Dossier

[Dossier] On a selectionné pour vous et avec amour 14 comics sans super-héros

Les adaptés

Dossiers / Comparatifs

Par Malo le

A l’image des romans, les comics sont une source d’inspiration presque intarissable pour le cinéma, la télévision et le jeu vidéo. Le grand public a souvent connaissance des films et séries dérivées mais les œuvres originales sont souvent oubliées. Dans cette catégorie nous vous présentons quatre comics, adaptés au cinéma ou en série et qui ont tous été encensés sous leur format papier.

Kingsman : Services secrets

kingsman secret agents

Vous avez sans doute vu le film de Matthew Vaughn avant de savoir qu’il existait au départ un comic book. Et pourtant, quel comic book ! Créé par Dave Gibbons et Mark Millar, Kingsman le comic est relativement proche de son adaptation au niveau du postulat de départ : un jeune délinquant se retrouve enrôlé par la meilleure agence d’espions d’Angleterre. Ceci dit, les différences entre l’original et l’adaptation sont assez nombreuses pour vous permettre de redécouvrir l’histoire, que vous ayez découvert l’un ou l’autre en premier.

C’est drôle, violent, gore, et ça se moque bien comme il faut de la société de consommation actuelle et du statut de quasi déité qu’on donne aux “stars”. Je dirais bien que vous pouvez le lire les yeux fermés, mais pour profiter de l’histoire c’est un peu compliqué… En France, Kingsman : services secrets a été publié par Panini Comics, en six tomes.

Scott Pilgrim

Scott Pilgrim

Jeune canadien, Scott Pilgrim joue de la basse dans un groupe de rock, ne fait pas grand chose d’autre de sa vie, tombe amoureux d’une fille incroyable et aime les jeux vidéo. Dans le désordre. Scott Pilgrim, c’est un peu le type de vingt ans lambda. C’est un peu vous, pour peu que vous soyez un mec d’une vingtaine d’années. À ceci près que vous n’avez sans doute jamais eu à affronter les sept ex maléfiques de l’élue de votre cœur pour pouvoir sortir avec elle.

Brillamment adapté au cinéma par Edgar Wright, Scott Pilgrim est une ode à la pop-culture et un véritable vent de fraîcheur. On dévore les volumes les uns après les autres, tant on est rapidement pris dans l’histoire.

La série tient sur six volumes, disponibles en noir et blanc et, depuis peu, en couleur chez Milady.

Sin City

sin city

Impossible de parler des comics qui ne font pas référence aux super-héros sans citer l’œuvre majeure de Frank Miller, la saga Sin City. Et vu qu’elle a été adaptée (d’abord brillamment, puis très très mal) au cinéma, il était logique d’en parler ici. Avec Sin City, Miller a créé un univers noir, sombre, sans espoir, très proche de sa vision des grandes villes américaines. Jamais remis de l’agression qu’il a subie lors de ses premières années chez Marvel, Miller a développé une haine dont il s’est servi pour nourrir son trait, et ses histoires. Sin City, c’est pas Mon Petit Poney, mais bien une véritable œuvre qui aura marqué le comic book et, n’ayons pas peur de le dire, le graphisme en général. N’utilisant que du noir et blanc, avec un rare ajout de couleurs (du rouge, du jaune, toujours vif) pour marquer certains personnages, éléments ou situations, Miller est parvenu à créer une sorte d’étouffement lorsque l’on lit ses histoires. On se sent sous pression, confiné, et on se dit que tout peut surgir d’un coin de ruelle sombre.

Plutôt que de ne suivre qu’un seul héros, les nombreux volumes de Sin City se centrent quasiment chaque fois sur un personnage différent. Personnage que l’on a pu apercevoir au second plan dans une histoire précédente.
Par ailleurs, le fait que la chronologie de ses histoires soit chaotique vient ajouter une forme de confusion qui maintient cet effet d’impuissance par rapport à ce qui se déroule page après page. On ne sait jamais ce qui va se produire, ni quand, ni pourquoi.

Les volumes de Sin City ont été édités par plusieurs éditeurs en France, mais vous trouverez principalement votre bonheur chez Rackham.

The Walkind Dead

walking dead

Avant de fixer définitivement notre dossier en quatre catégories, nous avions pensé à un critère “hype” : quel comic book peut être considéré en vogue ? Le titre auquel nous avions pensé pour porter cette rubrique était bien sûr The Walking Dead. Finalement, c’est bien grâce à la série télévisée diffusée par AMC que le comics est dans notre top. Créé par Robert Kirkman et Tony Moore en 2003, le comics publié par Image n’avait pas de grandes ambitions. Une apocalypse de zombies sans vrai contexte, des survivants aux personnalités multiples, une violence et des dialogues très crus : le mélange aurait pu ne pas prendre. Pourtant The Walking Dead a conquis le monde entier.

Le scénario du comics est tiré vers l’avant en continu grâce à la puissance émotionnelle de l’aventure. Rarement, le lecteur s’attache si facilement aux héros, seul contre tous (zombies et survivants y compris). Pour terminer cette rubrique, on a plus qu’une chose à dire : fans de la série, jetez-vous sur le comics !

The Walking Dead est sorti en 2007 aux éditions Delcourt en France. La série est encore en cours d’écriture alors que 26 tomes sont déjà sortis. A noter que le dessinateur Tony Moore a arrêté à partir du tome 2 pour laisser sa place à Charlie Adlard… ce qui est bien dommage.

Mentions honorables : The Losers. Adapté au cinéma par Sylvain White en 2010, The Losers reprend les grandes lignes du comic book. Ce dernier raconte les (mes)aventures d’un groupe de mercenaires d’élite à la solde de la CIA, qui se retrouvent en difficulté après avoir été trahis par leur boss. C’est drôle, c’est violent, ça bouge dans tous les sens. Si le film s’éloigne du scénario de base, il n’en reste pas moins tout aussi divertissant. The Losers est édité en France par Urban Comics. Jetez également un coup d’œil au très bon Hellblazer, superbement adapté en série (et on oubliera Constantine, l’adaptation au cinéma avec Keanu Reeves).

The Losers-HellBlazer