Test

Test : Kazam Thunder Q4.5

Notre avis
6 / 10
Smartphone

Par 4ugeek le

Le Thunder Q4.5 est commercialisé au tarif de 169€ depuis le 13 février auprès de partenaires de la société tels que Tel and Com ou encore Carrefour. En plein boom, le secteur des smartphones d’entrée de gamme voient arriver de nouveaux acteurs rivalisant pour proposer toujours plus à un moindre prix. Kazam est de ces constructeurs et a plus d’un atout dans sa manche. Le Thunder Q4.5 de Kazam s’inscrit dans cette tendance avec un compromis prometteur et un rapport qualité prix attractif. Mais est-ce suffisant pour séduire dans un marché déjà encombré par une offre pléthorique ? Réponse dans notre test complet du Kazam Thunder Q4.5.

Kazam_Thunder_Q45_3

Un petit mot sur Kazam

Si vous lisez régulièrement nos colonnes, vous savez que Kazam est un nouveau venu parmi les constructeurs et qu’il a annoncé son arrivée dans l’Hexagone fin janvier 2014.

Petit aparté sur cette société basée à Londres qui propose actuellement 7 smartphones dont le Thunder Q4.5 qui fait l’objet de ce test. Son domaine de prédilection : des smartphones proposés à des tarifs inférieurs à 200€ avec une ROM Android proche de la ROM stock (c’est-à-dire avec une personnalisation de celle-ci très limitée). Par ailleurs, s’il s’agit d’une jeune société, elle s’appuie sur l’expérience de ses fondateurs qui ont officié au sein de HTC avant de voler de leurs propres ailes.

Pour se différencier d’autres constructeurs qui se positionnent sur ce secteur très en vogue (celui des smartphones d’entrée et de de milieu de gamme à des tarifs très contenus), Kazam joue également la carte du SAV.

Kazam_Thunder_Q45_haut-parleur

La carte du SAV

Dès que vous achetez un Kazam, il est conseillé de faire un tour sur le site du constructeur afin de l’enregistrer. Cela vous permet de bénéficier de plusieurs services non négligeables.

En premier lieu, à l’enregistrement de votre smartphone Kazam sur le site du constructeur, une garantie d’écran débute. Notez qu’elle n’est effective qu’à partir de ce moment et que l’enregistrement doit être effectué dans les 3 mois suivant la date d’achat.

Elle court sur les 12 mois consécutifs à la date de l’achat (et non de l’enregistrement du smartphone sur le site) et couvre un bris d’écran. Comprenez : Kazam remplace votre écran gratuitement la première fois que cela se produit.

Un délai d’une semaine est annoncé pour le retour du smartphone après que vous l’ayez envoyé dépouillé de sa batterie et de son éventuelle microSD (et de la (des) carte(s) SIM bien entendu). Toutefois, si vous payez 20 € de plus à l’achat, ce délai passe à 48 heures.

Grâce à cet enregistrement, Kazam vous informera également lorsque des mises à jour destinées à votre modèle seront disponibles et vous proposera des vidéos d’auto-assistance.

Le constructeur britannique sort également de sa manche Kazam Rescue (littéralement « Sauvetage Kazam »). Il s’agit d’une application préinstallée sur le téléphone (inutile de la chercher sur le Google Play). Son rôle : vous épauler et vous aider à résoudre un problème auquel vous êtes confronté avec votre smartphone Kazam.

Avant de la lancer, il convient d’appeler le centre d’assistance de Kazam. Un opérateur initiera alors une session Kazam Rescue s’il ne réussit pas à résoudre votre problème par téléphone. Il vous suffit alors de lancer l’application Kazam Rescue et d’entrer le mot de passe à 6 chiffres qu’il vous fournira. Votre interlocuteur est alors en mesure de prendre le contrôle de votre terminal à distance de manière sécurisée afin de résoudre le problème.

Un numéro d’assistance est disponible pour la France (les jours ouvrés de 9h à 18h).

Design et ergonomie

Avec le Thunder Q4.5, Kazam démontre que tarif contenu (169€ pour ce modèle) ne rime pas systématiquement avec finition au rabais. On reste sur des plastiques mais l’assemblage ne souffre pas de la comparaison avec des modèles plus onéreux. La coque arrière amovible est en plastique mat, ce qui évite que le terminal ne glisse des mains. Le pourtour de l’appareil est également en plastique avec un aspect alu brossé tandis que la face en verre est entourée d’un plastique noir brillant. Tout cela est parfaitement assemblé.

Kazam_Thunder_Q45_Coque_arrière_b

On trouve également trois boutons en plastique qui présentent un léger jeu sans que cela ne soit gênant, précisons-le, à l’usage. Ils sont complétés par trois touches tactiles en façade au pied de l’écran, comme c’est le cas sur de nombreux smartphones Android.

