Test

Test : Oppo N3

Notre avis
7 / 10
Smartphone

Par 4ugeek le

Oppo affûte ses armes sur le terrain de la mobilité en poursuivant ses efforts de différenciation. En témoigne le surprenant N3 dans la lignée du déjà très convaincant N1.

Oppo_N3_h

Comment surprendre dans le secteur de la téléphonie mobile ? Oppo n’a probablement pas la recette mais s’y emploie activement avec ses différents terminaux mobiles. C’est ce qu’on peut effectivement penser en prenant en main le N3. Le smartphone succède au N1 lancé début 2014.

Pour le N3, le constructeur chinois a conservé les lignes de son prédécesseur mais est revenu à un gabarit plus contenu. On passe ainsi d’un écran de 5.9 pouces (N1) à une diagonale plus raisonnable de 5.5 pouces.

Oppo reste également fidèle à ses habitudes avec une finition impeccable, une fidélité marquée à la couleur blanche, un packaging irréprochable, un accent mis sur la photo et un rapport qualité prix toujours aussi élevé.

Nous allons dépasser ce premier constat dans ce test en examinant en détails et en profondeur le singulier N3.

Oppo_N3_i

Présentation

Le N3 se présente dans sa robe blanche immaculée à l’image du N1 ou encore des Find 7 (lire notre test du Find 7) et Find 7a (lire notre test du Find 7a).

Il entre dans la catégorie des phablettes avec son écran de 5.5 pouces à l’image des iPhone 6 Plus (5.5 pouces) et Samsung Galaxy Note 4 (5.7 pouces).

Si l’on est en présence d’un smartphone basé sur Android, il se distingue des autres terminaux du marché par sa surcouche logicielle ColorOS, son appareil photo motorisé qui peut pivoter à 206 degrés, son pavé tactile au dos et son accessoire Bluetooth O-Click 2.0 (livré avec le terminal).

Autant le dire tout de suite. Il s’agit d’un des vaisseaux amiraux du constructeur qui a mis le paquet pour en faire un produit d’exception. Le tarif est donc en conséquence puisqu’il est de 649 dollars (549 euros en France). Cela reste toutefois moins onéreux que les flagships de nombreuses autres marques.

Les spécifications sont à l’avenant avec un APN doté d’un capteur de 16 MPixels, le SoC Snapdragon 801, la définition d’affichage Full HD, le support de la 4G LTE…

L’Oppo N3 est livré avec :

▪ des écouteurs intra-auriculaires
▪ un chargeur rapide VOOC
▪ un câble USB/microUSB
▪ un accessoire pour éjecter le tiroir de de la carte micro SIM
▪ une notice
▪ l’accessoire O-Click 2.0 (qui s’appaire en BLE)

Contrairement au N3, l’accessoire O-Click (de seconde génération ici) est livré avec le terminal.

Il dispose par ailleurs d’une mémoire flash de 32 Go et d’un emplacement pour carte microSD (accepte jusqu’à 128 Go).

Oppo_N3_m

Design, finition et ergonomie

En premier lieu, il convient d’avoir à l’esprit qu’il s’agit d’une phablette (smartphone dont la diagonale d’écran est supérieure ou égale à 5.5 pouces). Le N3 ne conviendra donc pas à toutes les personnes du fait de son encombrement quelque peu atypique (même si la tendance est bien aux smartphones de grande taille).

Le N3 pèse quelques 192 grammes (contre 193 grammes pour le N1). On est donc dans la fourchette haute côté poids. Le Samsung Galaxy Note 4 (5.7 pouces) pèse 176 grammes tandis que l’iPhone 6 Plus (5.5 pouces) pèse 172 grammes.

Le gabarit reste toutefois contenu avec 161.2 mm par 77 mm par 8.7 mm.

A titre de comparaison, c’est tout de même plus que le G Note 4 : 153.5 x 78.6 x 8.5 mm, ou encore que l’iPhone 6 Plus : 158.1 x 77.8 x 7.1 mm.

Oppo N3 et iPhone 6 Plus
Oppo N3 et iPhone 6 Plus

Malgré tout, la prise en main reste très bonne car les masses sont très bien réparties.

On remarque également le découpage qui entoure le capteur de proximité et le microphone dans la partie supérieure de la façade. Il suffit de le retourner pour voir qu’on est en présence d’un petit module qui englobe également l’APN dorsal (comme sur le N1). Il peut pivoter à 206 degrés manuellement mais aussi automatiquement grâce à une motorisation intégrée. Avec ce système, Oppo fait d’une part l’économie d’un second APN (à placer en façade). L’utilisateur peut, lui, ainsi utiliser l’APN avec capteur de 16 MPixels pour réaliser des selfies. Mais ce n’est pas tout puisque le mécanisme permet, comme nous le verrons, de faire des panoramas plus facilement.

Oppo_N3_f

Avec le N3, Oppo abandonne le pavé tactile O-Touch initié avec le N1. En lieu et place, on trouve une petite zone qui intègre un capteur d’empreinte digitales. On peut en enregistrer jusqu’à 5 différents (pour autant de modes invités en plus du mode “normal”). Il peut dès lors être utilisé pour déverrouiller le smartphone ou encore ouvrir des applications spécifiques. Ceci permet par exemple de restreindre l’accès à certaines applications.

