelle permettra donc de réduire drastiquement l’impact de l’industrie automobile sur l’environnement, même si de nombreux défis sont encore à relever pour le secteur. L’un des plus importants restent le processus de fabrication et le recyclage des batteries, dont la durée de vie est estimée à 10 ans. Ces dernières utilisant des métaux rares, comme le cobalt ou le lithium, l’industrie va aussi devoir innover pour éviter une pénurie et surtout modifier la manière de les extraire. À l’heure actuelle, cette extraction de métaux nécessite de l’électricité, encore produite à partir d’énergies fossiles dans certains pays.