Dossier

Renault présente EZ-GO, son nouveau concept-car qui préfigure les voitures-robots urbaines du futur

Robots

Par Gaël Weiss le

Avec ce nouveau concept-car, Renault veut imaginer la place que prendront les voitures autonomes une fois que la technologie sera parfaitement au point et qu’elles seront donc capables de naviguer en ville. EZ-GO, c’est tout simplement un nouveau type de transport en commun, à mi-chemin entre le service de VTC et le bus.

Son design, tout d’abord, est volontairement futuriste. Renault a voulu faire quelque chose d’emblématique. A la façon des taxis jaunes new-yorkais ou des cabs londoniens, les designers de Renault ont voulu faire un véhicule immédiatement reconnaissable et qui s’intègre parfaitement à la ville. Il s’agit donc d’une capsule, d’une bulle dans laquelle toute la place est laissée aux passagers.

Très grande surface vitrée

Une capsule imposante, avec ses 5,20 mètres de longueur et ses 2,20 mètres de largeur. A l’intérieur, la hauteur sous toit est de 1,60 mètres. Tout a été conçu de façon à laisser de la place aux six passagers qui peuvent prendre place dans la voiture.

Du fait de sa très grande surface vitrée, l’intérieur est très lumineux et permet aux passagers d’apprécier pleinement le paysage. La sensation d’espace à l’intérieur de la voiture est en tout cas saisissante, comme à l’intérieur d’un petit bus, en plus convivial.

EZ-GO est d’ailleurs un véhicule autonome de catégorie 4, entièrement électrique. La voiture se débrouille toute seule de bout en bout, puisqu’elle est capable d’aller chercher ses passagers et de les emmener à destination. Elle peut aussi se recharger elle-même puisque ses batteries se rechargent par induction. Une technologie qui n’existe pas encore pour les voitures, mais qu’importe, il s’agit là d’un concept-car. A noter qu’en cas de problème, la voiture est capable de se déporter et de s’arrêter en urgence, voire de rentrer automatiquement dans un centre de maintenance.

Crédit Julien Oppenheim
[nextpage title= »A l’intérieur de l’habitacle »]Il n’y a pas de tableau de bord dans EZ-GO. A l’intérieur de l’habitacle se trouve simplement quelques sièges placés comme des bancs, en U, dans lesquels prennent place les passagers. Le seul écran présent à l’intérieur de l’habitacle est un petit écran sur lequel est indiqué dans combien de temps se trouve le prochain arrêt.

Car EZ-GO se veut être l’avenir du VTC. Utilisée par des sociétés privées, Renault lui-même, ou les villes, la voiture pourra être commandée depuis une application pour smartphone et peut aussi bien être privatisée que partagée avec d’autres utilisateurs . Il n’y a même pas de bouton à l’extérieur pour ouvrir la voiture : tout se contrôle au smartphone ou sur les bornes d’arrêt du véhicule – un peu comme un arrêt de bus – sur lesquelles on commande l’arrivée d’un véhicule. A l’intérieur, les seuls boutons présents sont là pour ouvrir la voiture, en cas d’urgence.

Crédit Julien Oppenheim

Une voiture pensée pour la ville

Ce dépouillement est entièrement voulu par Renault. Si les ceintures de sécurité sont présentes, par exemple, c’est tout simplement parce qu’elles sont encore obligatoires aujourd’hui.

Mais pour Renault, d’ici 10 ou 15 ans, quand la voiture autonome sera parfaitement autonome, il n’y en aura plus besoin. D’autant plus que EZ-GO se limite à la ville. Cette voiture ne dépasse donc jamais les 50 km/h.

Crédit Julien Oppenheim

Voiture urbaine oblige, EZ-GO a été pensé pour être le plus accessible possible. Cela explique notamment pourquoi la voiture s’ouvre par l’avant et dispose d’une passerelle pour monter. Cette très grande ouverture permet donc d’entrer à l’intérieur debout (à condition de ne pas faire 1m90 comme moi) et permet surtout aux personnes en chaises roulantes ou accompagnées d’une poussette d’accéder à la voiture aisément. Plutôt bien vu.

Crédit Julien Oppenheim

Voiture à partager

Concept-car oblige, EZ-GO ne verra jamais le jour en l’état. Mais aussi futuriste que soit son design ou ses technologies, le concept de voiture autonome que l’on commande par smartphone et que l’on peut éventuellement partager semble terriblement crédible. Je ne suis pas certain que l’on verra ce genre de véhicule d’ici 10 ans, mais ce genre de service et de véhicule pourrait bel et bien voir le jour d’ici une vingtaine d’année.