Dossier

Notre guide d’achat geek ultime : plus de 130 idées cadeaux à (s’)offrir pour Noël 2017

Les jeux de société

Depuis quelque temps maintenant, les critiques de jeux de société ont fait leur apparition sur le Journal du Geek. À des lieues du Monopoly ou du Scrabble, les jeux de société d’aujourd’hui s’approchent souvent des jeux vidéo ou des Livres dont vous êtes le héros, venant sans cesse proposer de nouvelles idées innovantes ou reprenant des classiques remis au goût du jour. Quoi qu’il en soit, le jeu de société a le vent en poupe en ce moment, et voici donc une sélection de quelques titres qui mériteraient bien de se retrouver emballés sous le sapin. Notez que nous n’avons présenté ici aucun des jeux déjà chroniqués dans notre rubrique « On joue à des jeux de société », pour ne pas faire de redite, mais que chacun des jeux de la rubrique mérite aussi sa place dans cette liste. Joyeux noël ludique !

Exploding Kittens

Fiche d’identité
• Éditeur : Expoding Kittens
• Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 2 à 5 / 7+ / 20 min
Prix conseillé : 18 €

Vous aimez les chats, les jeux de cartes un peu débiles et faire plein de crasses à vos ami(e)s ? Ne cherchez plus, Exploding Kittens est pour vous. Chacun leur tour, les joueurs vont pouvoir jouer une ou plusieurs cartes de leur main, et finir leur tour en en piochant une nouvelle, dans la pioche unique. Mais attention, car cette pioche contient des cartes Exploding Kitten qui signent votre arrêt de mort si vous n’avez pas de kit de désamorçage en main. Armé de cartes piochées au hasard, vous allez devoir survivre le plus longtemps possible, sans piocher des cartes. Pour ce faire, tous les coups fourrés sont bons : forcer un adversaire à jouer deux fois (et donc multiplier ses chances de tomber sur une mauvaise carte), piocher des cartes dans les mains des autres joueurs, ou encore récupérer une carte primordiale dans la défausse. Et si vous êtes éliminé, vous pouvez encore choisir où vous remettez la carte qui vous a éliminé, dans le deck de pioche. Infâme jusqu’au bout, mais très très drôle.

When I Dream

Fiche d’identité
• Éditeur : Repos Productions
• Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 4 à 10 / 8+ / 30 min
Prix conseillé : 27 €

Concept onirique mais surtout diablement destructeur de neurones, When I Dream vous fait deviner des éléments d’un rêve, que vous devez reconstituer. Les yeux bandés, le joueur actif doit deviner un mot ou un nom présent sur une carte, à l’aide de mots indices que lui donnent les autres joueurs, à tour de rôle. Dès qu’il fait une proposition, on passe à la carte suivante, sans lui dire s’il a vu juste ou s’est trompé. Seulement voilà, si certains joueurs incarnent des fées et aident le joueur à se souvenir correctement de ses rêves, d’autres incarnent des croque-mitaines qui vont tout faire pour que le joueur soit confus et se trompe. D’autres encore incarnent le Marchand de sable qui lui est comme la Suisse, et cherche l’équilibre entre réponses fausses et correctes. Une fois que le sablier écoulé, le joueur, qui ne sait toujours pas si les propositions qu’il a faites sont bonnes ou mauvaises, doit « raconter » son rêve, en reprenant le plus d’éléments possibles des cartes qu’il a découvertes (toujours sans les voir). On doit donc à la fois tenter d’en deviner le plus possible, et en plus se souvenir de toutes, pour reconstruire une histoire et marquer des points. Redoutable pour la mémoire et les méninges, When I Dream est soutenu par des illustrations magnifiques.

Kingdomino

Fiche d’identité
• Éditeur : Blue Orange
• Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 2 à 4 / 8+ / 15 min
Prix conseillé : 19 €

Construire le plus beau royaume à l’aide de gros dominos colorés, il n’y avait que Bruno Cathala pour penser à ça et en faire un jeu aussi accessible et accrocheur. Dans Kingdomino, vous êtes des seigneurs qui s’affrontent en tentant d’étendre votre royaume de la façon la plus prospère possible. Pour cela, vous choisissez puis placez des dominos contenant chacun un ou deux éléments (rivière, forêt, plaine, mine…) autour de votre royaume, en respectant quelques règles de placement simplissimes, mais qui viennent très rapidement ajouter un aspect stratégique à la partie. Marquer des points en multipliant les couronnes présentes dans chaque section, composer un royaume parfaitement carré ou faire en sorte que votre château se trouve au centre, les façons de remporter la partie sont multiples. Kingdomino s’apprend rapidement, se joue tout aussi vite, et s’adresse à un public familial. Aucun souci donc pour faire jouer mémé après la bûche.