Oppo_N3_j

On enregistre une empreinte digitale en plaçant 6 fois de suite son doigt sur le capteur.

Dans la pratique, la reconnaissance marche à merveille et s’avère instantanée. Seul bémol : placer son doigt sur le capteur oblige à retourner le smartphone puis à le retourner une seconde fois pour l’utiliser. C’est beaucoup moins pratique que sur l’iPhone 6 sur lequel il est placé en façade sur le bouton home.

Au-delà des fonctionnalités, Oppo a également réalisé une vraie rupture esthétique par rapport aux terminaux de la concurrence. Le module pivotant intégrant l’APN y contribue mais aussi le pourtour souligné par une bande d’aluminium blanche sur sa surface et couleur alu sur les côtés. Et comment ne pas évoquer ce petit arceau dans la continuité du pourtour aluminium placé dans la tranche inférieur qui lui confère indéniablement cet aspect futuriste.

Oppo_N3_Arceau

Oppo_N3_d

Il intègre de surcroît des LED qui viennent diffuser de la lumière en cas de notifications. C’est bien vu et plutôt classe. Oppo parle de « Skyline Notification 2.0 ». Les clignotements sont plus lents que celles diffusées par une seule LED sur d’autres smartphones. Et on peut les voir même lorsque votre N3 est retourné. Reste qu’il n’est pas forcément trivial de distinguer les types de notifications ; on aurait plus de couleurs par exemple.

Oppo_N3_Notification_LED

Le haut-parleur se situe sur la tranche inférieure entre le terminal et l’arceau. Si le son n’est ainsi pas étouffé lorsqu’on le pose sur une surface plane, il s’avère assez peu puissant. Il reste toutefois convaincant dans l’ensemble et ne sature pas lorsqu’on pousse les décibels.

En adoptant le N3, on bénéficie également de l’interface ColorOS qui est synonyme de nombreuses fonctionnalités, à commencer par les gestes. On peut ainsi sortir le N3 de veille par un double tap à l’écran (après activation de cette fonction dans les paramètres). Un glisser à 3 doigts verticalement permet de faire une capture d’écran tandis qu’en faisant glisser deux doigts latéralement depuis n’importe quelle application, on module le volume sonore.

Enfin, soulignons que le N3 bénéficie d’une finition irréprochable. Au dos, on retrouve le plastique mat à l’aspect céramique (assez similaire à celui du dos du Nexus 5 blanc) du plus bel effet.

Oppo_N3_h

Une qualité doublée d’un souci du détail : le packaging est ainsi très soigné et l’accessoire permettant d’extirper le petit tiroir pour la carte micro SIM a la forme du « O » allongé à l’image des « O » de « OPPO ».

Oppo_N3_w

Pas de boutons physiques en façade mais trois boutons tactiles, le retour se trouvant côté droit comme sur les terminaux Samsung. Autant le dire de suite, il est difficile de l’atteindre d’une main si vous le tenez de la main gauche.

On regrettera le positionnement latéral du port jack audio 3.5 mm qui s’avère peut adapté pour sortir le fil d’un casque depuis une poche.

Oppo_N3_Jack

Le choix latéral du port microUSB n’est pas non plus des plus ergonomiques, notamment lorsqu’on désire utiliser le N3 lorsqu’il st en charge.

Oppo_N3_microUSB_Latéral

Connectivité

L’Oppo N3 supporte de nombreuses technologies sans fil : le Bluetooth 4.0, le NFC, le Wi-Fi Direct et le Wi-Fi 802.11a/b/g/n (dont le n sur les deux bandes 2.4 GHz et 5 GHz comme l’autorise cette version de la norme). On pourra regretter qu’il ne supporte pas le Wi-Fi ac, contrairement à de nombreux autres smartphones de la concurrence positionnés également sur le haut de gamme.

Nous avons notamment testé l’appariement rapide et direct via le NFC du terminal à l’enceinte Bluetooth Hercules WAE NEO. Le support du NFC par un smartphone s’avère toujours un plus si vous utilisez ce genre d’appareils (casques audio, enceintes, autoradios supportant le NFC).

Oppo_N3_Hercules_WAE_NEO

Pas de Miracast, mais le support du Wi-Fi Direct permet de diffuser sans fil l’écran du N3 vers un téléviseur (le supportant ou à l’aide d’un boîtier idoine). Testé sur un téléviseur Samsung qui supporte nativement cette connectivité, elle s’est avérée parfaitement efficace, avec une très bonne fluidité (ce qui n’est pas toujours le cas avec de type de connectivité).

Oppo_N3_q

En revanche, le N3 ne supporte ni le MHL, ni le Slimport, comme nous avons pu nous en rendre compte avec nos différents adaptateurs.

Tentative de connexion HDMI avec adaptateur Slimport
Tentative de connexion HDMI avec adaptateur Slimport
Tentative de connexion HDMI avec adapteur MHL.
Tentative de connexion HDMI avec adapteur MHL.

Le N3 supporte l’USB OTG (On-The-Go), ce qui permet d’ajouter un support flash via le port microUSB.

