Dossier

[Dossier] Star Trek, le guide pour les noobs

Le cas de la chronologie Kelvin

Dossiers / Comparatifs

Par Pierre le

A la fin des années 2000, la Paramount décide de relancer la franchise Star Trek, en la rendant plus moderne, plus en phase avec son époque. Un reboot est lancé sous l’égide de JJ Abrams, qui décide de mettre en scène l’équipage original. Si les fans de la première heure ont parfois du mal avec le nouveau ton de leur saga préférée, il faut reconnaître que le Star Trek nouveau a brillamment relancé la franchise en la faisant connaître aux profanes. Car c’est bien là le but de cette nouvelle licence.

Star Trek (Date de sortie : 2009 — Date dans la chronologie alternative : 2258)

Réalisé par JJ Abrams, Star Trek signe le reboot de la franchise. Mais pas un reboot bête et méchant comme on en voit souvent. Non. Abrams a eu l’idée brillante de créer une nouvelle chronologie rien que pour ses films.

En effet, le méchant, Nero, vient du futur (de la chronologie originale, donc) et modifie le passé, afin de créer une réalité alternative : la timeline Kelvin.

Ainsi, Kirk, Spock et leur copains (incarnés par des acteurs plus jeunes) sont placés dans un univers vierge où tout est possible.

Star Trek et ses deux suites sont parfaits pour les profanes, mais ne représentent malheureusement pas l’esprit Star Trek originel.

Star Trek Into Darkness (Date de sortie : 2013 — Date dans la chronologie alternative : 2259)

Sorte de remake de La Colère de Khan, Into Darkness est haï par les fans pour son côté trop Starwarisant. Ce n’est pas un hasard si Abrams a réalisé Le Réveil de la Force juste après. On lui reproche également de singer le film de 1982 avec des scènes maladroitement copiées/collées.

Benedict Cumberbatch est convaincant dans son rôle. Néanmoins, son personnage, le méchant emblématique du nom de Khan, se montre trop faible au niveau de l’écriture pour convaincre.

Star Trek Sans Limites (Date de sortie : 2016 — Date dans la chronologie alternative : 2265)

Véritable hommage à la série originale, Sans Limites prend place au même moment que les premiers épisodes de cette dernière (mais dans la chronologie alternative, faut suivre !). Un film correct, bien mené et qui est plus en phase avec la philosophie Star Trek que les deux films précédents.