Dossier

[Dossier] X-Men : Bryan Singer a-t-il changé le monde ?

C'est français, c'est la police française !

Dossiers / Comparatifs

Par Feel le

Trop souvent, nous sommes prompts à critiquer tel ou tel réalisateur pour des aspects qui ne nous plaisent pas, des choses que l’on pense ne pas correspondre à ce qu’est réellement un personnage, un peu comme si les héros de comics nous appartenaient. C’est d’un égocentrisme fou. Car hormis quelques faits inébranlables (Superman vole et peut casser des planètes à coup de poing, Batman est un super détective, Spiderman grimpe aux murs, Hulk est un peu en colère…), presque tout ce qui définit nos héros préférés n’est jamais vraiment figé. Captain America n’a pas toujours été un super patriote, Spiderman n’a pas toujours été Peter Parker, et Wolverine est alternativement né avec ses griffes, ou les aurait récupérées lors du projet Arme X, selon le scénariste du moment.

Alors pourquoi râle-t-on systématiquement dès qu’un film ne dépeint pas NOS héros comme NOUS le voulons ? Sans doute déjà parce que l’attente pour un film n’est pas la même que celle pour un comic book. Peut-être aussi parce qu’on se fait une image tellement personnelle de ce que pourraient être nos super héros sur grand écran que forcément, quand ça arrive, certains d’entre nous ont pris le pli d’être déçus.

Deux poids…

Et pourtant, toutes ces adaptations au ciné ne font que reproduire ce que des scénaristes de comics proposent depuis des décennies : partir d’un postulat de base et retravailler l’univers d’une façon plus ou moins suivie, cohérente, et réussie. Des méchants qui deviennent subitement gentils, des origines réécrites quand ça arrange tel auteur, des morts qui reviennent à la vie… En un peu plus de 50 ans d’existence des X-Men, il est difficile d’imaginer qu’on puisse absolument aimer l’intégralité de leurs aventures sur papier, et détester viscéralement le travail de Singer. Ça n’a pas de sens. Ce serait d’une mauvaise foi sans nom. Si l’œuvre originale a su proposer du bon et du moins bon, il est clair que les adaptations ciné ont fait de même. Ne faut-il alors pas se satisfaire du meilleur et accepter que de toutes façons, il y a peu de chances pour qu’une adaptation soit à 100% conforme à ce que l’on attendait ?

D’ailleurs, cette déception est-elle systématique ? Et globale ? Que nenni. Nombreux sont celles et ceux (fans ou non) qui ont aimé tous les films X-Men, spin-off compris. Et au final, peu importe le camp dans lequel vous vous trouvez, il n’y a qu’une chose à retenir : tout ceci fait du bien à l’industrie du comic book. Et en tant que fan, c’est tout ce qui devrait compter.

03