Test

Asus ROG Phone : notre test du smartphone gaming le plus équipé

Autonomie, Photo, Logiciel et Performances

Notre avis
8 / 10
Android

Par Camille Suard le

Autonomie, Photo

Le ROG Phone est équipé d’une batterie avec une capacité de 4000 mAh. Nous n’en attendions pas moins pour un smartphone de cet acabit et son écran performant. Avec une utilisation assez diversifiée et sans un affichage à 90 Hz, il peut tenir jusqu’à une bonne journée et demie, voire deux petits jours. Si vous souhaitez pousser le smartphone dans ses retranchements, et c’est bien là tout l’intérêt quand on achète un smartphone aussi particulier, l’autonomie peut redescendre à une timide journée, voire moins si vous le transformez en console de jeux. Il bénéficie de la recharge rapide Quick Charge 4.0 de Qualcomm. Il gagne un peu plus de 50 % en une demi-heure et demande une heure et vingt minutes environ pour atteindre les 100%. Plutôt bon !

À l’arrière le smartphone embarque un double module photo à l’arrière avec un premier capteur grand-angle de 12 Mégapixels et un second de 8 Mégapixels pour le très grand-angle. Cela devrait vous rappeler le Zenfone 5Z d’Asus, puisqu’il s’agit de la même configuration. Ainsi, sans trop s’étendre, le premier capteur réussit à capturer de bonnes photos quand l’environnement lumineux le permet. Les couleurs sont vives, le contraste bon et le niveau de détails appréciable. Cela reste évidemment en dessous des photophores sortis ces derniers mois, mais les résultats n’ont rien à envier aux concurrents… du Zenfone 5Z sorti l’été dernier au prix de 500 euros. Pour un smartphone tarifé à 900 euros, on pouvait espérer davantage même s’il fait mieux que son principal concurrent le Razer Phone 2. Le très grand-angle ne souffre pas trop de déformation, du moins, pas plus que la majorité des modules photo de ce genre sur smartphone. La perte de détails est elle, significative.

De nuit, on observe une accentuation du traitement logiciel pour éviter une trop forte présence de bruit et de sous-exposition. Résultat, les effets de textures et les détails se trouvent un peu gâchés par le lissage. Mais dans l’ensemble, les photos en basses lumières ne sont pas à jeter. Le mode très grand-angle n’apporte lui pas tellement d’intérêt tant les clichés pullulent de bruit électronique.

Enfin, la caméra avant et ses 8 Mégapixels n’apportent aucune surprise : il s’agit de la même que sur les Zenfone 5 et 5Z. Les autoportraits sont dans la majorité des cas satisfaisants.

Logiciel et Performances

Avec Android Oreo 8.1 seulement et un correctif de sécurité daté du 1 novembre 2018, le ROG Phone ne fait pas partie des smartphones les plus à jour qu’il soit. Et ce n’est pas faute d’avoir cherché régulièrement jusqu’au 17 janvier 2019 de nouvelles révisions. La surcouche du constructeur Asus ROG ressemble beaucoup à celle des modèles plus canoniques de la marque. Si globalement cette dernière a eu tendance à devenir de moins en moins intrusive, le ROG Phone doit faire avec une esthétique plus clinquante. Passé cela, on retrouve quelques possibilités qui ne dénature pas avec Android comme le tiroir d’applications, Google Actu à droite, le panneau de raccourcis et volet de notifications en haut, etc. Quelques éléments de personnalisations bienvenus viennent compléter l’expérience tels que les réglages autour de l’affichage, le néon du logo à l’arrière, mais surtout, des ajouts pour enrichir les sessions de jeux.

Nous expliquions un peu plus haut que le ROG Phone bénéficiait d’un contrôle à pression appelé AirTriggers. Le véritable intérêt, outre les raccourcis quand l’appareil est tenu à l’horizontale, c’est d’utiliser ces zones pour simuler des gâchettes. Pour en profiter, il faut les activer dans ce qu’Asus appelle le Centre de jeux. C’est ici que vous allez pouvoir paramétrer et personnaliser votre ludothèque et même, créer des configurations pour chacun des titres. Si vous connaissez les PC ROG, vous n’allez pas être trop dépaysé : état du CPU/GPU, utilisation en temps réel de la mémoire vive et espace stockage, choix pour le taux de rafraîchissement de la dalle, le ventilateur (fourni avec le smartphone), le mode X pour ne pas se faire polluer l’expérience de jeu avec des notifications et vider la mémoire. Enfin, les outils disponibles avec le mode Game Genie permet d’améliorer l’immersion dans les parties et d’activer encore plus rapidement certaines fonctionnalités vues précédemment comme les AirTriggers, arrêter les notifications, afficher des informations, mais aussi enregistrer ou diffuser sa partie sur Twitch ou YouTube.

Mais pour garantir une expérience optimale, il faut aussi regarder ce qu’il y a sous le capot de ce ROG Phone. Avec un Snapdragon 845 et 8 Go de RAM, le smartphone assure une grande fluidité sans jamais faillir. L’appareil chauffe sans brûler les doigts quand il se trouve vivement sollicité. Le ventilateur qui accompagne l’achat de l’appareil permet de maintenir une température relativement basse : un plus pour les sessions de jeu à rallonge sans perte de performances. Comme n’importe quel haut de gamme bien optimisé, il fait tourner les jeux les plus gourmands en attestent nos parties de PUBG Mobile et Asphalt, ainsi que les scores de benchmarks obtenus.