Critique

Black Mirror : On débriefe la saison 5

Rachel, Jack et Ashley Too

L'avis du Journal du Geek :
Série

Par Amandine Jonniaux le

Crédits Netflix

Sans doute l’épisode le moins réussi de la saison, Rachel, Jack et Ashley Too met en images les aventures Rachel, une jeune fille introvertie qui ne vit que pour aduler Ashley-O, une pop-star marketée de toutes pièces aux allures de poupées K-pop. Quand la célébrité commercialise une poupée à son effigie dotée d’une intelligence artificielle, l’adolescente noue rapidement un lien fusionnel avec le jouet. Coloré et volontairement indigeste visuellement, ce dernier épisode débute presque comme un teenage movie, et si certains aspects de la narration sont loin d’être inintéressants, sa conclusion reste malgré tout un peu trop édulcorée à notre goût.

Crédits Black Mirror

Pour son dernier épisode de la saison, la série questionne non seulement les limites de l’intelligence artificielle, mais aussi la thématique du lien affectif entre l’être humain et la machine. Déjà abordé dans des films comme Her de Spike Jonze (2014), ou prochainement dans Yves, de Benoît Forgeard, dont la sortie est prévue le 26 juin, ce type de questionnement n’est pas nouveau, mais il reste néanmoins pertinent dans une série comme Black Mirror. On retrouve aussi en toile de fond la création artistique via la science et l’intelligence artificielle, rendue possible dans l’épisode par la captation des ondes cérébrales d’Ashley-O quand elle est dans le coma. Une situation qui relève cette fois de la réalité, puisque de plus en plus d’IA composent aujourd’hui leurs propres chansons, certaines comme Endel ayant même déjà signé avec des labels reconnus de l’industrie musicale.

Particulièrement convaincante dans son rôle de phénomène pour ado enfermé dans un personnage qui n’est plus le sien, Miley Cyrus est sans doute la vraie révélation de cet ultime épisode. La chanteuse y est d’autant plus crédible que son passé d’égérie Disney, suivi au début des années 2010 d’un changement de look et d’image radical fait largement écho au synopsis de Rachel, Jack et Ashley Too.

Notre avis

Courte mais intense, cette nouvelle saison de Black Mirror a le mérite de questionner des thématiques résolument contemporaines de notre société, tout en s'éloignant des airs futuristes et dystopiques qu'on lui connaissait jusqu'à présent. Les deux premiers épisodes, "Striking Vipers" et "Smithereens" sont particulièrement réussis. "Rachel, Jack et Ashley Too" l'est moins mais reste intéressant à regarder.

L'avis du Journal du Geek :