Kazam_Thunder_Q45_Bouton_Volume

Une bande de 7 à 8 mm s’intercale entre le bas de l’écran et ces touches. C’est assez ennuyeux à l’usage (surtout au début) puisqu’on a tendance à les chercher, d’autant plus que ces boutons présentent de petites surfaces tactiles. Mais l’habitude prend ensuite le dessus et on les trouve alors plus rapidement. De plus, il y a un gros avantage ici puisque ces touches, lorsqu’elles apparaissent, ne viennent pas rogner sur la surface utile de l’écran.

Kazam_Thunder_Q45_touches_tactiles_façade
 
Il faudra simplement changer vos habitudes (si vous avez utilisé un Moto G, un Moto X, un Nexus 4…) puisque la touche retour se trouve à droite et la touche « accès aux applications » à gauche donc (la touche « accueil » est, elle, au centre). Petite particularité de cette dernière, il faut maintenir cette touche enfoncée pour accéder aux applications lancées. Un appui court permet d’accéder aux fonctionnalités suivantes : ‘Fond d’écran’, ‘Gérer les applications’ et ‘Paramètres système’.

Le bouton marche/arrêt (appui prolongé permet de manière classique d’accéder au mode avion, de le redémarrer et de le passer en modes vibreur, muet ou haut-parleur activé) se trouve à droite (vers le haut de la tranche). La longue touche du volume sonore se trouve, elle, côté gauche et est donc facilement accessible du pouce (main gauche). Un positionnement qui conviendra également parfaitement à un usage à la main droite. La préhension est donc parfaite d’autant plus que Kazam a eu la bonne idée d’utiliser des boutons relativement longs (on les trouve donc très rapidement) : 21 mm pour le bouton du volume et 13 mm pour le bouton marche/arrêt. À titre de comparaison, les boutons du son et de marche/arrêt du Moto X font respectivement : 16 mm et 9 mm.

Ainsi, la préhension est idéale, ce qui est également dû aux dimensions du Thunder Q4.5 : 136 x 64,6 x 8,9 mm pour un écran de 4.5 pouces.

Un gabarit étonnant avec un aspect tout en longueur pour un smartphone de 4.5 pouces. À première vue, on peut penser que cela est dû à un affichage au ratio exotique. Mais, il n’en est rien puisqu’on reste proche d’un ratio d’affichage 16:9 (845/480=1.76).

Cet aspect allongé du Q4.5 est en fait lié à deux grands espaces situés au-dessus (jusqu’à 1,8 cm) et sous l’écran (jusqu’à 1.6 cm). Ramené à la hauteur du terminal, cela fait tout de même 25% (plus que ce qu’on trouve en moyenne).

Les pourtours latéraux de l’écran ne sont pas non plus des plus fins (4 mm).

Côté design, le Q4.5 ne brille pas outre mesure par son originalité. Pas de fioritures, Kazam fait volontairement dans la simplicité. Probablement pour réduire les coûts mais aussi pour que ses modèles conviennent au plus grand nombre, la société misant sur les volumes de ventes (on le comprend aisément en examinant les tarifs de ses terminaux). Ceci étant dit, il n’y a aucune faute de goût (comme du faux cuir pour la coque arrière par exemple). De plus, le Thunder Q4.5 a une petite particularité esthétique qui n’est pas pour déplaire. Sa ligne se rétrécit légèrement vers le bas.

Avant de l’allumer, finissons le tour du propriétaire. On constate que l’unique haut-parleur mono est situé au dos du téléphone. À l’usage, le son n’est heureusement absolument pas étouffé grâce à la coque légèrement bombée du smartphone.

Kazam_Thunder_Q45_haut-parleur

L’APN principal est situé dans l’angle supérieur gauche, un emplacement peu pertinent, puisqu’on peut rapidement passer son doigt devant.

Kazam a également choisi de positionner la sortie jack 3.5 mm dans la tranche supérieure (pratique pour l’écoute au casque, smartphone en poche) tout comme le port micro USB. Pour ce dernier, cela permet d’utiliser le smartphone lorsqu’il est en charge sans être embarrassé par le câble.

Kazam_Thunder_Q45_microUSB_et_jack

Voyons voir maintenant si le Thunder Q4.5 porte bien son nom (« tonnerre ») en examinant ce qu’il a sous le capot.

Kazam_Thunder_Q45_packaging_c

Caractéristiques

Kazam s’est tourné du côté de la société taïwanaise MediaTek pour le SoC. En effet, c’est la puce MT6582M gravée en 28 nm qui est au coeur du Thunder Q45. On la trouve également dans le Lenovo A880 et le HTC Desire 310. Le MT6582M diffère du MT6582 par sa fréquence maximum de GPU qui plafonne à 416 MHz (contre 500 MHz pour le MT6582). Il est épaulé par 1 Go de DRAM LPDDR2.

