Dossier

[Anti-Guide] Ce que vous ne verrez pas à l’E3 2015

Les peu probables

Par Redac JDGa le

Des images de gameplay

probabilité : 40%

On ne va pas se mentir, les images ingame à l’E3 deviennent aussi rares que les babes. Il y a un cas où c’est regrettable, un autre où ça l’est beaucoup moins. Les dates données à l’annonce d’un jeu ne sont quasiment plus jamais respectées, or il faut quand même communiquer de plus en plus en amont. Autant dire que les bonnes vieilles cinématiques posant l’histoire et l’univers et les séquences de jeu simulées devraient rester encore la norme (si sécurisantes pour les éditeurs, et on les comprend) cette année.

notactualgameplay

Des nouvelles franchises

probabilité : 25%

Chaque année, on espère une pluie de nouvelles idées et de nouvelles licences. Chaque année, nous sommes de plus en plus déçus. Du côté de chez Microsoft, on ne sait plus faire que du Halo. Oh, il y aura bien une suite ou un remake de Gears of War, et des nouvelles de Quantum Break, mais la Xbox One n’a toujours pas trouvé sa nouvelle franchise. Et quand bien même, il s’agirait d’en ressusciter d’anciennes, ça tombe à l’eau (Insomniac avait été contacté pour rebooter Conker’s Bad Fur Day). On peut parier sur un clone de Bloodborne, la première licence inédite de la PS4 qui ait trouvé son public et su créer un vrai buzz positif chez les joueurs. Non, ce ne sera pas Fable Legends.

Du côté de Sony, il va falloir continuer sur la lancée du coup de maître signé From Software, si possible ni avec The Order 2, ni Knack 2, ni avec Ultra Little Big Planet 16. À notre grand désespoir (et à notre connaissance), le fabricant de la PlayStation ne s’est toujours pas battu avec Activision pour récupérer les droits de son Crash Bandicoot abandonné, ce qui nous rend très triste. Pour de l’inédit, le plus probable est que Sony se repose, une année de plus, sur les développeurs indépendants dont ils auront acheté l’exclu de leurs jeux pour pas cher.

Bref, on aimerait y croire pour les nouveautés mais on préfère partir perdants et se laisser surprendre.

al_specimen

Des exclus réalité virtuelle

probabilité : 25%

À gros budget, entendons-nous bien. Il y aura bien quelques indés gogos (vous l’avez ?!) pour essayer de se faire remarquer avec des jeux pensés pour les casques de réalité virtuelle mais la production mainstream attendra encore et toujours que le marché existe. Or, si Sony, Valve et Facebook sont sur le pont et devraient tous lancer leur appareil, difficile d’imaginer un éditeur investir 10 ou 20 millions d’euros dans un jeu exclusif à ce support qui donne la nausée, quel que soit le constructeur derrière. Et puis souvenez-vous, la 3D qui devait tout changer…

trqbwrt