Test

Test du Honor 8 : la nouvelle référence du milieu de gamme ?

Design et écran

Smartphone

Par Gaël Weiss le

Un design digne des grands

Que de changements entre le Honor 7 et le Honor 8 ! L’année dernière, Honor surfait sans vergogne sur la mode des grands appareils en métal. Cette année, il va piocher ses idées du côté de Samsung et ses différents Galaxy S7 et A5. Le Honor 8 se présente donc comme un téléphone de taille classique, avec un écran de 5,2 pouces en façade, des tranches en métal et une coque intégralement en verre. Il faut également noter que c’est le premier téléphone de la marque à disposer d’un port USB Type-C.

test-honor-8-jdg-02

La face arrière est intégralement en verre. Le bouton rond fait également office de capteur d'empreintes digitales.
La face arrière est intégralement en verre. Le bouton rond fait également office de capteur d’empreintes digitales.

Si l’on s’en tient à la prise en main, c’est une franche réussite. L’aspect tout en verre du téléphone confère un toucher lisse, agréable et haut de gamme à l’ensemble. Contrairement au Honor 7, les bords de l’écran 2,5 D prolongent les tranches arrondies en métal et ne coupent pas les doigts quand on tient l’appareil en main. Quant au capteur d’empreintes digitales, situé dans le dos de l’appareil, il tombe très naturellement sous la main. Une fois son empreinte digitale enregistrée, on ne se sert pratiquement plus du bouton de mise en marche et on allume l’écran uniquement avec ce bouton dorsal.

Le Honor 8 face au Galaxy S7. Il y a un petit air de famille.
Le Honor 8 face au Galaxy S7. Il y a un petit air de famille.
Les boutons sur la tranche droite sont bien placés.
Les boutons sur la tranche droite sont bien placés.

Je serai toutefois un peu moins dithyrambique lorsqu’il s’agit des finitions. Le verre, par exemple, ça rend bien quand il est bien traité. Comme sur le Galaxy S7, par exemple. Dans notre cas, le dos de du Honor 8 bleu a beau afficher de très beaux reflets qui irisent sa coque, le verre accroche affreusement les traces de doigts. J’ai beau me laver les mains cinq fois par jour, il y a toujours une couche de gras sur la coque du téléphone. Maniaques, abstenez-vous. Les maladroits aussi d’ailleurs, le téléphone est particulièrement glissant sans coque de protection. Dernier point faible : il n’est pas rare de retrouver des poils ou des cheveux dans l’interstice séparant l’écran des tranches en métal.

Le Honor 8 est le premier smartphone de Honor à disposer d'un port USB type-C.
Le Honor 8 est le premier smartphone de Honor à disposer d’un port USB type-C.

Un écran maîtrisé

Sur la face avant, Honor a fait sobre. L’écran, qui prend un peu plus de 70 % de la surface de la façade, affiche une diagonale de 5,2 pouces. Un écran doté d’une définition Full HD soit dit en passant, largement suffisante vu la taille de la diagonale.

Le Honor 8 dispose d'un très bel écran.
Le Honor 8 dispose d’un très bel écran.

Cet écran est une dalle IPS de technologie LTPS. Pour faire simple, il s’agit de la même technologie d’écran que celle que l’on retrouve sur les iPhone. Et dans l’ensemble, il s’agit d’une dalle de bonne qualité. L’écran se montre très lumineux quand on le pousse au maximum et il aisé de lire ce qui s’y affiche même en plein soleil. Ses angles de visions sont généreux et les couleurs ne changent pratiquement pas quand on penche le téléphone.

test-honor-8-jdg-07

Au niveau des couleurs, justement, c’est un presque sans faute. Le blanc tire peut-être légèrement vers le bleu, mais il est possible de modifier assez précisément la température des couleurs dans un menu dédié dans les paramètres du téléphone. Seul petit reproche à formuler à cet écran, j’ai l’impression que les couleurs sont peu trop vives, presque exagérées, comme si Honor pensait que le public était friand de couleurs trop éclatantes. Une question de goût, probablement.

screenshot_2016-09-08-16-01-37

Continuez la lecture du Test
3 Interface et performances
Sommaire
  1. Fiche technique
  2. Design et écran
  3. Interface et performances
  4. Appareil photo et autonomie
  5. Conclusion