Test

Test : Kazam Tornado 455L

Utilisation

Smartphone

Par henel le

À l’heure où ces lignes sont écrites, les constructeurs s’efforcent d’implanter Android 5.0 Lolipop sur leurs smartphones. Là, le Tornado tourne avec Android 4,4 KitKat. D’autant plus que Kazam a fait le choix de ne pas créer ou d’utiliser de surcouche, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Screenshot_2015-07-22-00-47-26

En effet, l’interface est sobre, réservée au strict minimum. C’est donc une version ultra allégée qu’embarque le Tornado. Au premier démarrage, nous débarquons un menu extrêmement épuré. Il n’y a qu’un simple dossier préconfiguré avec la panoplie de logiciels de chez Google : Gmail, Google+, Maps, Play Musique, Drive, YouTube, Photos, Hangouts, etc. Parmi les raccourcis présents, il y a l’appareil photo. Il peut être lancé depuis l’écran de verrouillage, en glissant son doigt de la droite vers la gauche. Petite précision concernant l’outil musical : le téléphone embarque pour seul lecteur Google musique, qui malheureusement ne lit pas tout les formats audio.

Screenshot_2015-07-22-00-48-23

L’expérience utilisateur est assez plaisante : la navigation est relativement fluide, les 2 Go de RAM permettent de jongler avec pas mal d’applications ouvertes en parallèle et le smartphone réagit vite, sans latence. Cependant, il faut signaler la présence de bugs. Le premier jour, un blue screen comme sur Windows a surgi lors de la prise de photos. Parfois, ce sont des lignes blanches qui ont surgi à l’écran sans explication apparente. De même pour le redémarrage sans demande de l’engin. Le premier n’est apparu qu’une fois cela dit. De gros problèmes se sont présentés lors de téléchargements d’applications, principalement pour les jeux, sans raison (connexion en WiFi et espace de stockage suffisante). Est-ce que cela sera corrigé après le test ? De plus, les 16 Go de mémoire interne ne valent en réalité que 12 Go. Ce chiffre reste correct, mais tout de même. Il sera aussi possible d’augmenter la capacité de stockage en ajoutant une micro-SD. Tous nos documents se trouvent d’ailleurs sur celle-ci, et aucun ralentissement n’a été répertorié lorsque nous les avons sollicités. Un point en plus, surtout pour les personnes ayant une perception très multimédia de leur smartphone.

Screenshot_2015-07-22-00-52-12

Cependant, l’utilisation intensive de l’appareil le fait chauffer. Cela se ressent énormément au niveau du processeur. Nous sommes loin d’obtenir des cloques, mais cela devient très vite gênant. En règle général, on ressent cette chaleur après être resté une bonne demi-heure sur son appareil. Que ce soit en lecture intensive sur Wikipédia ou bien en jouant à un jeu.

stopwatch 4 min.
Test : OnePlus 2