Utilisation d'une clé USB OTG PK Paris
Utilisation d’une clé USB OTG PK Paris

Côté cellulaire, le smartphone supporte la 2G sur les bandes 850, 900, 1800 et 1900 MHz Il supporte également la 3G, dont le HSPA+ (42 Mb/s en débit descendant), sur les bandes 850, 900, 1900 et 2100 MHz. La 4G LTE est aussi de la partie avec les bandes 1, 3, 7 et 20 (FDD) et 40 (TDD), ce dernier mode de multiplexage étant principalement utilisé en Chine.

Dans la pratique, le N3 s’avère très sensible et accroche très bien les réseaux, même dans les zones où le signal est faible. Côté son, rien à redire, la diffusion et la réception sont de très bonne qualité.

Ecran

Le N3 adopte un écran de 5.5 pouces avec une définition Full HD (1920 par 1080 pixels). Cela se traduit par une résolution de 403 ppp (pixels par pouce). D’autres constructeurs ont opté pour des écrans QHD (2560 par 1440 pixels). C’est le cas du LG G3 par exemple qui dispose d’une configuration hardware d’ailleurs comparable. Or, les performances de ce dernier sont impactées par le nombre de pixels à afficher. Le duo S 801 (avec son GPU Adreno 330) et écran Full HD est donc plus pertinent.

Côté technologie, il s’agit d’un écran IPS qui bénéficie d’une protection anti-rayures de type Gorilla Glass 3.

Avec son grand écran, le N3 est parfaitement adapté pour jouer à des jeux mobiles mais aussi pour regarder des vidéos. C’est un vrai régal sur un tel appareil.

Toutefois, les couleurs sont quelque peu ternes, le contraste perfectible et la luminosité assez faible. Du fait de cette faible luminosité, il n’est pas facile de l’utiliser à l’extérieur lorsqu’il y a du soleil.

L’écran n’est donc pas le point fort du N3, contrairement à l’Oppo R5.

Performances

Pas de demi-mesure pour le N3 qui bénéficie d’un SoC Snapdragon 801. Sur la fiche technique, Oppo évoque une puce MSM8974AA qui correspond ici à la version la moins véloce du S 801 (même si les différences entre version AA, AB et AC sont finalement ténues).

Petit aparté terminé à l’intention des férus de spécifications, la puce se distingue par son processeur à 4 coeurs Krait 400 cadencés jusqu’à 2.27 GHz, son processeur graphique Adreno 330 cadencé jusqu’à 500 MHz.

Oppo_N3_CPU-Z_a

Oppo_N3_CPU-Z_b

Ce sont 2 Go de mémoire vive LPDDR3 qui viennent épauler le processeur.

Lors de ce test, le N3 n’a jamais été pris en défaut que ce soit pour surfer sur internet (avec de nombreux onglets ouverts sur le navigateur), pour jouer à des jeux 3D…

Le processeur graphique permet en effet de jouer dans les meilleures conditions aux jeux mobiles de dernière génération les plus exigeants (Dead Trigger 2, N.O.V.A. 3…). Un plaisir doublé avec l’utilisation d’un contrôleur Bluetooth tel que le Score-A de Thrustmaster. Un vrai régal. L’Oppo N3 conviendra donc à ceux qui accordent de l’importance au jeu sur smartphone.

Oppo_N3_Test_BT_Thrustmaster_Score-A

Mais rien de tel qu’un passage dans la moulinette de nos applications de benchmark préférées pour quantifier ses performances et les comparer à celles d’autres terminaux mobiles.

Benchmark Quadrant
Benchmark Quadrant
Benchmark Vellamo
Benchmark Vellamo
Benchmark AnTuTu
Benchmark AnTuTu
Benchmark Epic Citadel
Benchmark Epic Citadel

Photo et vidéo

Oppo a équipé le N3 d’un APN avec capteur OmniVison OV16825 de 16 MPixels. On peut prendre des clichés allant jusqu’à 16 MPixels dans le format 4:3 et de 13 MPixels en 16:9.

L’APN du N3 bénéficie de lentilles signées du constructeur Schneider Kreznauch.

L’application photo est très complète avec minuteur, paramètre pour le déclenchement via le périphérique O-Click, possibilité d’utiliser une grille…

On pouvait toutefois craindre qu’un capteur aussi imposant en termes de millions de pixels se traduise par une faible propension à réaliser de bonnes photos en conditions de faible luminosité. Le capteur du N3 s’en sort remarquablement bien. Ceci est dû au fait que le capteur dispose d’une très grande surface (et peut donc capter plus de lumière).

Oppo_N3_Photo_c

Oppo_N3_Photo_b

Les fans de selfies seront aux anges puisqu’on peut utiliser l’APN principal en le faisant pivoter. Le module motorisé est d’ailleurs le gros plus de ce smatphone. Il permet de tracker un sujet lors d’une capture vidéo.

Mais surtout, il vous permet de faire des panoramas automatiquement. On déclenche et il balaie automatiquement le paysage à 206 degrés grâce au module motorisé. Idéal pour les narcissiques qui pourront apparaître sur le panorama. Pour les autres, il suffit de se mettre dans l’angle mort pour ne pas apparaître sur le panorama.

Oppo_N3_Photo_i

On pourra regretter l’absence de stabilisation optique mais les férus de photographie se réjouiront de la possibilité de prendre des photos au format RAW (via le mode « Brut » dans l’application photo). Attention au poids des fichiers : dans les 30 Mo.