Kazam_Thunder_Q45_CPU-Z_a

Kazam_Thunder_Q45_CPU-Z_b

Ce System on Chip embarque un processeur à quatre cœurs Cortex-A7 cadencés de 598 MHz jusqu’à 1.3 GHz ainsi qu’un processeur graphique (GPU) ARM Mali-400MP2 (à deux cœurs donc).

Il s’agit d’une puce de dernière génération puisque l’architecture Cortex-A7 est, avec Cortex-A15, la dernière génération d’architecture mobile 32 bits d’ARM (ARM vient également d’annoncer Cortex-A17). Il s’agit toutefois du pendant à faible consommation électrique de Cortex-A15 doté de performances moindres.

En revanche, le Mali-400MP2 n’appartient pas à la dernière génération de GPU de la société britannique ARM. Pas de support d’OpenGL ES 3.0 (mais du 2.0 uniquement) comme c’est le cas avec les GPU ARM de la famille Mali-T6xx. Il faudrait de toute façon qu’Android 4.3 minimum soit installé pour que l’OpenGL ES 3.0 soit pris en charge. Or, c’est Android 4.2 qui est installé sur le Q4.5.

Pour mémoire, cette itération publiée par le Khronos Group reprend notamment pour la mobilité certaines des fonctionnalités d’OpenGL 3.3 et 4.2. Des jeux comme Asphalt 8 : Airborne le supportent.

Connectivité

Penchons-nous sur l’aspect connectivité, un élément central dans la téléphonie mobile.

Un petit tour côté connectivité cellulaire s’avère de ce point de vue essentiel. Pas de miracle ici puisque le Q4.5 n’est bien entendu pas compatible 4G LTE. Il faudra se tourner vers le Thunder2 4.5L fraîchement annoncé pour obtenir un Kazam compatible 4G LTE.

Le Q4.5 supporte le GSM sur les bandes 850/900/1800/1900 MHz et la 3G sur seulement deux bandes (900/2100 MHz). Pas de HSPA+ ni de DC-HSPA à attendre et il faudra donc se contenter des débits d’une 3G à 7.2Mb/s (débit maximal en DL) : adieu donc les 21 Mb/s (HSPA+) ou 42 Mb/s (DC-HSPA)en débits descendants.

Côté Wifi, Kazam ne précise pas les normes supportées même s’il est clair que le Wifi ac n’est pas au programme (le SoC ne supportant pas cette norme). Le Q4.5 supporte en fait le WiFi 802.11b/g/n.

Il est également compatible avec le Bluetooth 4.0 mais ne supporte pas le NFC (Near Field Communication), le WiFi Direct ou encore le Qi (pour la recharge sans fil).

L’appareil est compatible Miracast, ce qui permet d’afficher l’écran du smartphone sur une HDTV. Testé avec un téléviseur Philips 46PFL8008 (supportant notamment le Miracast) et avec un boîtier Netgear PTV3000, il s’est connecté sans problème. Mais, dans la pratique, la portée est loin d’être excellente et il faudra se rapprocher du récepteur (et éviter de faire écran avec sa main en tenant le smartphone par exemple) pour obtenir un framerate décent. La norme Miracast est effectivement perfectible mais l’implémentation telle qu’elle est faite dans le Q4.5 l’est également.

Kazam_Thunder_Q45_Miracast_b

Kazam_Thunder_Q45_Miracast_c

Enfin, le terminal ne supporte ni le MHL, ni le Slimport et il n’est donc pas possible de le connecter en filaire à une HDTV.

Ecran

L’écran IPS de 4.5 pouces affiche une résolution de 854 par 480 pixels (FWVGA). Cela se traduit par une densité de pixels de 218 ppp (pixels par pouce). On est évidemment loin de la définition 1080p qui caractérise les modèles haut de gamme du moment et donc à plus forte raison de la QHD. Mais, c’est somme toute logique étant donné le tarif du Kazam Q4.5, l’écran étant le composant le plus onéreux.

Kazam_Thunder_Q45_1

Au jugé, les couleurs sont assez fidèles même si nous n’avons pas mesuré le delta E (distance moyenne entre les couleurs escomptées et celles affichées).

L’angle de vision est par ailleurs très correct, le contraste au-dessus de la moyenne et la luminosité relativement élevée. Tout cela permet d’utiliser aisément le smarpthone à l’extérieur même dans des conditions de forte luminosité ambiante.

Performances

Le Q4.5 n’est certes pas un foudre de guerre mais il surprend agréablement.

On peut surfer sans problème sur internet (avec de nombreux onglets ouverts), regarder des vidéos et même jouer à des jeux 3D tels que Dead Trigger 2 ou Shadowgun : Deadzone. En revanche, impossible de jouer à Real Racing 3 qui a planté dès son lancement.

