Dossier

[Dossier #30ansClubDo] Retour sur un phénomène générationnel

L'âge d'or AB Productions

culture geek

Par Elodie le

Le Club Dorothée, c’est aussi l’âge d’or des sitcoms made in AB Productions. Des personnages fouillés à l’extrême, à l’interprétation impeccable et confondante de réalisme et faisant la part belle aux dialogues ciselés… Naaaan, on déconne !

Ces sitcoms nous auront tout de même offert des moments de grâce, de rires, de gêne aussi (surtout) et nos premiers émois adolescents (avouez-le, personne ne vous regarde). Un « univers étendu » qui débutera dès 1989 avec Salut Les Musclés, suivi de Premiers Baisers (1991), Hélène et les Garçons (1992), Le Miel et les Abeilles (1992), Les Filles d’à côté (1993) et La Philo selon Philippe (1995).

L’univers AB

Des séries liées entre elles grâce à leurs personnages. Ainsi, Framboisier, de Salut Les musclés, est l’oncle de Justine de Premiers Baisers, elle-même petite sœur d’Hélène, star de la série Hélène et les garçons, qui retrouvera sa petite sœur Chloé, des années plus tard dans Les Mystères de l’amour. Vous suivez ? Accrochez-vous puisque ce n’est pas tout : Lola Garnier, la pétulante jeune fille du Miel et les Abeilles, est la fille d’Antoine, le frère de Marie Girard, la mère de Justine et d’Hélène donc. De même, Virginie, que l’on voit dans Hélène et les Garçons et Les Vacances de l’amour, est la cousine d’Hélène et Justine. Bref, c’est la famiiiiillle !!!!

En coulisses, “ça flirtait pour de vrai”

C’était « une petite pastille colorée de détente, quelque chose qui était rose bonbon, cool, sans prétention », dira même Christophe Ripert, l’interprète de Luc dans Premiers Baisers. A l’écran peut-être, une chose est certaine, c’était un joyeux bordel dans les coulisses, comme l’a lâché de façon très fleurie le chroniqueur Jean-Luc Geneste (bouchez les oreilles des enfants) : « Évidemment, ça baisait énormément et pas qu’au sein d’une même série ! Ça ne pouvait que baiser de toute façon. Parfois, c’était même aux toilettes, entre deux prises ».

Ce que confirme le producteur Jean-Luc Azoulay (le A de AB productions) : « Il m’est arrivé de faire flirter des acteurs dans des épisodes puis de constater qu’ensuite ils flirtaient pour de vrai […] Une bonne douzaine de bébés sont nés de mes sitcoms et on a eu quelques mariages aussi ».

Le Club Dorothée servira également de vitrine médiatique et de tremplin à ses acteurs, recyclés chanteurs. Si Hélène Rollès deviendra une idole des jeunes, enchaînant les concerts à guichet fermé, d’autres auront un succès plus contrasté, comme Christophe Rippert, Manuela Lopez, Sébastien Roch, Julie Caignault, Babsi, Anthony Dupray, Les Jumelles Christine Ever et Stéphanie Ever, Bradley Cole ou Mallaury Nataf. Cette dernière entrera dans les annales du Club Dorothée, une émission pour enfants donc, grâce à son interprétation, sans culotte, de son titre d’alors, Fleur sauvage.

Avec les heures de direct et la liberté de ton qui était celle de l’émission et de ses animateurs, les dérapages n’ont pas manqué. Aujourd’hui, il semble peu probable qu’une telle émission puisse être diffusée à l’antenne et surtout à un si jeune public. Le Club Dorothée proposait pléthore de pastilles : Le Jeu de l’ABC, Le Bon Numéro, Allô à l’huile, Le Jeu des génies, Tu chantes tu gagnes, Le Zigouigoui, Le Splitch splatch splotch vlan, Le Jacky Seau, Le Face-à-face, Le Trésor dans la ville, Chacun sa chance, Le Jeu des parents, Pas de pitié pour les croissants, etc.

Dérapages incontrôlés

Cette dernière, et ses animateurs (Jacky et Corbier), se sont notamment vus reprocher des sketches à l’humour douteux, voire raciste. Notamment lorsque Corbier était déguisé en noir pour les besoins de l’émission. Une attaque à laquelle il avait décidé de répondre en 2012, regrettant « l’amalgame » qui était fait aujourd’hui entre l’auteur du sketch, la production, et l’animateur :
« Ce n’est pas l’auteur du sketch qui est jugé, mais son interprète. Ce n’est pas sur la production qu’on tape, mais sur le clown. Le comédien et le rôle sont confondus et une fois de plus c’est l’histrion qu’on désigne à la vindicte. »


Des critiques également adressées à Dorothée et ses clips tendancieux, à l’instar de la chanson Attention danger ou La Machine avalé dans lesquels les clichés fleurant bon le « temps de l’empire colonial français » se distinguent, note France Info. L’article pointe notamment ces acteurs noirs criant des « ouah ouah, ouah », adeptes du cannibalisme ou vêtus avec « tous les attributs du cliché du sauvage », pagne et os dans les cheveux.

Humour franchouillard en chanson

Les Musclés ne sont pas épargnés non plus. Il faut dire que leurs chansons font la part belle à humour franchouillard et à leur manière toute particulière d’évoquer la gente féminine. Comme avec le titre La Musclada qui voit des jeunes filles, de dos, attendant qu’on vienne claquer leur fessier au rythme de : “Ma que bella la vita, la gonzessa superba, bougea son p’tit derriera, et la temperatura Monta di vingt degreah, Ma mia que calora !

Des Musclés à l’image de leur personnage dans la série : obsédés par les femmes et pas forcément très adroits et subtils avec elles. Le clip qui fera le plus parler d’eux est celui dédié à l’actrice Mathilda May, dans lequel le groupe se propose d’inviter la jeune femme « à la maison » en brandissant un saucisson à la main devant un lit recouvert de draps et de coussins rose… Des chansons à double lecture que les enfants ne comprenaient généralement pas.

En 2015, Bernard Minet expliquera sur la chaîne YouTube du Club Do que ce qu’il « regrette le plus » dans sa carrière, « c’est ce clip » qu’il juge « vulgaire ». Mais à l’instar de Corbier, il se justifiera en expliquant qu’ils suivaient les directives de la chaîne en « bon soldat », même si ça les faisait rire : « Framboisier [autre membre des Musclés] a souvent demandé à Jean-Luc [Azoulay] d’arrêter avec le saucisson. Mais de toute manière, plus il lui en parlait, plus Jean-Luc mettait du saucisson ! »

Malgré les critiques, l’émission continuera de truster les audiences jusqu’à sa fin programmée le 30 août 1997. Depuis, l’émission est entrée dans les annales de la télévision.