Dossier

American Truck Simulator : Didier Pingeon ou le rêve américain

Le convoyeur de l'extrême

Notre avis
7 / 10

Par Pierre le

C’est avec son premier prêt que l’aventure de Didier s’est réellement lancé. Il a pu créer sa société, Pingeon Inc., acheter des camions et recruter des chauffeurs, comme Claytus et Kenny, deux gars de l’Idaho. Même si ces derniers se montrent moins efficaces que lui, ils le soulagent tout de même en rapportant de précieux dollars. Mais avec le temps, Didier a pu embaucher des gars avec plus de bouteille, capables de transporter des produits dangereux ou de faire de très longues distances. Il ne faut pas se fier aux posters de fesses accrochés dans leur cabine, ces gars-là sont les rois de la route.

Au départ, des routiers du dimanche rejoindront votre équipe.
Au départ, des routiers du dimanche rejoindront votre équipe.

D’ailleurs, des compétences, Didier en a acquis lors de son aventure américaine. Comme en Europe, prendre du galon est synonyme d’amélioration de sa conduite. En effet, à chaque fois qu’il prend un niveau, Didier a le choix d’améliorer son arbre de talent, lui permettant par exemple de faire de plus longues distances, d’économiser de l’essence ou de transporter des produits dangereux. Car oui, faire un Winnemucca-El Centro avec une cargaison de pétrole rapporte deux fois plus qu’avec une remorque remplie de foin.

D’ailleurs, la vie d’entrepreneur de Didier Pingeon est plus intéressante que celle d’un simple employé. A bord de son bahut personnel, il devra soigneusement planifier ses parcours. Pas question d’aller à un point A à un point B lorsqu’on dispose de son véhicule. Il faut d’abord aller chercher la cargaison (faire le chemin à vide), puis seulement ensuite faire le trajet. L’erreur de débutant serait donc de choisir l’offre la mieux payée, mais à l’autre bout de l’Etat. Ainsi, Didier a appris que gérer son temps et sa distance était beaucoup plus rentable que de chercher le mieux rémunéré. C’est comme ça qu’il a pu acheter la moto-cross Derby au petit Kevin. Petit à petit, le rêve américain se construit.

Péter la ligne jaune pour gagner de précieuses minutes ? Un dilemme cornélien
Péter la ligne jaune pour gagner de précieuses minutes ? Un dilemme cornélien

Le rêve américain, Didier le vit tous les jours sur les routes américaines. American Truck Simulator ne lui a pas permis d’accéder à un gameplay profondément différent de ce qu’il a connu jusque là. Néanmoins, les changements, principalement cosmétiques, lui ont tout de même permis de vivre une nouvelle aventure, d’expérimenter de nouveaux trajets. Après, Didier se dit que les routiers du dimanche qui n’ont pas accroché à Eurotruck ne verront pas un grand intérêt dans ce volet. Mais les autres seront certainement ravis de ce rafraîchissement.

Maintenant, Didier doit nous laisser. Une cargaison d’outils agricoles l’attend à Carson City. Et s’il ne l’apporte pas à Eureka avant 20 heures, ça va chauffer pour son matricule. Didier prend donc la route en songeant à tous ces beaux mods que la communauté va lui servir dans un futur proche. Jetant un regard à la photo de Yolande en montant dans son bahut, Didier sourit, respire un bon coup et enclenche le contact.

Rouler de nuit sur une route isolée vaut tous les survival horror du monde
Rouler de nuit sur une route isolée vaut tous les survival horror du monde

American Truck Simulator
Développeur : SCS Software
Distributeur France : Just for Games
Sortie le 3 février 2016
PC (Steam)
30 €

Notre avis

American Truck Simulator ne réinvente pas la roue 24 pouces. Malgré de maigres nouveautés par rapport à Euro Truck, le jeu distribué par Just for Games nous permet de découvrir une nouvelle facette de la route, de nouveaux territoires fouillées et de nouvelles destinations. Sans intérêt pour ceux n'ayant pas accroché aux premiers jeux, American Truck ravira les fans en assurant un tout nouveau territoire fort bien pensé.

7 / 10