Test

[Test] Animal Crossing: Happy Home Designer [3DS]

Un relent mercantile

Notre avis
5 / 10

Par Kocobe le

Si le jeu vous laisse faire à peu près ce que vous voulez et invite davantage à la créativité qu’au challenge, vous pourrez malgré tout essayer de vous mesurer aux talents décoratifs des autres joueurs via une plateforme en ligne très bien fichue. Vous pouvez ainsi mettre en ligne vos créations, visiter celles des autres, attribuer des points dans quatre catégories différentes (charme, originalité, classe et attrait) et même participer à des concours thématiques.

La substantifique moelle du jeu vient donc de l’aspect partage du titre. Toutefois, cet aspect saura se faire attendre et j’ai bien failli passer à côté. En effet, vous n’en verrez la couleur qu’au bout d’un certain nombre de commandes réalisées. En ce qui me concerne, le titre m’a permis d’y accéder qu’au bout de dix heures de jeu. Dix longues heures durant lesquelles je n’ai rien fait d’autre que de créer des maisons, créer des maisons et encore créer des maisons. Tout simplement, parce qu’il n’y a rien d’autre à faire à l’exception, peut-être, de visiter les maisons que l’on a faites. Bref, si vous ne prenez pas un intense plaisir à cette activité, Animal Crossing: Happy Home Designer n’est certainement pas pour vous.

Au-delà de la répétitivité de la tâche qui vous incombe, on a du mal à s’attacher aux personnages ou aux créations. Dans New Leaf, il était possible de creuser la personnalité des habitants, d’aller leur rendre service, changer leurs expressions favorites, ou encore aller à leurs anniversaires respectifs. Ce rapport client-prestataire est bien plus froid que le rapport d’amitié profondément ancré dans les jeux classiques qui parvenaient à briser nos cœurs quand, par exemple, un habitant décidait de quitter la ville. Bref, l’engagement est moindre et la volonté de revenir au titre l’est également.
Quant à l’esprit général du jeu, s’il est toujours extrêmement mignon, il sent également un peu l’opportunité commerciale. Vendu 40 euros alors que le plus gros travail avait été fait sur New Leaf, vous pourrez vous amuser à compter le nombre de fois où le mot amiibo est affiché à l’écran dans la première heure de jeu ; un indice chez vous : beaucoup trop.

Le jeu est compatible avec des cartes amiibos représentant certains personnages (dont quelques emblématiques) d’Animal Crossing. Vous pourrez ainsi construire une maison pour Kéké Laglisse ou l’Amiral, mais seulement si vous avez la bonne carte amiibo. Elles seront vendues en booster de 3 cartes au hasard dont le prix reste à déterminer. Une fois que vous aurez terminé la maison d’un personnage, vous pourrez également enregistrer la maison sur la carte afin de la faire visiter à un ami, simplement en lui prêtant ladite carte. Ajoutez à cela du placement de produit, certes bien implémenté, mais qui enlève encore au capital sympathie d’un titre qui demande déjà au joueur de sortir souvent son porte-monnaie.

Notre avis

La démarche derrière Animal Crossing : Happy Home Designer est singulière. Le jeu ressemble à un Animal Crossing tronqué d’une grande partie de ce qui en faisait le charme. Happy Home Designer aurait mieux fait de sortir en DLC à 15 euros pour New Leaf qui permettait déjà de faire (en moins pratique, certes) tout ce que Happy Home Designer propose. Un jeu à réserver aux aficionados de décoration, mais qui lassera bien vite ceux qui voudront retrouver l’expérience des jeux classiques.

Animal Crossing: Happy Home Designer est prévu sur 3DS, le 2 octobre prochain.

5 / 10