De nombreux modes sont présents ; il suffit d’en sélectionner un correspondant à votre profil d’utilisateur ou à la fonctionnalité spécifique supplémentaire (« Super Macro », « Son de photo »…) que vous désirez utiliser. C’est plutôt bien vu. On notera la présence du mode « après mise au point » qui permet de faire le changer le focus après coup.

Oppo_N3_Application_Photos

Malheureusement, on ne peut pas combiner plusieurs de ces modes simultanément.

On peut aussi faire pivoter la caméra d’un glisser à l’écran, ce qui s’avère quelque peu gadget.

Côté vidéo, pas de capture en 4K / UHD mais « uniquement » en 1080p. Les vidéos sont de très bonne qualité. Rien à redire de ce côté-là. A noter qu’il permet de filmer à 120 ips en 720p (pratique pour des ralentis de qualité).

Autonomie

L’Oppo N3 dispose d’une batterie Li-Po de 3000 mAh (contre 3610 mAh pour le plus volumineux Oppo N1). C’est quasiment la “norme” pour des smartphones avec écrans de 5.5 pouces.

Oppo_N3_CPU-Z_c

Il en résulte une autonomie dans la moyenne des smartphones de la concurrence. On peut l’utiliser durant une journée complète de manière “classique”.

S’il ne se distingue pas par une autonomie délirante, il bénéficie d’une recharge dite rapide. Il faut pour cela utiliser le chargeur spécifique fourni avec le N3.

Oppo parle de système de rechargement rapide VOOC. Le chargeur est capable de fournir 4.5 ampères sous 5 volts pour charger sa batterie.

Pas de mystère puisqu’il s’agit de fournir un courant constant et élevé de 4.5 ampères. Alors qu’on est plutôt à moins de 2, voire 1, ampères (sous 4.5 volts) pour les autres chargeurs du marché.

Dans la pratique, on a pu le charger à plus de 70% en une demi-heure (conforme à ce que Oppo indique, c’est-à-dire 75% en 30 minutes).

A noter, l’existence de plusieurs modes qui viennent parfaire l’autonomie. On trouve ainsi les “Normal Power Saving” et “Super Power-saving”. Ce dernier peut aussi être activé quand l’autonomie passe sous les 10%.

ColorOS et CyanogenMod

Le N3 repose sur la surcouche logicielle ColorOS (en mouture V2.0.1i) basée sur la ROM Android 4.4.4 (KitKat).

Oppo_N3_Ecran_Accueil

Oppo_N3_Grille_Applications

Cette surcouche a notamment l’avantage de conférer une très grande personnalisation au smartphone. On peut ainsi changer de thème mais aussi ajouter deux pages « Exclusive space » : il y en a une pour la musique et une autre pour la photo (d’autres étant aussi prévues).

On peut aussi définir la manière dont on pourra passer d’une page à l’autre via « Effects » (5 effets sont ainsi proposés).

Si l’interface peut être largement personnalisée, Color OS fait aussi la part belle aux gestes. Il y a les off-screen et on-screen gestures.

On peut ainsi, écran éteint, déclencher l’appareil photo ; il suffit de dessiner un cercle sur l’écran (on peut faire de même avec la lampe torche en dessinant un « V »). Mais on peut aussi choisir de contrôler la musique écran éteint (glisser à deux doigts depuis le haut de l’écran pour mettre en pause ou lire et « > » ou « < » pour changer de piste). Le double tap permet de sortir le N1 de veille (similaire au Knock On initié par LG avec le LG G2). Color OS vient également avec son clavier qui ne supporte malheureusement pas le français. Il faudra vous contenter d’un clavier QWERTY si vous voulez conserver celui qui est paramétré par défaut. Heureusement, le clavier de Google est aussi installé et il est vivement recommandé de l’utiliser (ou d’en installer un autre si vous le désirez). Il faudra juste changer la langue dans les paramètres du clavier Google (pour obtenir l’AZERTY) car, par défaut, il est défini comme QWERTY US. On accède aux fonctionnalités récemment ouvertes par un appui long sur le bouton tactile gauche. Depuis la bande qui apparaît en bas de l’écran, on pourra fermer toutes les applications grâce à un bouton. En revanche, les fans de Cyanogen pourront être déçus qu’il n’y ait pas de ROM spécifique.

O-Click

Le O-Click est un petit accessoire qui se connecte en Bluetooth au N3, comme le HTC Fetch du côté du constructeur taïwanais. Il fonctionne à l’aide d’une pile CR2032 et s’attache idéalement à un porte-clefs.

Il permet de déclencher des actions (appareil photo et notifications) à distance sur le smartphone. Il déclenche aussi une alarme sur le smartphone lorsque la distance qui les sépare est égale ou supérieure à 5 mètres. A contrario, on peut aussi le faire sonner depuis le smartphone, ce qui s’avère idéal pour retrouver ses clefs.

On peut aussi contrôler le volume sonore à l’aide de la bague bouton qui entoure le bouton principal du O-Click. Dommage qu’il ne permette pas de contrôler la lecture, la pause et le changement de plages.

L’ O-click s’avère bien plus pratique pour l’utiliser avec l’APN. On peut ouvrir l’appli photos par un long appui sur le bouton principal. Avec le bouton bague, on peut faire pivoter le module photo et bien entendu déclencher par un appui bref.