Nous avons passé le terminal de Kazam dans la moulinette de plusieurs applications de benchmark. Voici les scores obtenus :

AnTuTu :
Kazam_Thunder_Q45_AnTuTu_a

Quadrant :
Kazam_Thunder_Q45_Quadrant

Epic Citadel :
Kazam_Thunder_Q45_Epic_Citadel

Vellamo :
Kazam_Thunder_Q45_Vellamo

CPU Prime Benchmark :
Kazam_Thunder_Q45_CPU_Prime_Benchmark

AnTuTu 3D Rating (note la capacité du terminal à gérer l’OpenGL ES 2.0) :
Kazam_Thunder_Q45_AnTuTu_3D_Rating

Plusieurs benchmarks le positionnent devant le Nexus 4 (CPU à quatre coeurs Cortex-A9 et GPU Adreno 305) mais il reste derrière le Moto X (Snapdragon MSM8960 Pro avec deux coeurs Krait cadencés jusqu’à 1.7 GHz).

Stockage et double SIM

Le Q4.5 bénéficie de deux emplacements pour deux cartes SIM (au format SIM et non micro SIM ou nano SIM) qui peuvent simultanément gérer les modes cellulaires GSM et 3G. Il faudra retirer la coque arrière, puis la batterie pour pouvoir les placer.

On gère les deux SIM depuis les paramètres (on peut les activer indépendamment) mais on peut bien entendu n’utiliser qu’une seule carte SIM (qu’on place indifféremment dans l’un des deux emplacements).

Reste que le choix du format SIM n’est pas forcément très judicieux, la grande majorité des smartphones étant passée au format micro SIM (il faudra donc retrouver le pourtour de votre carte microSIM, en découper un ou bien acheter un adaptateur).

D’un point de vue pratique, l’emplacement pour SIM présente une partie métallique qui ne laisse passer que l’épaisseur de la carte. Impossible donc de scotcher la SIM à votre pourtour microSIM (pour solidariser les deux parties). On arrive toutefois à faire glisser les deux parties reconstituées dans l’emplacement.

Kazam_Thunder_Q45_SIM_microSD

Autre petit détail gênant, l’angle biseauté se trouve légèrement proéminent à l’emplacement prévu, ce qui soulève légèrement la carte SIM (voir les photos pour bien comprendre).

Kazam_Thunder_Q45_SIM_b

Côté stockage, la mémoire flash interne est limitée à 4 Go. Il est donc fortement conseillé d’investir dans une microSD pour étendre la capacité.

On regrettera que le Thunder Q4.5 ne supporte pas l’USB OTG (On-The-Go). Nous avons pu le constater en y connectant une clé USB de type PK’2 de PK Paris (qui a la particularité de disposer d’un connecteur USB “classique” et d’un autre au format microUSB).

Kazam_Thunder_Q45_pas_de_support_OTG

Multimédia et photos

L’écran de 4.5″ peut dépanner pour regarder des vidéos, ce qui révèle pratique dans l’avion par exemple.

Aucun problème pour accéder à des serveurs multimédias pour du streaming via le réseau local puisque le terminal est compatible avec le DLNA (Digital Living Network Alliance) et l’UPnP (Universal Plug and Play).

Kazam_Thunder_Q45_multimédia

Kazam_Thunder_Q45_Lecture_Vidéo

Le haut-parleur se situe au bas de la coque arrière.

Côté photo, l’appareil dispose d’un APN principal de 8 MPixels (autofocus et avec 2 flash LED) ainsi qu’un APN frontal de 2 MPixels. L’application est dotée de nombreuses fonctionnalités (panorama, HDR, détection de sourire,etc.). On peut régler l’ISO en auto ou manuellement de 100 à 800 ISO. Une sensibilité ISO de 800 permet de prendre des photos dans des conditions de faible luminosité ambiante.

Les photos sont très correctes d’autant plus qu’on peut jouer des réglages et des modes pour obtenir le résultat escompté.

Kazam_Thunder_Q45_photo

Sans recours au HDR :
Kazam_Thunder_Q45_Photo_sans_mode_HDR

Avec HDR :
Kazam_Thunder_Q45_Photo_mode_HDR

Autonomie

Le Thunder Q4.5 est alimenté par une batterie de 1800 mAh, ce qui peut sembler assez faible. Mais n’oublions pas que le terminal embarque des coeurs Cortex-A7 qui consomment peu, qu’il n’affiche qu’une résolution proche de la 720p et qu’il n’est pas compatible avec la 3G+.

Kazam_Thunder_Q45_batterie_1800mAh

On atteint donc sans problème les deux jours, voire légèrement plus, suivant l’utilisation que vous en ferez.

