Dossier

Pourquoi diantre a-t-on utilisé une DeLorean DMC-12 dans la trilogie de Retour Vers le Futur ?

Une star malgré elle

Une star malgré elle

La chose intéressante, c’est que la DeLorean n’était pas une bonne voiture sur le marché. Elle était lourde, manquait de dynamisme, n’avait aucune reprise et coûtait cher. D’un autre côté, elle ne ressemblait à aucune voiture. Elle était à la fois un symbole du futur, mais également un symbole du passé. Une innovation présentée comme une révolution qui fit un flop et dont la production stoppa après seulement 3 années de production. C’est ce qui a incité les scénaristes Bob Gale et Robert Zemeckis à la choisir elle plutôt qu’une autre.

delorean-back-to-the-future

Son côté innovant plaisait au Doc, son côté ringard rebutait Marty. Il fallait également une voiture symbolisant le futur, mais assez réaliste pour s’inscrire dans le présent (le présent au moment de la sortie du film). À ce moment-là, personne ne savait si le film marcherait, et personne ne se douterait qu’une voiture au piètre destin et sans aucune considération, deviendrait le symbole de toute une génération. Elle fait penser à ces produits qui plaisent à une poignée de fans, sans succès, et qui finissent aux oubliettes alors qu’ils promettaient beaucoup. Ou encore, à ces objets dénués d’intérêts qui, une fois passés dans les mains de génies, se transforment et deviennent mythiques. C’est en ça que la DeLorean est liée à l’univers Geek : impopulaire, elle fut choisie par un savant fou qui trouvait son côté « high-tech » génial, et qui l’a transformé dans l’imaginaire de tous, comme le meilleur véhicule au monde.

delorean-auto-retour-vers-futur-dmc-12

Aujourd’hui, les DeLorean DMC-12 (sans convecteur spatio-temporel) se négocient entre 35 et 45 k€. Il y a quelques années, on les trouvait pour 15-20 k€.

C’est la société texane DeLorean Motor Company Of Texas, fondée par Stephen Wynne (qui récupéra les droits d’utilisation de la marque DMC) qui assure la distribution des pièces détachées, après avoir acquis l’outillage et les pièces restantes en 1997, soit 14 ans après l’arrêt de la production. À ce jour, 99% des pièces sont disponibles.

Delorean

Enfin, une des raisons du choix était également d’ordre pratique, car on ne peut pas faire ce que l’on veut d’une voiture dans un film. Les constructeurs ont des exigences (plans, degré de destruction et conditions, etc.). Autant de contraintes qui s’ajoutent à celles du film. Or, la DeLorean de BTTF est d’abord nourrie au plutonium,

PlutoniumBRIGHT

puis aux détritus,

TeamTimeCar.com-BTTF_DeLorean_Time_Machine-OtoGodfrey.com-JMortonPhoto.com-03 et enfin, est poussée par un train.

snapshot20081112194155

Elle prend d’ailleurs cher tout au long du film. En choisissant une voiture libre de toutes ces contraintes, les scénaristes s’offraient une certaine liberté.

back-to-the-future-3-delorean

C’est donc le triste destin de la DeLorean DMC-12 (sa conception maintes fois revue, sa fabrication qui fut catastrophique au départ, ses ventes médiocres, l’arrestation d’un de ses deux géniteurs, la faillite de la société qui la produisait) qui lui permit de devenir cette icône si célèbre. Parce qu’au fond, on la kiffe tous la DeLorean !

Paul Nigh's 'TeamTimeCar.com' Back to the Future DeLorean Time Machine