Oppo_N3_O_Click

Conclusion et galerie

Si l’Oppo N3 est très séduisant sur le papier, il l’est également dans la pratique. Difficile de lui trouver des défauts. Son encombrement peut-être mais lorsqu’on décide d’acheter une phablette, c’est un point qui ne dérange pas a priori.

Le module photo motorisé est un vrai plus qui différencie ce terminal. Le périphérique O-Click ne justifie certes pas à lui seul le choix du N3. Mais, il peut rendre de nombreux services même si on pourra regretter qu’il ne permette pas de faire pause/lecture sur des applications telles que Spotify ou Google Play Musique.

Oppo a su faire des choix judicieux qui, au final, se traduisent par un smartphone complet, équilibré et performant. Il est de surcroît proposé à 549 euros.

Oppo affûte ses armes sur le terrain de la mobilité en poursuivant ses efforts de différenciation. En témoigne le surprenant N3 dans la lignée du déjà très convaincant N1.

Oppo_N3_h

Comment surprendre dans le secteur de la téléphonie mobile ? Oppo n’a probablement pas la recette mais s’y emploie activement avec ses différents terminaux mobiles. C’est ce qu’on peut effectivement penser en prenant en main le N3. Le smartphone succède au N1 lancé début 2014.

Pour le N3, le constructeur chinois a conservé les lignes de son prédécesseur mais est revenu à un gabarit plus contenu. On passe ainsi d’un écran de 5.9 pouces (N1) à une diagonale plus raisonnable de 5.5 pouces.

Oppo reste également fidèle à ses habitudes avec une finition impeccable, une fidélité marquée à la couleur blanche, un packaging irréprochable, un accent mis sur la photo et un rapport qualité prix toujours aussi élevé.

Nous allons dépasser ce premier constat dans ce test en examinant en détails et en profondeur le singulier N3.

Oppo_N3_i

Présentation

Le N3 se présente dans sa robe blanche immaculée à l’image du N1 ou encore des Find 7 (lire notre test du Find 7) et Find 7a (lire notre test du Find 7a).

Il entre dans la catégorie des phablettes avec son écran de 5.5 pouces à l’image des iPhone 6 Plus (5.5 pouces) et Samsung Galaxy Note 4 (5.7 pouces).

Si l’on est en présence d’un smartphone basé sur Android, il se distingue des autres terminaux du marché par sa surcouche logicielle ColorOS, son appareil photo motorisé qui peut pivoter à 206 degrés, son pavé tactile au dos et son accessoire Bluetooth O-Click 2.0 (livré avec le terminal).

Autant le dire tout de suite. Il s’agit d’un des vaisseaux amiraux du constructeur qui a mis le paquet pour en faire un produit d’exception. Le tarif est donc en conséquence puisqu’il est de 649 dollars (549 euros en France). Cela reste toutefois moins onéreux que les flagships de nombreuses autres marques.

Les spécifications sont à l’avenant avec un APN doté d’un capteur de 16 MPixels, le SoC Snapdragon 801, la définition d’affichage Full HD, le support de la 4G LTE…

L’Oppo N3 est livré avec :

▪ des écouteurs intra-auriculaires
▪ un chargeur rapide VOOC
▪ un câble USB/microUSB
▪ un accessoire pour éjecter le tiroir de de la carte micro SIM
▪ une notice
▪ l’accessoire O-Click 2.0 (qui s’appaire en BLE)

Contrairement au N3, l’accessoire O-Click (de seconde génération ici) est livré avec le terminal.

Il dispose par ailleurs d’une mémoire flash de 32 Go et d’un emplacement pour carte microSD (accepte jusqu’à 128 Go).

Oppo_N3_m

Design, finition et ergonomie

En premier lieu, il convient d’avoir à l’esprit qu’il s’agit d’une phablette (smartphone dont la diagonale d’écran est supérieure ou égale à 5.5 pouces). Le N3 ne conviendra donc pas à toutes les personnes du fait de son encombrement quelque peu atypique (même si la tendance est bien aux smartphones de grande taille).

Le N3 pèse quelques 192 grammes (contre 193 grammes pour le N1). On est donc dans la fourchette haute côté poids. Le Samsung Galaxy Note 4 (5.7 pouces) pèse 176 grammes tandis que l’iPhone 6 Plus (5.5 pouces) pèse 172 grammes.

Le gabarit reste toutefois contenu avec 161.2 mm par 77 mm par 8.7 mm.

A titre de comparaison, c’est tout de même plus que le G Note 4 : 153.5 x 78.6 x 8.5 mm, ou encore que l’iPhone 6 Plus : 158.1 x 77.8 x 7.1 mm.

Oppo N3 et iPhone 6 Plus
Oppo N3 et iPhone 6 Plus

Malgré tout, la prise en main reste très bonne car les masses sont très bien réparties.

On remarque également le découpage qui entoure le capteur de proximité et le microphone dans la partie supérieure de la façade. Il suffit de le retourner pour voir qu’on est en présence d’un petit module qui englobe également l’APN dorsal (comme sur le N1). Il peut pivoter à 206 degrés manuellement mais aussi automatiquement grâce à une motorisation intégrée. Avec ce système, Oppo fait d’une part l’économie d’un second APN (à placer en façade). L’utilisateur peut, lui, ainsi utiliser l’APN avec capteur de 16 MPixels pour réaliser des selfies. Mais ce n’est pas tout puisque le mécanisme permet, comme nous le verrons, de faire des panoramas plus facilement.

