Dossier

[Dossier] On a selectionné pour vous et avec amour 14 comics sans super-héros

Nos coups de coeur

Dossiers / Comparatifs

Par Malo le

Dans cette catégorie, plus rien n’est sous contrôle. Nous vous présentons les trois comics qui nous ont le plus marqué. Ils sont dans notre top pour bien des raisons : notre culture, nos opinions, notre vécu et nos sensibilités artistiques. Cette catégorie a beau être subjective, elle sera peut être la plus convaincante à lire. En effet, s’il y a trois titres pour lesquels nous avons tous les arguments nécessaires, ce sont bien ceux-là.

Certains comics étaient nos coups de cœur depuis un bon moment déjà. Ce sont eux qui nous ont donné la motivation d’écrire ce dossier. Puis, pour peaufiner notre top, nous avons écumé les rayons des librairies, à la recherche de la perle ou du classique que nous aurions raté. Et nous avons découvert des trésors.

– Top 3 de Feel –

3e place : Tales From The Crypt

Tales From The Crypt

Vous connaissez tous la série Les contes de la crypte, mais saviez-vous qu’elle est au départ adaptée d’un comic book ? Conçu sur le même format, chaque volume de Tales From The Crypt reprend plusieurs histoires courtes et horribles, et qui finissent généralement assez mal pour leur protagoniste. Ici, ce n’est pas le célèbre Crypt Keeper qui vous les narre, mais tour à tour un inquiétant gardien de cimetière, une vieille sorcière et un gardien de tombeau. Mais hormis ça et les cameo de bons gros acteurs, c’est la même chose. Du coup, c’est forcément jouissif.

Bien entendu, la qualité des épisodes est inégale, mais reste tout de même au dessus de celle de la série télé. Et puis il s’en dégage une odeur un peu âpre, propre aux productions indépendantes des années 50. Car oui, Tales From The Crypt n’est pas tout jeune, et ses 43 volumes sont parus entre 1950 et 1955. Vous le verrez en les lisant, certaines histoires n’ont pas pris une ride et la morale est toujours valable aujourd’hui.

Que vous soyez amateur d’horreur, d’ambiance bien vintage ou juste que vous aimez posséder des trucs un peu historiques et kitchissimes, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

La série a été traduite et édité chez nous par Akileos.

2e place : Strangers In Paradise

Strangers In Paradise

Attention, chef d’œuvre absolu qui laisse des marques. Créée par Terry Moore en 1993, cette série nous raconte la vie de trois personnages plus ou moins impliqués dans un triangle amoureux. Francine, une jeune femme brune aux formes généreuse, considère Katchoo, une jolie blonde au caractère bien trempé et au passé sombre comme sa meilleure amie. Mais Katchoo est amoureuse de Francine. De son côté, David, est ami avec Francine, mais très amoureux de Katchoo.

Très loin de la série qui explose de partout, Strangers in Paradise est avant tout une magnifique histoire dans laquelle tout le monde peut s’identifier. Nous sommes tous un peu comme Francine, comme Katchoo ou comme David. Des vies faites de bonheurs simples, de moments de tristesse intense, de surprises, de ruptures… Puis, au fil de la série, apparaît un nouveau personnage, qui amène son lot de rebondissements surprenants, qui changeront les trois protagonistes et leur relation à tout jamais.

Quand on commence Strangers in Paradise, il est difficile de s’arrêter. Heureusement pour vous, la totalité de la série est désormais disponible chez Kymera. Alors que pour celles et ceux qui l’ont découverte et suivie à l’époque, il fallait parfois attendre la suite d’un épisode pendant plus d’un an ! L’enfer.

Vous n’avez aucune excuse, du coup, pour passer à côté de cette série qui va vous marquer et vous montrer qu’on peut s’attacher réellement à des personnages fictifs.

1e place : Y, le dernier homme

Y le dernier homme

Imaginez. Vous êtes un homme (je dis ça pour nos lectrices). Vous vous réveillez un matin et vous et votre petit singe Esperluette êtes les deux derniers mâles vivants sur Terre. Au delà de ça, il n’y a plus d’électricité, plus d’Internet, plus de moyen de contacter votre petite amie qui se trouve en ce moment même à l’autre bout de la planète. C’est exactement ce qui arrive à Yorick, le protagoniste de Y, le dernier homme. Les désastres sont alors nombreux, les pertes même chez les femmes sont innombrables (parce que forcément, quand un pilote d’avion meurt subitement, il emporte tous ses passagers avec lui). Très vite, le monde sombre dans le chaos et les survivantes luttent pour… bah leur survie, justement. La sauvegarde de l’espèce ne pouvant se faire que par la procréation, Yorick devient une cible de choix lorsque la nouvelle de sa survie commence à se répandre. S’ensuit une cavale incessante pour sa survie, durant laquelle il va rencontrer plusieurs femmes, aux motivations bien différentes.

Véritable chef d’œuvre psychologique, Y, le dernier homme amène à se poser de nombreuses questions sur l’évolution de l’espèce, sur la place des femmes dans notre société actuelle et sur la folie engendrée par l’urgence… Si vous aimez le post-apocalyptique, les histoires qui vous mettent en haleine et vous tiennent sur le bord de votre siège, avoir du mal à reprendre votre souffle en tournant les pages… vous devez ajouter Y à votre collection.