Verdict

Le Kazam Thunder Q4.5 se révèle être très agréable à l’usage au quotidien. On peut l’utiliser pour effectuer plus de 90% de ce qu’on peut faire avec un smartphone haut de gamme. Il  a pour lui une autonomie au-dessus de la moyenne et surtout son tarif de 169€. Son plus gros défaut vient finalement de sa connectivité cellulaire assez limitée, mais sachez qu’un modèle 4G arrive chez Kazam au mois d’avril si c’est ce que vous recherchez absolument…

Le Thunder Q4.5 est commercialisé au tarif de 169€ depuis le 13 février auprès de partenaires de la société tels que Tel and Com ou encore Carrefour. En plein boom, le secteur des smartphones d’entrée de gamme voient arriver de nouveaux acteurs rivalisant pour proposer toujours plus à un moindre prix. Kazam est de ces constructeurs et a plus d’un atout dans sa manche. Le Thunder Q4.5 de Kazam s’inscrit dans cette tendance avec un compromis prometteur et un rapport qualité prix attractif. Mais est-ce suffisant pour séduire dans un marché déjà encombré par une offre pléthorique ? Réponse dans notre test complet du Kazam Thunder Q4.5.

Kazam_Thunder_Q45_3

Un petit mot sur Kazam

Si vous lisez régulièrement nos colonnes, vous savez que Kazam est un nouveau venu parmi les constructeurs et qu’il a annoncé son arrivée dans l’Hexagone fin janvier 2014.

Petit aparté sur cette société basée à Londres qui propose actuellement 7 smartphones dont le Thunder Q4.5 qui fait l’objet de ce test. Son domaine de prédilection : des smartphones proposés à des tarifs inférieurs à 200€ avec une ROM Android proche de la ROM stock (c’est-à-dire avec une personnalisation de celle-ci très limitée). Par ailleurs, s’il s’agit d’une jeune société, elle s’appuie sur l’expérience de ses fondateurs qui ont officié au sein de HTC avant de voler de leurs propres ailes.

Pour se différencier d’autres constructeurs qui se positionnent sur ce secteur très en vogue (celui des smartphones d’entrée et de de milieu de gamme à des tarifs très contenus), Kazam joue également la carte du SAV.

Kazam_Thunder_Q45_haut-parleur

La carte du SAV

Dès que vous achetez un Kazam, il est conseillé de faire un tour sur le site du constructeur afin de l’enregistrer. Cela vous permet de bénéficier de plusieurs services non négligeables.

En premier lieu, à l’enregistrement de votre smartphone Kazam sur le site du constructeur, une garantie d’écran débute. Notez qu’elle n’est effective qu’à partir de ce moment et que l’enregistrement doit être effectué dans les 3 mois suivant la date d’achat.

Elle court sur les 12 mois consécutifs à la date de l’achat (et non de l’enregistrement du smartphone sur le site) et couvre un bris d’écran. Comprenez : Kazam remplace votre écran gratuitement la première fois que cela se produit.

Un délai d’une semaine est annoncé pour le retour du smartphone après que vous l’ayez envoyé dépouillé de sa batterie et de son éventuelle microSD (et de la (des) carte(s) SIM bien entendu). Toutefois, si vous payez 20 € de plus à l’achat, ce délai passe à 48 heures.

Grâce à cet enregistrement, Kazam vous informera également lorsque des mises à jour destinées à votre modèle seront disponibles et vous proposera des vidéos d’auto-assistance.

Le constructeur britannique sort également de sa manche Kazam Rescue (littéralement « Sauvetage Kazam »). Il s’agit d’une application préinstallée sur le téléphone (inutile de la chercher sur le Google Play). Son rôle : vous épauler et vous aider à résoudre un problème auquel vous êtes confronté avec votre smartphone Kazam.

Avant de la lancer, il convient d’appeler le centre d’assistance de Kazam. Un opérateur initiera alors une session Kazam Rescue s’il ne réussit pas à résoudre votre problème par téléphone. Il vous suffit alors de lancer l’application Kazam Rescue et d’entrer le mot de passe à 6 chiffres qu’il vous fournira. Votre interlocuteur est alors en mesure de prendre le contrôle de votre terminal à distance de manière sécurisée afin de résoudre le problème.

Un numéro d’assistance est disponible pour la France (les jours ouvrés de 9h à 18h).

Design et ergonomie

Avec le Thunder Q4.5, Kazam démontre que tarif contenu (169€ pour ce modèle) ne rime pas systématiquement avec finition au rabais. On reste sur des plastiques mais l’assemblage ne souffre pas de la comparaison avec des modèles plus onéreux. La coque arrière amovible est en plastique mat, ce qui évite que le terminal ne glisse des mains. Le pourtour de l’appareil est également en plastique avec un aspect alu brossé tandis que la face en verre est entourée d’un plastique noir brillant. Tout cela est parfaitement assemblé.

Kazam_Thunder_Q45_Coque_arrière_b

On trouve également trois boutons en plastique qui présentent un léger jeu sans que cela ne soit gênant, précisons-le, à l’usage. Ils sont complétés par trois touches tactiles en façade au pied de l’écran, comme c’est le cas sur de nombreux smartphones Android.

