Test

[Test] Crush Your Enemies : c’est l’histoire d’un RTS qui a ranimé le RTS [PC]

Un objectif pour une tactique

Notre avis
8.5 / 10

Par Fabio le

Derrière les grandes lignes qui vont suivre, il y a également une quantité de petites règles, qu’on ne détaillera pas ici car elles font partie du plaisir de la découverte (et que ce serait aussi très long, soyons honnêtes).

– Chaque terrain de jeu fait la taille d’un écran. Vous n’aurez jamais à scroller avec la souris pour découvrir une zone cachée. Ce terrain de jeu, il est également damé, comme aux Echecs. En début de mission, certaines cases sont propriétés de l’ennemi alors que d’autres vous appartiennent. Crush Your Enemies est avant tout une guerre de contrôle, où la conquête du terrain est cruciale pour prendre l’avantage dans le combat. Pour récupérer un terrain ennemi, il suffit d’y poster des troupes. Plus les troupes sont nombreuses (50 au maximum par case), plus le terrain est vite récupéré. Il change alors de couleur, et ce sera à l’ennemi d’attaquer le terrain convoité s’il veut y marcher tranquillement dessus.

crushurenemies3

– Il y a différents types de troupes. Comme dans un RTS classique, la victoire se jouera bien évidemment sur la qualité mais aussi la quantité de ces troupes lors des combats. Comme dans un Age of Empires, vous avez des paysans, des archers, des guerriers, et puis un peu plus tard dans la partie, des mages, des unités anti-archers et même des scouts (spécialisés dans la conquête express de terrains neutres ou ennemis). Les oppositions sont connues : les paysans se font maraver contre tout le monde, les archers gagnent contre les guerriers (s’ils ne sont pas sur la même case seulement, on y reviendra), les anti-archers battent les archers alors que les mages vont bonifier les unités qui se situent dans les cases alentour.
Est-ce que vous suivez jusqu’à présent ? OK. Alors on continue.

– Chaque mission comporte 3 objectifs, on l’a dit un peu plus haut. Le premier vous invite généralement à détruire la faction adverse, alors que les seconds sont des objectifs plus difficiles à atteindre, ou exigent que vous détruisiez la faction adverse mais dans un certain laps de temps ou en utilisant un certain type d’unités. Sauf exception, chaque mission dure une dizaine de minutes, et vous allez de toute façon vite voir si vous êtes parti sur la bonne stratégie ou pas. Si ce n’est pas le cas, on recommence et puis ce n’est pas grave, on essaie autre chose. On va aussi relancer la partie pour essayer de compléter le dernier objectif (qui donnera des points pour progresser et de la monnaie « houblonnée » pour acheter des items à la boutique).

crushurenemies4

Sur les premières missions, vous n’aurez pas grande latitude tactique, il faudra juste veiller à ne pas faire n’importe quoi avec vos quelques troupes. Par exemple, si vous avez des archers, il faut faire attention à ce que des guerriers ne viennent pas les attaquer au corps à corps car quand un combat est engagé, vous ne pouvez battre en retraite. Mais ça va rapidement se complexifier, avec plusieurs groupes à gérer, plusieurs types d’unités différents (des unités de différent type ne peuvent pas se trouver sur une même case), des bâtiments de production à défendre, et même, dans la seconde campagne, deux ressources à récolter (de la nourriture pour créer des paysans et du bois pour construire des bâtiments).

Si ce n’est pas tout à fait clair, vous pouvez aller lire ou relire nos premières impressions où on avait pris un peu plus le temps de décrypter le système de jeu.

Ou regarder les toutes premières missions en vidéo (pas vraiment passionnantes d’un point de vue tactique, mais ça donne quand même une idée).