Ce n’est clairement pas un comic book qu’on lit pour remplacer une heure de Cyril Hanouna. Y, le dernier homme est disponible en intégrale (5 volumes) chez Urban Comics.

– Top 3 de Malo –

3e place : Big Man Plans

Big Man Plans

Big Man Plans est l’histoire d’un nain assoiffé de sang qui cherche à se venger après avoir reçu une mystérieuse lettre de sa meilleure amie. Vétéran de la guerre du Vietnam, l’homme retourne dans son village natal, muni d’un marteau et de quelques grenades. Eric Powell et Tim Wiesch frappent très fort (c’est le cas de le dire) avec ce récit court mais puissant. Sous fond de brutalité crue et totalement assumée, on suit le périple très bien ficelé d’un vengeur qui a toutes les raisons d’être énervé.

Le trait marqué du dessin donne encore plus de résonance aux atrocités commises par les personnages, sans jamais essayer de les justifier ni de les cacher. Ainsi, l’ambiance glauque est soutenue par les tons rougeoyants et grisonnants dépeignant la nuit et le sang. Big Man Plans est une vraie baffe qui va vous dégoûter, vous enthousiasmer puis vous révolter. Pour faire simple, impossible de rester muet devant ce comics que je vous conseille de vous procurer au plus vite.

Big Man Plans est sorti en avril 2016 aux éditions Delcourt. C’est un “one-shot” (1 tome et puis basta).

2e place : Fables

Fables

La saga de Bill Willingham et Mark Buckingham est l’une de mes premières découvertes dans le genre comics. Et elle m’a marquée. Sorti en 2003 chez Vertigo, Fables est un classique qui aurait eu sa place dans nos “incontournables” s’il n’était pas dans mon top 3.

Dans le New-York contemporain, les personnages de contes de fées, fables et autres récits magiques vivent en compagnie des humains, dans un quartier nommé Fableville. Chassés de leur royaume magique par “l’Adversaire” et ses hordes de monstruosités, les Fables se retrouvent d’abord confrontées aux vices de notre monde. Notre héros est ni plus ni moins le Grand Méchant Loup, surnommé Bigby (pour Big Bad Wolf), qui est le shérif de Fableville. L’histoire commence avec une simple enquête, puis vire à l’épopée pour reconquérir le royaume magique. Aidé de Blanche Neige, du Prince Charmant ou encore de Pinocchio, le héros affronte les épreuves tirées des plus grands récits fantastiques de la littérature.

Fables nous prend aux tripes grâce à ses multiples rebondissements et ses personnages attachants. Contre toute attente, l’histoire tantôt ultra-réaliste (enquêtes, enjeux politiques à Fableville), tantôt fantastique (le royaume, les pouvoirs…) nous plonge la tête la première au cœur de l’action et ne lâche son emprise qu’à de rares moments.

Retrouvez les 22 tomes de Fables (la série s’est terminée en 2015) chez Urban Comics. Et si vous avez adoré, je vous conseille le très bon jeu Telltale Games “The Wolf Among Us” basé sur l’univers de Fables.

1e place : Low

Low3

Si je pouvais vous convaincre de donner sa chance à Low en deux mots, je ne dirais rien de plus que : “ce comics est un chef d’oeuvre !” Mais il va me falloir développer mon propos sur quelques lignes de plus pour vous expliquer à quel point Low m’a mis une claque magistrale.

Plusieurs milliers d’années ont passé. L’humanité, ou ce qu’il en reste, s’est enfuie au fond des océans, où les rayons du Soleil ne sont pas encore meurtriers. Les civilisations ont laissé s’envoler tout espoir d’un avenir meilleur et se complaisent dans la décadence. Stel, une femme qui a pourtant tout perdu, est habitée par un optimisme sans faille et ne désespère pas de voir les hommes quitter la Terre pour une planète plus “vivable”. Lorsqu’une sonde possédant les données d’une exoplanète potentiellement habitable est repérée à la surface de la Terre, l’intrépide Stel s’élance dans un périple pour la retrouver.

Low parvient à exceller dans tous les domaines. En plus d’être original, son scénario s’appuie sur un univers riche et développé, qui laisse également place à l’imagination du lecteur. L’histoire est poignante dès les premières pages. On plonge dedans la tête la première ou on en ressort immédiatement, mais avec Low, il n’y a pas de demie-mesure. Les mondes sous-marins regorgent d’étonnantes civilisations et de décors époustouflants, magistralement rendus par le pinceau de Greg Tocchini. Fait du minimum de traits et d’aplats de couleurs sur aplats de couleurs, son style si particulier en trouble plus d’un. Attendez-vous à être surpris car chaque page apporte son lot de détails et de merveilles.

Low, c’est l’alchimie réussie entre l’optimisme incertain de Rick Remender et la beauté énigmatique de Greg Tocchini. A découvrir de toute urgence ! (Les deux premiers tomes sont sortis dans la collection Indies d’Urban Comics, publication américaine chez Image.)