Kazam_Thunder_Q45_Bouton_Volume

Une bande de 7 à 8 mm s’intercale entre le bas de l’écran et ces touches. C’est assez ennuyeux à l’usage (surtout au début) puisqu’on a tendance à les chercher, d’autant plus que ces boutons présentent de petites surfaces tactiles. Mais l’habitude prend ensuite le dessus et on les trouve alors plus rapidement. De plus, il y a un gros avantage ici puisque ces touches, lorsqu’elles apparaissent, ne viennent pas rogner sur la surface utile de l’écran.

Kazam_Thunder_Q45_touches_tactiles_façade
 
Il faudra simplement changer vos habitudes (si vous avez utilisé un Moto G, un Moto X, un Nexus 4…) puisque la touche retour se trouve à droite et la touche « accès aux applications » à gauche donc (la touche « accueil » est, elle, au centre). Petite particularité de cette dernière, il faut maintenir cette touche enfoncée pour accéder aux applications lancées. Un appui court permet d’accéder aux fonctionnalités suivantes : ‘Fond d’écran’, ‘Gérer les applications’ et ‘Paramètres système’.

Le bouton marche/arrêt (appui prolongé permet de manière classique d’accéder au mode avion, de le redémarrer et de le passer en modes vibreur, muet ou haut-parleur activé) se trouve à droite (vers le haut de la tranche). La longue touche du volume sonore se trouve, elle, côté gauche et est donc facilement accessible du pouce (main gauche). Un positionnement qui conviendra également parfaitement à un usage à la main droite. La préhension est donc parfaite d’autant plus que Kazam a eu la bonne idée d’utiliser des boutons relativement longs (on les trouve donc très rapidement) : 21 mm pour le bouton du volume et 13 mm pour le bouton marche/arrêt. À titre de comparaison, les boutons du son et de marche/arrêt du Moto X font respectivement : 16 mm et 9 mm.

Ainsi, la préhension est idéale, ce qui est également dû aux dimensions du Thunder Q4.5 : 136 x 64,6 x 8,9 mm pour un écran de 4.5 pouces.

Un gabarit étonnant avec un aspect tout en longueur pour un smartphone de 4.5 pouces. À première vue, on peut penser que cela est dû à un affichage au ratio exotique. Mais, il n’en est rien puisqu’on reste proche d’un ratio d’affichage 16:9 (845/480=1.76).

Cet aspect allongé du Q4.5 est en fait lié à deux grands espaces situés au-dessus (jusqu’à 1,8 cm) et sous l’écran (jusqu’à 1.6 cm). Ramené à la hauteur du terminal, cela fait tout de même 25% (plus que ce qu’on trouve en moyenne).

Les pourtours latéraux de l’écran ne sont pas non plus des plus fins (4 mm).

Côté design, le Q4.5 ne brille pas outre mesure par son originalité. Pas de fioritures, Kazam fait volontairement dans la simplicité. Probablement pour réduire les coûts mais aussi pour que ses modèles conviennent au plus grand nombre, la société misant sur les volumes de ventes (on le comprend aisément en examinant les tarifs de ses terminaux). Ceci étant dit, il n’y a aucune faute de goût (comme du faux cuir pour la coque arrière par exemple). De plus, le Thunder Q4.5 a une petite particularité esthétique qui n’est pas pour déplaire. Sa ligne se rétrécit légèrement vers le bas.

Avant de l’allumer, finissons le tour du propriétaire. On constate que l’unique haut-parleur mono est situé au dos du téléphone. À l’usage, le son n’est heureusement absolument pas étouffé grâce à la coque légèrement bombée du smartphone.

Kazam_Thunder_Q45_haut-parleur

L’APN principal est situé dans l’angle supérieur gauche, un emplacement peu pertinent, puisqu’on peut rapidement passer son doigt devant.

Kazam a également choisi de positionner la sortie jack 3.5 mm dans la tranche supérieure (pratique pour l’écoute au casque, smartphone en poche) tout comme le port micro USB. Pour ce dernier, cela permet d’utiliser le smartphone lorsqu’il est en charge sans être embarrassé par le câble.

Kazam_Thunder_Q45_microUSB_et_jack

Voyons voir maintenant si le Thunder Q4.5 porte bien son nom (« tonnerre ») en examinant ce qu’il a sous le capot.

Kazam_Thunder_Q45_packaging_c

Caractéristiques

Kazam s’est tourné du côté de la société taïwanaise MediaTek pour le SoC. En effet, c’est la puce MT6582M gravée en 28 nm qui est au coeur du Thunder Q45. On la trouve également dans le Lenovo A880 et le HTC Desire 310. Le MT6582M diffère du MT6582 par sa fréquence maximum de GPU qui plafonne à 416 MHz (contre 500 MHz pour le MT6582). Il est épaulé par 1 Go de DRAM LPDDR2.

Kazam_Thunder_Q45_CPU-Z_a

Kazam_Thunder_Q45_CPU-Z_b

Ce System on Chip embarque un processeur à quatre cœurs Cortex-A7 cadencés de 598 MHz jusqu’à 1.3 GHz ainsi qu’un processeur graphique (GPU) ARM Mali-400MP2 (à deux cœurs donc).