Oppo_N3_f

Avec le N3, Oppo abandonne le pavé tactile O-Touch initié avec le N1. En lieu et place, on trouve une petite zone qui intègre un capteur d’empreinte digitales. On peut en enregistrer jusqu’à 5 différents (pour autant de modes invités en plus du mode “normal”). Il peut dès lors être utilisé pour déverrouiller le smartphone ou encore ouvrir des applications spécifiques. Ceci permet par exemple de restreindre l’accès à certaines applications.

Oppo_N3_j

On enregistre une empreinte digitale en plaçant 6 fois de suite son doigt sur le capteur.

Dans la pratique, la reconnaissance marche à merveille et s’avère instantanée. Seul bémol : placer son doigt sur le capteur oblige à retourner le smartphone puis à le retourner une seconde fois pour l’utiliser. C’est beaucoup moins pratique que sur l’iPhone 6 sur lequel il est placé en façade sur le bouton home.

Au-delà des fonctionnalités, Oppo a également réalisé une vraie rupture esthétique par rapport aux terminaux de la concurrence. Le module pivotant intégrant l’APN y contribue mais aussi le pourtour souligné par une bande d’aluminium blanche sur sa surface et couleur alu sur les côtés. Et comment ne pas évoquer ce petit arceau dans la continuité du pourtour aluminium placé dans la tranche inférieur qui lui confère indéniablement cet aspect futuriste.

Oppo_N3_Arceau

Oppo_N3_d

Il intègre de surcroît des LED qui viennent diffuser de la lumière en cas de notifications. C’est bien vu et plutôt classe. Oppo parle de « Skyline Notification 2.0 ». Les clignotements sont plus lents que celles diffusées par une seule LED sur d’autres smartphones. Et on peut les voir même lorsque votre N3 est retourné. Reste qu’il n’est pas forcément trivial de distinguer les types de notifications ; on aurait plus de couleurs par exemple.

Oppo_N3_Notification_LED

Le haut-parleur se situe sur la tranche inférieure entre le terminal et l’arceau. Si le son n’est ainsi pas étouffé lorsqu’on le pose sur une surface plane, il s’avère assez peu puissant. Il reste toutefois convaincant dans l’ensemble et ne sature pas lorsqu’on pousse les décibels.

En adoptant le N3, on bénéficie également de l’interface ColorOS qui est synonyme de nombreuses fonctionnalités, à commencer par les gestes. On peut ainsi sortir le N3 de veille par un double tap à l’écran (après activation de cette fonction dans les paramètres). Un glisser à 3 doigts verticalement permet de faire une capture d’écran tandis qu’en faisant glisser deux doigts latéralement depuis n’importe quelle application, on module le volume sonore.

Enfin, soulignons que le N3 bénéficie d’une finition irréprochable. Au dos, on retrouve le plastique mat à l’aspect céramique (assez similaire à celui du dos du Nexus 5 blanc) du plus bel effet.

Oppo_N3_h

Une qualité doublée d’un souci du détail : le packaging est ainsi très soigné et l’accessoire permettant d’extirper le petit tiroir pour la carte micro SIM a la forme du « O » allongé à l’image des « O » de « OPPO ».

Oppo_N3_w

Pas de boutons physiques en façade mais trois boutons tactiles, le retour se trouvant côté droit comme sur les terminaux Samsung. Autant le dire de suite, il est difficile de l’atteindre d’une main si vous le tenez de la main gauche.

On regrettera le positionnement latéral du port jack audio 3.5 mm qui s’avère peut adapté pour sortir le fil d’un casque depuis une poche.

Oppo_N3_Jack

Le choix latéral du port microUSB n’est pas non plus des plus ergonomiques, notamment lorsqu’on désire utiliser le N3 lorsqu’il st en charge.

Oppo_N3_microUSB_Latéral

Connectivité

L’Oppo N3 supporte de nombreuses technologies sans fil : le Bluetooth 4.0, le NFC, le Wi-Fi Direct et le Wi-Fi 802.11a/b/g/n (dont le n sur les deux bandes 2.4 GHz et 5 GHz comme l’autorise cette version de la norme). On pourra regretter qu’il ne supporte pas le Wi-Fi ac, contrairement à de nombreux autres smartphones de la concurrence positionnés également sur le haut de gamme.

Nous avons notamment testé l’appariement rapide et direct via le NFC du terminal à l’enceinte Bluetooth Hercules WAE NEO. Le support du NFC par un smartphone s’avère toujours un plus si vous utilisez ce genre d’appareils (casques audio, enceintes, autoradios supportant le NFC).

Oppo_N3_Hercules_WAE_NEO

Pas de Miracast, mais le support du Wi-Fi Direct permet de diffuser sans fil l’écran du N3 vers un téléviseur (le supportant ou à l’aide d’un boîtier idoine). Testé sur un téléviseur Samsung qui supporte nativement cette connectivité, elle s’est avérée parfaitement efficace, avec une très bonne fluidité (ce qui n’est pas toujours le cas avec de type de connectivité).

Oppo_N3_q

En revanche, le N3 ne supporte ni le MHL, ni le Slimport, comme nous avons pu nous en rendre compte avec nos différents adaptateurs.

