Dossier

[Dossier] Power Rangers : Des collants fluo au blockbuster

Une oeuvre multi-générationnelle

Dans un prochain dossier, nous allons analyser ce qui fait que les Power Rangers puissent plaire à d’autres publics que les kids à qui cette franchise est initialement destinée. Afin de ne pas faire de redite, nous nous concentrerons donc aujourd’hui sur l’historique de cette saga, en commençant par celui avec qui tout a débuté. Non, pas le barbu qui habite dans les nuages, mais bien Haim Saban. Autocrédité créateur de la série, Saban est en fait un producteur visionnaire, un homme capable de voir les sacs de billets que représente tel ou tel concept. Producteur entre autres des génériques d’Ulysse 31, M.A.S.K. ou encore Inspecteur Gadget, Haim Saban parle six langues, a la double nationalité (Israëlien et Américain) et pèse lourd, très lourd. Connu pour être un peu le Midas du divertissement pour enfants (pas le pro du pot, l’autre), Saban est responsable de moult souvenirs de plusieurs générations de petits monstres collés devant leur télé le mercredi après-midi.

Et l’idée de génie derrière les Power Rangers, c’est lui. Toujours à l’affut d’un concept qui pourrait cartonner et lui permettre d’ajouter des toilettes en or dans chacune des pièces de sa villa, Haim Saban découvre dans les années 80, lors d’un voyage au Japon, les Super Sentai. Franchise hyper célèbre au Japon, véritable pan de la culture nippone, dans laquelle des adultes à-priori ordinaires revêtent des tenues en spandex colorés pour combattre les forces du mal venues de l’espace, les Super Sentai tapent directement dans l’œil (et dans le portefeuille) de Saban.

Seulement, selon lui, le concept est un poil trop Japonisant pour être exporté comme tel. Il fait donc un pari de folie : racheter les droits d’exploitation et une licence lui permettant de filmer du contenu original dans le même univers, avec les mêmes costumes et de tout remixer en une toute nouvelle série. Il monte un pilote un peu fou dans lequel il se moque de lui-même, et part en quête d’un diffuseur. Quête qui va lui durer huit années durant lesquelles il va lutter comme un forcené pour faire accepter son concept. Jusqu’au jour où la Fox accepte de lui commander une saison de ce qui va devenir un élément important de la pop culture des années 90. C’est ainsi qu’il va transformer Super Sentai Zyuranger en Mighty Morphin Power Rangers.