Il s’agit d’une puce de dernière génération puisque l’architecture Cortex-A7 est, avec Cortex-A15, la dernière génération d’architecture mobile 32 bits d’ARM (ARM vient également d’annoncer Cortex-A17). Il s’agit toutefois du pendant à faible consommation électrique de Cortex-A15 doté de performances moindres.

En revanche, le Mali-400MP2 n’appartient pas à la dernière génération de GPU de la société britannique ARM. Pas de support d’OpenGL ES 3.0 (mais du 2.0 uniquement) comme c’est le cas avec les GPU ARM de la famille Mali-T6xx. Il faudrait de toute façon qu’Android 4.3 minimum soit installé pour que l’OpenGL ES 3.0 soit pris en charge. Or, c’est Android 4.2 qui est installé sur le Q4.5.

Pour mémoire, cette itération publiée par le Khronos Group reprend notamment pour la mobilité certaines des fonctionnalités d’OpenGL 3.3 et 4.2. Des jeux comme Asphalt 8 : Airborne le supportent.

Connectivité

Penchons-nous sur l’aspect connectivité, un élément central dans la téléphonie mobile.

Un petit tour côté connectivité cellulaire s’avère de ce point de vue essentiel. Pas de miracle ici puisque le Q4.5 n’est bien entendu pas compatible 4G LTE. Il faudra se tourner vers le Thunder2 4.5L fraîchement annoncé pour obtenir un Kazam compatible 4G LTE.

Le Q4.5 supporte le GSM sur les bandes 850/900/1800/1900 MHz et la 3G sur seulement deux bandes (900/2100 MHz). Pas de HSPA+ ni de DC-HSPA à attendre et il faudra donc se contenter des débits d’une 3G à 7.2Mb/s (débit maximal en DL) : adieu donc les 21 Mb/s (HSPA+) ou 42 Mb/s (DC-HSPA)en débits descendants.

Côté Wifi, Kazam ne précise pas les normes supportées même s’il est clair que le Wifi ac n’est pas au programme (le SoC ne supportant pas cette norme). Le Q4.5 supporte en fait le WiFi 802.11b/g/n.

Il est également compatible avec le Bluetooth 4.0 mais ne supporte pas le NFC (Near Field Communication), le WiFi Direct ou encore le Qi (pour la recharge sans fil).

L’appareil est compatible Miracast, ce qui permet d’afficher l’écran du smartphone sur une HDTV. Testé avec un téléviseur Philips 46PFL8008 (supportant notamment le Miracast) et avec un boîtier Netgear PTV3000, il s’est connecté sans problème. Mais, dans la pratique, la portée est loin d’être excellente et il faudra se rapprocher du récepteur (et éviter de faire écran avec sa main en tenant le smartphone par exemple) pour obtenir un framerate décent. La norme Miracast est effectivement perfectible mais l’implémentation telle qu’elle est faite dans le Q4.5 l’est également.

Kazam_Thunder_Q45_Miracast_b

Kazam_Thunder_Q45_Miracast_c

Enfin, le terminal ne supporte ni le MHL, ni le Slimport et il n’est donc pas possible de le connecter en filaire à une HDTV.

Ecran

L’écran IPS de 4.5 pouces affiche une résolution de 854 par 480 pixels (FWVGA). Cela se traduit par une densité de pixels de 218 ppp (pixels par pouce). On est évidemment loin de la définition 1080p qui caractérise les modèles haut de gamme du moment et donc à plus forte raison de la QHD. Mais, c’est somme toute logique étant donné le tarif du Kazam Q4.5, l’écran étant le composant le plus onéreux.

Kazam_Thunder_Q45_1

Au jugé, les couleurs sont assez fidèles même si nous n’avons pas mesuré le delta E (distance moyenne entre les couleurs escomptées et celles affichées).

L’angle de vision est par ailleurs très correct, le contraste au-dessus de la moyenne et la luminosité relativement élevée. Tout cela permet d’utiliser aisément le smarpthone à l’extérieur même dans des conditions de forte luminosité ambiante.

Performances

Le Q4.5 n’est certes pas un foudre de guerre mais il surprend agréablement.

On peut surfer sans problème sur internet (avec de nombreux onglets ouverts), regarder des vidéos et même jouer à des jeux 3D tels que Dead Trigger 2 ou Shadowgun : Deadzone. En revanche, impossible de jouer à Real Racing 3 qui a planté dès son lancement.

