Test

[Test] Aviary Attorney – L’avocat poids plume [PC]

Les procès ont un coup dans l’aile

Par Corentin le

Ces petites facéties de gameplay sont tout à fait agréables et bienvenues, malheureusement Aviary Attoney pêche sur ce qu’il y a de plus poignant dans les jeux de ce type : les procès. On n’est jamais réellement surpris par la façon dont ils se déroulent et les twists sont quasiment inexistants. On est loin des situations ubuesques des Phoenix Wright/Danganronpa dans lesquelles le joueur doit trouver de minuscules incohérences dans des situations où tout semble accuser votre client. Ici, les situations sont résolument classiques et les procès se résolvent en 3 ou 4 argumentaires.

La mise en scène laisse également parfois à désirer. Le joueur étant obligé de suivre le fil de l’aventure, les effets de dramatisation doivent être percutants et poignants, quitte à être dans l’excès, afin de le garder concentré. Malheureusement, Aviary Attorney reste assez sage et propose un rythme un peu plan-plan, malgré son histoire documentée et ses dialogues très bien écrits.

Aviary Attorney 2

Peut-être que cela vient des musiques choisies ? Respectant son idée d’utiliser des musiques libres de droits, ce sont de jolis morceaux classiques de Berlioz ou de Debussy (entre autres) qui ont été choisis pour donner une ambiance sonore au jeu. Mais bien que ces compositions soient très agréables, elles peinent à donner le punch dont le jeu a définitivement besoin, notamment dans les phases de procès.

Et c’est bien dommage, car pour le reste, Aviary Attorney remplit son office et propose un humour inspiré de Phoenix Wright très réussi. Le comique de situation et les tacles que s’envoient régulièrement Jayjay et Sparrowson sont très drôles et parviennent même à nous faire oublier qu’on est devant des gravures d’animaux immobiles. Les dialogues percutent, les personnages sont hauts en couleur et les développeurs ont même poussé le vice en insérant çà et là des petites locutions en français sans que ça paraisse forcé. On sent dans Aviary Attorney que les auteurs aiment l’histoire de Paris et de la France, qu’ils se sont intéressés au sujet et qu’ils se sont servi de cette matière première très noble pour construite un jeu au charme particulier.

Aviary Attorney 1

Notre avis

N’est pas Ace Attorney qui veut, mais la philosophie derrière Aviary Attorney mérite d’être saluée. Le titre parvient à se dépatouiller, non sans y laisser quelques plumes, de sa proposition initiale pas évidente et offre au joueur une expérience assez unique, surtout s’il n’a jamais joué à un jeu de ce type auparavant. Cependant, les aficionados risquent bien de bâiller devant le manque de challenge et de circonvolutions lors des différentes affaires. Cela ne les empêchera pas de rire de bon cœur aux dialogues écrits avec soin. Pour un coup d’essai, ce n’est en tout cas pas si mal et on espère d’autres jeux de la part de Sketchy Logic dans ce genre trop peu représenté.