The Sinking City : Nacon répond aux accusations de Frogwares

Business

Par Elisa Rahouadj le

L'affaire aux nombreux rebondissements vient d'en connaître un nouveau. Nacon renvoie la balle à Frogwares en l'accusant de faire preuve de mauvaise foi et de mentir.

Crédits : Frogwares

Suite aux accusations de Frogwares à l’encontre de Nacon, ce dernier a décidé de répondre à ces accusations dans un communiqué qui nous est parvenu. Pour rappel, Frogwares, le studio derrière le jeu The Sinking City, a accusé l’éditeur du jeu, l’entreprise française Nacon, d’avoir piraté et modifié le code source du jeu afin de le mettre en vente sur Steam de manière illégale. À son tour, Nacon accuse Frogwares d’avoir menti et d’avoir cherché le conflit alors que Nacon aurait toujours « tout fait pour l’éviter ».

Nacon accuse même Frogwares de faire preuve de « mauvaise foi » concernant la vente du jeu sur Steam. En effet, le message Twitter de Frogwares recommandant de ne pas acheter le jeu sur la plateforme quand il est réapparu le 26 février dernier aurait été une tactique pour « [ruiner] une fois de plus nos investissements sur ce jeu », alors même que cela ne serait pas non plus favorable au studio. Par ailleurs, Nacon explique qu’elle n’a aucune dette financière envers Frogwares, ayant rémunéré l’entreprise à hauteur de 10 millions d’euros et payé toutes les royalties dues, contrairement à ce qu’a expliqué le studio ukrainien, évoquant un arrêt de paiement après qu’il ait refusé de céder son code source à Nacon.

Cependant, l’éditeur n’a pas répondu de manière très claire aux accusations de piratage et de modification du code source du jeu. Alors que Frogwares, pour étayer ses propos, avait fourni des preuves en images et une description détaillée du procédé utilisé, ainsi que le nom d’une des personnes prétendument responsables, Nacon ne fait qu’expliquer qu’elle « appliquerait la clause du contrat lui permettant […] de faire adapter le jeu par un tiers afin de pouvoir l’exploiter » et que « face à cette situation de blocage créée exclusivement par FROGWARES, NACON a décidé de permettre aux joueurs d’accéder au jeu sur STEAM en indiquant expressément la titularité des droits de FROGWARES sur le jeu ». Le litige est donc loin d’être terminé entre les deux entreprises, qui se renvoient les accusations à tour de rôle. L’affaire reste à suivre puisqu’il semblerait que Frogwares ait l’intention de poursuivre Nacon en justice pour cet incident.

Acheter sur Amazon