Nous avons passé le terminal de Kazam dans la moulinette de plusieurs applications de benchmark. Voici les scores obtenus :

AnTuTu :
Kazam_Thunder_Q45_AnTuTu_a

Quadrant :
Kazam_Thunder_Q45_Quadrant

Epic Citadel :
Kazam_Thunder_Q45_Epic_Citadel

Vellamo :
Kazam_Thunder_Q45_Vellamo

CPU Prime Benchmark :
Kazam_Thunder_Q45_CPU_Prime_Benchmark

AnTuTu 3D Rating (note la capacité du terminal à gérer l’OpenGL ES 2.0) :
Kazam_Thunder_Q45_AnTuTu_3D_Rating

Plusieurs benchmarks le positionnent devant le Nexus 4 (CPU à quatre coeurs Cortex-A9 et GPU Adreno 305) mais il reste derrière le Moto X (Snapdragon MSM8960 Pro avec deux coeurs Krait cadencés jusqu’à 1.7 GHz).

Stockage et double SIM

Le Q4.5 bénéficie de deux emplacements pour deux cartes SIM (au format SIM et non micro SIM ou nano SIM) qui peuvent simultanément gérer les modes cellulaires GSM et 3G. Il faudra retirer la coque arrière, puis la batterie pour pouvoir les placer.

On gère les deux SIM depuis les paramètres (on peut les activer indépendamment) mais on peut bien entendu n’utiliser qu’une seule carte SIM (qu’on place indifféremment dans l’un des deux emplacements).

Reste que le choix du format SIM n’est pas forcément très judicieux, la grande majorité des smartphones étant passée au format micro SIM (il faudra donc retrouver le pourtour de votre carte microSIM, en découper un ou bien acheter un adaptateur).

D’un point de vue pratique, l’emplacement pour SIM présente une partie métallique qui ne laisse passer que l’épaisseur de la carte. Impossible donc de scotcher la SIM à votre pourtour microSIM (pour solidariser les deux parties). On arrive toutefois à faire glisser les deux parties reconstituées dans l’emplacement.

Kazam_Thunder_Q45_SIM_microSD

Autre petit détail gênant, l’angle biseauté se trouve légèrement proéminent à l’emplacement prévu, ce qui soulève légèrement la carte SIM (voir les photos pour bien comprendre).

Kazam_Thunder_Q45_SIM_b

Côté stockage, la mémoire flash interne est limitée à 4 Go. Il est donc fortement conseillé d’investir dans une microSD pour étendre la capacité.

On regrettera que le Thunder Q4.5 ne supporte pas l’USB OTG (On-The-Go). Nous avons pu le constater en y connectant une clé USB de type PK’2 de PK Paris (qui a la particularité de disposer d’un connecteur USB “classique” et d’un autre au format microUSB).

Kazam_Thunder_Q45_pas_de_support_OTG

Multimédia et photos

L’écran de 4.5″ peut dépanner pour regarder des vidéos, ce qui révèle pratique dans l’avion par exemple.

Aucun problème pour accéder à des serveurs multimédias pour du streaming via le réseau local puisque le terminal est compatible avec le DLNA (Digital Living Network Alliance) et l’UPnP (Universal Plug and Play).

Kazam_Thunder_Q45_multimédia

Kazam_Thunder_Q45_Lecture_Vidéo

Le haut-parleur se situe au bas de la coque arrière.

Côté photo, l’appareil dispose d’un APN principal de 8 MPixels (autofocus et avec 2 flash LED) ainsi qu’un APN frontal de 2 MPixels. L’application est dotée de nombreuses fonctionnalités (panorama, HDR, détection de sourire,etc.). On peut régler l’ISO en auto ou manuellement de 100 à 800 ISO. Une sensibilité ISO de 800 permet de prendre des photos dans des conditions de faible luminosité ambiante.

Les photos sont très correctes d’autant plus qu’on peut jouer des réglages et des modes pour obtenir le résultat escompté.

Kazam_Thunder_Q45_photo

Sans recours au HDR :
Kazam_Thunder_Q45_Photo_sans_mode_HDR

Avec HDR :
Kazam_Thunder_Q45_Photo_mode_HDR

Autonomie

Le Thunder Q4.5 est alimenté par une batterie de 1800 mAh, ce qui peut sembler assez faible. Mais n’oublions pas que le terminal embarque des coeurs Cortex-A7 qui consomment peu, qu’il n’affiche qu’une résolution proche de la 720p et qu’il n’est pas compatible avec la 3G+.

Kazam_Thunder_Q45_batterie_1800mAh

On atteint donc sans problème les deux jours, voire légèrement plus, suivant l’utilisation que vous en ferez.

Verdict

Le Kazam Thunder Q4.5 se révèle être très agréable à l’usage au quotidien. On peut l’utiliser pour effectuer plus de 90% de ce qu’on peut faire avec un smartphone haut de gamme. Il  a pour lui une autonomie au-dessus de la moyenne et surtout son tarif de 169€. Son plus gros défaut vient finalement de sa connectivité cellulaire assez limitée, mais sachez qu’un modèle 4G arrive chez Kazam au mois d’avril si c’est ce que vous recherchez absolument…

Notre avis

Du tonnerre !

6 / 10