Dossier

[Dossier] Pour quel GTA-like êtes vous vraiment fait ? On a choisi 7 jeux pour autant de propositions

Les trois premiers

Par Mathieu le

Sleeping Dogs : pour les fans de cinéma asiatique qui aiment réaliser des combos à la Bruce Lee

sleeping-dogs

À sa sortie lors de l’été 2012, Sleeping Dogs avait convaincu pas mal de rédactions. Basé sur un scénario tout droit sorti d’un esprit à la John Woo, le jeu proposait au joueur d’incarner Wei Shen, un agent infiltré. Reproduisant fidèlement la sublime ville de Hong-Kong, il se voulait plus un GTA-like typé action et spécialisé dans les courses poursuites. En clair, pour apprécier le jeu, il vous faudra faire l’impasse sur les personnages charismatiques (qui sont partis loin) ou le côté “histoire passionnante” .

Néanmoins, la partie combat était elle d’un excellent niveau et il faut dire qu’on a vraiment apprécié maîtriser l’ensemble des coups spéciaux de notre héros et faire évoluer ses compétences au fil de l’aventure. À l’instar d’un Bruce Lee ou d’un Jackie Chan, on s’y croyait presque et on se surprenait même à chercher la bagarre, histoire de montrer aux PNJ qu’on maîtrisait grave le karaté. Et ça, c’était cool.

Notre test
Lien pour vous le procurer

Mafia III : pour les joueurs qui se focalisent sur l’histoire

nologomafiajpg-73e6e7-1280w-1_4hdj

Vous l’avez entendu un peu partout normalement : Mafia 3 a été une déception. Il faut dire qu’on avait placé de grandes attentes sur ce jeu et qu’on espérait enfin voir un jeu concurrencé sur le long terme la série des GTA. Malheureusement, l’open-world de New Bordeaux est vide et grisâtre, comme si la vie l’avait quitté. Mais, pour les joueurs qui peuvent se passer du côté “missions secondaires” et qui ne sont pas tant intéressés par la technique pure d’un jeu (graphismes peu reluisants, textures fades), il y a quelque chose à faire. Mafia III nous conte une vraie bonne histoire, dans la droite lignée de films comme American Gangster ou Les Affranchis.

Les personnages ont tous une véritable âme et le jeu se suit comme une sorte de documentaire ultra-réaliste où des faits fictifs se mèlent au concret. Vous apprécierez notamment prendre le contrôle du héros, Lincoln Clay, un afro-américain de la fin des années 60 confronté au racisme et à la violence de l’époque. Pas la franche réussite attendue mais un bon moyen de distraction allié à un gameplay simple et efficace. Si De Niro vous manquait, foncez.

Notre test
Lien pour vous le procurer

Just Cause III : pour les accros à l’adrénaline

just-cause

Just Cause 3 ne s’embarrasse pas avec des prétextes faussement intelligents. Dès les premières minutes de jeu, nous savons en face de quoi nous sommes : un bac-à-sable géant de n’importe quoi. On retrouve Rico qui veut cette fois-ci mettre à bas la dictature du général Di Ravello et pour cela, il compte faire ce qu’il fait depuis toujours : foutre le bordel. Armes étranges, grappin géant et jetpack surpuissant sont donc au programme pour un jeu qui vous fera passer des heures à voler dans le ciel afin d’atteindre les nuages pour finalement vous laisser tomber. Le jeu édité par Square Enix a bien compris qu’il fallait aussi proposer aux joueurs un GTA-like qui ne se prend pas au sérieux et qui se base surtout sur ses gun-fights jouissives et sur sa liberté d’action.

Dans ce dernier épisode, tout est poussé au paroxysme, des dialogues en passant par la modélisation de l’open-world (l’archipel de Medici) et des possibilités de gameplay. Comme votre personnage, vous devrez être sous adrénaline pour bien gérer votre partie et les différentes possibilités qui s’offrent à vous. Et si vous aimez ça, préparez vous à y passer de nombreuses heures.

Notre test
Lien pour vous le procurer