Celestia

Fiche d’identité
• Éditeur : BLAM!
• Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 2 à 6 / 8+ / 30 min
Prix conseillé : 22 €

Stop ou Encore dans un monde onirique, Celestia ne fonctionne vraiment qu’après la seconde partie, le temps d’avoir bien compris les mécaniques. À partir de là, il va devenir difficile de le lâcher. Tour à tour, les joueurs vont prendre la place du capitaine d’un navire volant, et navigueront en des lieux de plus en plus dangereux, récoltant tout un tas de trésors fabuleux. Les autres joueurs, en tant que membres de l’équipage, pourront décider de descendre du navire à chaque escale, afin de conserver ce qu’ils auront déjà amassé. Une fois descendu, vous ne pouvez plus remonter dans le navire avant le tour de jeu suivant, donc ne descendez pas trop vite. Sauf que, si vous tardez trop à descendre et que vous êtes dans le navire quand il se crashe, vous perdez tout ! On est donc constamment dans l’anticipation et la prise de risques, tandis que le capitaine du navire, lui, peut tenter de bluffer pour augmenter ses gains. Très joli, très simple à mettre en place, Celestia est un excellent compagnon d’après-midi pluvieux.

7 Wonders Duel

Fiche d’identité
• Éditeur : Repos Productions
• Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 2 / 10+ / 30 min
Prix conseillé : 25 €

Petit frère du légendaire jeu 7 Wonders, Duel est une version exclusive à deux joueurs. Redoutablement efficace, il s’agit là d’un des meilleurs jeux à deux actuellement sur le marché. Accessible, facile à prendre en main mais difficile à maîtriser, Duel a clairement tous les atouts du jeu à posséder absolument dans sa ludothèque. Les deux joueurs se font face et vont tour à tour piocher dans le même set de cartes, disposé de façon à ce que certaines soient visibles, mais impossibles à ramasser tout de suite. Tout se joue sur l’anticipation de la façon dont l’adversaire va vouloir jouer. Collectez des ressources pour construire des merveilles, contrecarrez les plans de votre adversaire en récupérant ou en défaussant des cartes qu’il convoitait, déclarez-lui la guerre ou devenez indécemment riche. Duel reprend nombre des mécaniques de son aîné, tout en proposant un jeu plus simple et cette fois réellement adapté à deux joueurs. Les parties sont plus rapides et s’enchaînement plus facilement. Ajoutez à cela une extension qui rajoute un vrai plus, et vous avez un jeu qui risque fort de figurer cette année encore, sur de nombreuses listes au père Noël.

Pandemic Legacy

Fiche d’identité
• Éditeur : Filosofia
• Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 1 à 4 / 13+ / 60 min
Prix conseillé : 60 €

Disponible en version bleue ou rouge (ce qui ne change absolument rien du tout au jeu lui-même), Pandemic Legacy est une version remaniée du classique Pandémie. Seulement ici, il ne s’agit pas juste d’un jeu de société avec lequel on va jouer pendant une heure ou deux et ranger, non. Il s’agit d’une aventure, suivie dans le temps, et surtout évolutive. Avec des amis (c’est toujours mieux avec des amis), vous allez donc vivre douze mois dans l’enfer de propagation de virus mortels, en jouant douze sessions d’environ une heure de jeu à chaque fois. Chaque fois, les décisions que vous prendrez se répercuteront sur la suite de l’histoire et une erreur au début pourra avoir des conséquences désastreuses plus tard dans la partie. Si un personnage meurt, il meurt, comme dirait Ivan Drago. Le joueur en prend alors un nouveau et sèche ses larmes. C’est juste dommage si vous perdez le spécialiste en virus alors que le mois suivant un nouveau virus explose en Europe…

Autre élément du jeu, les règles sont évolutives. De nombreuses parties de la notice sont au départ vierges et viennent être complétées au fur et à mesure des sessions, chaque mois venant avec une enveloppe contenant des éléments à coller dans les règles du jeu et d’autres sur le plateau. Certaines cartes sont amenées à être détruites (oui, carrément déchirées), donc si vous êtes du genre psychorigide, attendez-vous à vivre une double aventure. Et surtout, attention aux nombreux spoils qui tournent sur Internet concernant ce jeu. Si l’aventure vous fait envie, un conseil : jetez-vous dedans sans rien lire d’autre que ça.

Santorini

Fiche d’identité
• Éditeur : Roxley Games
• Nb de joueurs / âge / temps de jeu : 2 à 4 / 8+ / 20 min
Prix conseillé : 55 € (import ou magasin physique uniquement)

Désormais disponible avec des règles du jeu traduites en français, Santorini n’acceptera plus aucunes excuses pour ne pas se retrouver au pied du sapin. Sorte de mélange entre le jeu d’échecs et de placement, vous incarnez ici des ouvriers qui construisent des immeubles dans la ville de Santorin, en Grèce. Le but est simple, soyez le premier à amener un de vos ouvriers au sommet d’un immeuble, pour vous rapprocher des dieux, et remporter la partie. Seulement pour ça, il faudra suivre une règle simple de mouvement et de placement, mais qui fait tout le sel du jeu : vous DEVEZ déplacer un ouvrier à chacun de vos tours, puis vous DEVEZ construire un étage sur une case adjacente. Et vous ne pouvez monter que d’un seul étage par tour. Cela paraît simple et évident dit comme ça, mais en pratique, quand on commence à devoir construire pour bloquer l’adversaire et plus pour progresser, ou qu’on se rend compte trop tard qu’on vient de se faire coincer entre deux immeubles trop hauts pour qu’on les franchisse, on saisit alors toute la profondeur tactique de Santorini. Ajoutez à cela des dieux et des héros légendaires qui peuvent vous prêter main forte ou au contraire vous rendre la vie plus difficile, et vous obtenez un jeu aussi magnifique qu’il est addictif.