Tentative de connexion HDMI avec adaptateur Slimport
Tentative de connexion HDMI avec adaptateur Slimport
Tentative de connexion HDMI avec adapteur MHL.
Tentative de connexion HDMI avec adapteur MHL.

Le N3 supporte l’USB OTG (On-The-Go), ce qui permet d’ajouter un support flash via le port microUSB.

Utilisation d'une clé USB OTG PK Paris
Utilisation d’une clé USB OTG PK Paris

Côté cellulaire, le smartphone supporte la 2G sur les bandes 850, 900, 1800 et 1900 MHz Il supporte également la 3G, dont le HSPA+ (42 Mb/s en débit descendant), sur les bandes 850, 900, 1900 et 2100 MHz. La 4G LTE est aussi de la partie avec les bandes 1, 3, 7 et 20 (FDD) et 40 (TDD), ce dernier mode de multiplexage étant principalement utilisé en Chine.

Dans la pratique, le N3 s’avère très sensible et accroche très bien les réseaux, même dans les zones où le signal est faible. Côté son, rien à redire, la diffusion et la réception sont de très bonne qualité.

Ecran

Le N3 adopte un écran de 5.5 pouces avec une définition Full HD (1920 par 1080 pixels). Cela se traduit par une résolution de 403 ppp (pixels par pouce). D’autres constructeurs ont opté pour des écrans QHD (2560 par 1440 pixels). C’est le cas du LG G3 par exemple qui dispose d’une configuration hardware d’ailleurs comparable. Or, les performances de ce dernier sont impactées par le nombre de pixels à afficher. Le duo S 801 (avec son GPU Adreno 330) et écran Full HD est donc plus pertinent.

Côté technologie, il s’agit d’un écran IPS qui bénéficie d’une protection anti-rayures de type Gorilla Glass 3.

Avec son grand écran, le N3 est parfaitement adapté pour jouer à des jeux mobiles mais aussi pour regarder des vidéos. C’est un vrai régal sur un tel appareil.

Toutefois, les couleurs sont quelque peu ternes, le contraste perfectible et la luminosité assez faible. Du fait de cette faible luminosité, il n’est pas facile de l’utiliser à l’extérieur lorsqu’il y a du soleil.

L’écran n’est donc pas le point fort du N3, contrairement à l’Oppo R5.

Performances

Pas de demi-mesure pour le N3 qui bénéficie d’un SoC Snapdragon 801. Sur la fiche technique, Oppo évoque une puce MSM8974AA qui correspond ici à la version la moins véloce du S 801 (même si les différences entre version AA, AB et AC sont finalement ténues).

Petit aparté terminé à l’intention des férus de spécifications, la puce se distingue par son processeur à 4 coeurs Krait 400 cadencés jusqu’à 2.27 GHz, son processeur graphique Adreno 330 cadencé jusqu’à 500 MHz.

Oppo_N3_CPU-Z_a

Oppo_N3_CPU-Z_b

Ce sont 2 Go de mémoire vive LPDDR3 qui viennent épauler le processeur.

Lors de ce test, le N3 n’a jamais été pris en défaut que ce soit pour surfer sur internet (avec de nombreux onglets ouverts sur le navigateur), pour jouer à des jeux 3D…

Le processeur graphique permet en effet de jouer dans les meilleures conditions aux jeux mobiles de dernière génération les plus exigeants (Dead Trigger 2, N.O.V.A. 3…). Un plaisir doublé avec l’utilisation d’un contrôleur Bluetooth tel que le Score-A de Thrustmaster. Un vrai régal. L’Oppo N3 conviendra donc à ceux qui accordent de l’importance au jeu sur smartphone.

Oppo_N3_Test_BT_Thrustmaster_Score-A

Mais rien de tel qu’un passage dans la moulinette de nos applications de benchmark préférées pour quantifier ses performances et les comparer à celles d’autres terminaux mobiles.

Benchmark Quadrant
Benchmark Quadrant
Benchmark Vellamo
Benchmark Vellamo
Benchmark AnTuTu
Benchmark AnTuTu
Benchmark Epic Citadel
Benchmark Epic Citadel

Photo et vidéo

Oppo a équipé le N3 d’un APN avec capteur OmniVison OV16825 de 16 MPixels. On peut prendre des clichés allant jusqu’à 16 MPixels dans le format 4:3 et de 13 MPixels en 16:9.

L’APN du N3 bénéficie de lentilles signées du constructeur Schneider Kreznauch.

L’application photo est très complète avec minuteur, paramètre pour le déclenchement via le périphérique O-Click, possibilité d’utiliser une grille…

On pouvait toutefois craindre qu’un capteur aussi imposant en termes de millions de pixels se traduise par une faible propension à réaliser de bonnes photos en conditions de faible luminosité. Le capteur du N3 s’en sort remarquablement bien. Ceci est dû au fait que le capteur dispose d’une très grande surface (et peut donc capter plus de lumière).

Oppo_N3_Photo_c

Oppo_N3_Photo_b

Les fans de selfies seront aux anges puisqu’on peut utiliser l’APN principal en le faisant pivoter. Le module motorisé est d’ailleurs le gros plus de ce smatphone. Il permet de tracker un sujet lors d’une capture vidéo.

