Test

[Test] Mariposas : plongez en pleine nature et suivez le cycle migratoire des papillons

Jeux de société

Par Redac JDGe le

Chaque année, au printemps, des millions de papillons, les monarques, quittent le Mexique pour migrer vers l'Amérique du Nord. À l'automne, des millions de nouveaux monarques reviennent au Mexique. Mais aucun d'entre eux ne fait l'aller-retour. Un thème une nouvelle fois original pour le 3e jeu d’Elizabeth Hargrave qui a précédemment exploré la composition florale avec Tussie Mussie et la collection d’oiseaux dans le célèbre et incontournable Wingspan.

Mariposas, c’est quoi ?

Dans Mariposas (papillons en espagnol), un jeu édité par Gigamic, 2 à 5 joueurs jouent le rôle d’un groupe de papillons monarques qui effectue sa migration annuelle du Michoacán, au Mexique, à travers l’Amérique du Nord continentale et vice versa, durant 3 saisons. En chemin, ils se nourrissent, se reproduisent et meurent, dans l’espoir d’augmenter suffisamment leur nombre pour sauver leurs espèces menacées.

Mais plus qu’un jeu de déplacement et de collection, Mariposas est une sensibilisation au voyage épique de cette espèce menacée dont la population a chuté de plus de 80% en 10 ans en Amérique du Nord.

Disponible à 39€90 chez Ludum.fr

Comment on joue ?

Une partie se déroule en 3 manches, représentées chacune par une saison. A chaque fin de saison, un décompte a lieu, et celui qui a le plus de points à l’issue de la 3e saison remporte la partie.

Chaque joueur commence avec un papillon de la première génération et 2 cartes actions. A votre tour, vous devez jouer une carte action de votre main et résoudre les déplacements indiqués. Ces cartes permettent de déplacer un seul papillon d’un grand nombre de cases, plusieurs papillons de moins de cases ou plusieurs fois le même papillon sur de courtes distances. A chaque fois que votre papillon termine son mouvement sur une fleur, vous collecter un jeton fleur correspondant. Ces jetons permettent à vos papillons de se reproduire s’ils terminent leur mouvement à côté d’un symbole plante. Les papillons de 1ère génération ne donnent naissance qu’à des papillons de 2e génération qui donnent naissance à des papillons de 3e génération et ainsi de suite. Plus vous avancer dans les générations et plus le coût en jeton fleur est élevé. Vous devez donc optimiser vos déplacements pour faire des lots de fleurs identiques afin d’obtenir des naissances. Ces naissances sont importantes car à chaque fin de saison, la génération précédente est retirée du plateau. A la fin de la partie il ne reste donc plus que des papillons de génération 4.

La gestion des déplacements et des naissances est également importante pour vous assurer d’avoir la bonne quantité de papillons dans les bonnes zones du plateau afin de valider les objectifs de fin de saison. Vous connaissez l’objectif de la première saison dès le début de la partie, mais les suivants ne sont dévoilés qu’au début de la manche suivante, ou avant si tous les joueurs ont fait suffisamment de naissances pour les dévoiler. Il y a des objectifs géographiques qui vous forcent, sans en avoir l’impression, à respecter le parcours migratoire des papillons, et des objectifs de collections de fleurs, de placement sur des couleurs de cases spécifiques ou autours de villes… Ces objectifs sont tirés aléatoirement parmi 20 cartes. De quoi avoir une belle rejouabilité.

Pour compenser la destruction des lieux d’habitats naturels du monarque, il est possible de créer des relais avec des plantes nectarifères pour les papillons et des asclépiades pour les chenilles. Vous n’en fabriquerez pas dans le jeu, mais ces relais sont tout de même représentés un peu partout sur le plateau. Lorsque l’un de vos papillons atterrit pour la première fois sur un point relais, vous piochez une carte bonus qui est soit une carte mouvement spécial ou une carte Cycle de vie qui offre un 1 point de victoire et permet d’obtenir une capacité spéciale si vous arrivez à réunir les 4 de la même couleur.

La dernière saison est la manche la plus longue avec 6 actions par joueur au lieu de 4 et 5 pour les manches précédentes, et c’est pourtant une manche qui ressemble à un sprint. Ramener un maximum de papillons à Michoacán rapporte beaucoup de point, mais vous vous creusez la tête pour optimiser vos déplacements qui sont limités. Certains favoriseront cette source de points de victoire tandis que d’autres chercheront à remplir les objectifs de fin de saison. Vous pouvez aussi essayer de grapiller des points sur les deux. Ces multiples stratégies donnent de la variété et de la profondeur au jeu.

Disponible à 39€90 chez Ludum.fr

Notre avis

Avec Mariposas, Elizabeth Hargrave réussit parfaitement à exprimer son thème dans le fond et la forme avec un gameplay accessible. On ressent le soin méticuleux qui a été apporté dans le mariage du thème et des mécanismes pour nous faire vivre le parcours migratoire des papillons monarques en prenant en compte leurs différentes contraintes à travers des mécaniques de placement, de collection et de gestion des différentes générations.

La principale force de Mariposas est clairement son flux migratoire. La façon dont il s’impose subtilement à nous tout au long de la partie avec les objectifs géographiques, sans pour autant que l’on se sente dans un jeu « tunnel ». On a la liberté d’aller où l’on veut pour répondre aux différentes stratégies et possibilités de scoring, mais le jeu arrive toujours à nous faire respecter ce flux migratoire sans que l’on s’en rende compte. 

Si vous recherchez un bon jeu poétique, Mariposas peut se jouer à la fois tout en décontraction grâce à ses mécaniques accessibles, ou de manière compétitive avec ses nombreux choix à faire à chaque manche pour optimiser les objectifs. Quelle que soit votre manière de jouer, vous ressortirez sensibilisés sur le destin de ces papillons monarques avec l’envie d’approfondir le sujet.

Les plus
Les moins
  • Une bonne retranscription du thème à travers les mécaniques
  • Le flux migratoire qui s’imposte subtilement à nous
  • Accessible mais avec de nombreux choix à faire
  • La gestion des 4 générations de papillons
  • Peut se jouer de manière décontractée ou plus compétitive
  • Trop long à 5 joueurs