Test

[Campagno-Test] Legacy of the Void clôt-il la trilogie StarCraft II en beauté ?

Blizzard fait du Blizzard

Par François le

Revenons donc à notre question de base : est-ce que le voyage débuté en 1998 méritait le détour ? Oui, sans aucun doute, non seulement grâce à l’écriture plutôt maligne des équipes de Blizzard, mais aussi parce que le gameplay solo de StarCraft II reste un modèle du genre. Legacy of the Void, comme les deux campagnes qui le précèdent, reprend à son compte les méthodes trouvées par le studio américain pour varier au mieux son périple. Blizzard utilise certes les mécaniques de base du jeu de stratégie en temps réel (construire, produire, combattre…) mais propose également quelques originalités.

Screenshot2015-11-16 22_08_07

Par exemple, une des missions nous fait prendre le contrôle du Forge Phase Karax (sorte d’ingénieur). Il porte sur lui un équipement qui le transforme en véritable « Pylon ». Il faut donc le déplacer lui pour activer des bâtiments Protoss à l’abandon sur la carte. Dans plusieurs autres missions, il faudra gérer des bases multiples, en comptant sur de riches rebondissements tout au long de la partie. Bref, la campagne de Legacy of the Void compte suffisamment de surprises pour nous tenir en haleine jusqu’au bout.

Si le développeur californien boucle ici quelque chose (de grand), il laisse cependant une porte ouverte très claire à une suite, même si ce ne sera probablement plus avec les personnages que l’on a connus. En attendant, on sait déjà que les Protoss, les Zergs et les Terrans continueront leurs aventures via des DLC purement solo, dont le premier, centré sur le personnage de Nova, a été annoncé lors de la BlizzCon. Avec une sortie prévue pour le printemps 2016.

StarCraft II : Legacy of the Void, disponible sur PC
Les visuels qui illustrent ce Campagno-Test sont des screenshots de la campagne