Dossier

[Dossier] Ces jeux vidéo Retour vers le Futur (souvent mauvais)

L'invention de l'over-bored

Par killy le

Si Retour vers le Futur premier du nom restait relativement sage dans ses entrelacements narratifs, sa suite joue bien davantage sur les idées de paradoxes temporels et de lien cause-conséquence, multipliant les timelines. Autant dire qu’avec la technologie d’époque en matière de jeu vidéo, il n’était pas évident de retranscrire fidèlement cette dimension de voyage dans les nœuds de l’espace-temps. Comme souvent, il fut donc choisi de se cantonner à quelques passages marquants du film, ou simplement présents quelques secondes, afin de s’en servir de base de game design. Back to the Future Part II, présent une nouvelle fois sur Amstrad CPC, ZX Spectrum et Master System entre autres, plusieurs mois après la projection en salles du long-métrage (1990), apporte quelques menus changements au schéma basique du premier. Outre un fonctionnement en miroir toujours aussi paresseux, le jeu offre au moins quelques séquences originales, comme une phase incompréhensible dans laquelle il faut visiblement éviter de croiser le double des personnages dans le futur. Pourquoi pas. Le reste se compose d’un doublon de niveaux axés sur de la plate-forme classique et de l’esquive de dangers pas vraiment identifiables sur un hoverboard, ou un skate, suivant le contexte.

Back to the Future Part III tente lui de se diversifier un minimum en abandonnant la répétition d’un même élément de gameplay seulement grimé pour passer inaperçu. Sorti dans la foulée du troisième film, le jeu propose seulement 3 niveaux distincts. Une course à cheval où le but est d’essayer de survivre, littéralement, ainsi qu’une sorte de jeu de tir consistant en un lancer d’assiettes sur des ennemis et enfin l’assaut d’un train sous la forme d’une séquence de plates-formes. Partageant tous une certaine médiocrité et la formule magique : temps de jeu potentiellement court + difficulté aberrante = bonne durée de vie, les jeux parus sous la marque Back to the Future ont aussi en commun un certain respect de l’oeuvre originale. Ce dont se fiche totalement l’outsider Back to the Future II & III sorti sur NES fin 90 et développé par les foufous de Beam Software.