Mais surtout, il vous permet de faire des panoramas automatiquement. On déclenche et il balaie automatiquement le paysage à 206 degrés grâce au module motorisé. Idéal pour les narcissiques qui pourront apparaître sur le panorama. Pour les autres, il suffit de se mettre dans l’angle mort pour ne pas apparaître sur le panorama.

Oppo_N3_Photo_i

On pourra regretter l’absence de stabilisation optique mais les férus de photographie se réjouiront de la possibilité de prendre des photos au format RAW (via le mode « Brut » dans l’application photo). Attention au poids des fichiers : dans les 30 Mo.

De nombreux modes sont présents ; il suffit d’en sélectionner un correspondant à votre profil d’utilisateur ou à la fonctionnalité spécifique supplémentaire (« Super Macro », « Son de photo »…) que vous désirez utiliser. C’est plutôt bien vu. On notera la présence du mode « après mise au point » qui permet de faire le changer le focus après coup.

Oppo_N3_Application_Photos

Malheureusement, on ne peut pas combiner plusieurs de ces modes simultanément.

On peut aussi faire pivoter la caméra d’un glisser à l’écran, ce qui s’avère quelque peu gadget.

Côté vidéo, pas de capture en 4K / UHD mais « uniquement » en 1080p. Les vidéos sont de très bonne qualité. Rien à redire de ce côté-là. A noter qu’il permet de filmer à 120 ips en 720p (pratique pour des ralentis de qualité).

Autonomie

L’Oppo N3 dispose d’une batterie Li-Po de 3000 mAh (contre 3610 mAh pour le plus volumineux Oppo N1). C’est quasiment la “norme” pour des smartphones avec écrans de 5.5 pouces.

Oppo_N3_CPU-Z_c

Il en résulte une autonomie dans la moyenne des smartphones de la concurrence. On peut l’utiliser durant une journée complète de manière “classique”.

S’il ne se distingue pas par une autonomie délirante, il bénéficie d’une recharge dite rapide. Il faut pour cela utiliser le chargeur spécifique fourni avec le N3.

Oppo parle de système de rechargement rapide VOOC. Le chargeur est capable de fournir 4.5 ampères sous 5 volts pour charger sa batterie.

Pas de mystère puisqu’il s’agit de fournir un courant constant et élevé de 4.5 ampères. Alors qu’on est plutôt à moins de 2, voire 1, ampères (sous 4.5 volts) pour les autres chargeurs du marché.

Dans la pratique, on a pu le charger à plus de 70% en une demi-heure (conforme à ce que Oppo indique, c’est-à-dire 75% en 30 minutes).

A noter, l’existence de plusieurs modes qui viennent parfaire l’autonomie. On trouve ainsi les “Normal Power Saving” et “Super Power-saving”. Ce dernier peut aussi être activé quand l’autonomie passe sous les 10%.

ColorOS et CyanogenMod

Le N3 repose sur la surcouche logicielle ColorOS (en mouture V2.0.1i) basée sur la ROM Android 4.4.4 (KitKat).

Oppo_N3_Ecran_Accueil

Oppo_N3_Grille_Applications

Cette surcouche a notamment l’avantage de conférer une très grande personnalisation au smartphone. On peut ainsi changer de thème mais aussi ajouter deux pages « Exclusive space » : il y en a une pour la musique et une autre pour la photo (d’autres étant aussi prévues).

On peut aussi définir la manière dont on pourra passer d’une page à l’autre via « Effects » (5 effets sont ainsi proposés).

Si l’interface peut être largement personnalisée, Color OS fait aussi la part belle aux gestes. Il y a les off-screen et on-screen gestures.

On peut ainsi, écran éteint, déclencher l’appareil photo ; il suffit de dessiner un cercle sur l’écran (on peut faire de même avec la lampe torche en dessinant un « V »). Mais on peut aussi choisir de contrôler la musique écran éteint (glisser à deux doigts depuis le haut de l’écran pour mettre en pause ou lire et « > » ou « < » pour changer de piste). Le double tap permet de sortir le N1 de veille (similaire au Knock On initié par LG avec le LG G2). Color OS vient également avec son clavier qui ne supporte malheureusement pas le français. Il faudra vous contenter d’un clavier QWERTY si vous voulez conserver celui qui est paramétré par défaut. Heureusement, le clavier de Google est aussi installé et il est vivement recommandé de l’utiliser (ou d’en installer un autre si vous le désirez). Il faudra juste changer la langue dans les paramètres du clavier Google (pour obtenir l’AZERTY) car, par défaut, il est défini comme QWERTY US. On accède aux fonctionnalités récemment ouvertes par un appui long sur le bouton tactile gauche. Depuis la bande qui apparaît en bas de l’écran, on pourra fermer toutes les applications grâce à un bouton. En revanche, les fans de Cyanogen pourront être déçus qu’il n’y ait pas de ROM spécifique.

O-Click

Le O-Click est un petit accessoire qui se connecte en Bluetooth au N3, comme le HTC Fetch du côté du constructeur taïwanais. Il fonctionne à l’aide d’une pile CR2032 et s’attache idéalement à un porte-clefs.

Il permet de déclencher des actions (appareil photo et notifications) à distance sur le smartphone. Il déclenche aussi une alarme sur le smartphone lorsque la distance qui les sépare est égale ou supérieure à 5 mètres. A contrario, on peut aussi le faire sonner depuis le smartphone, ce qui s’avère idéal pour retrouver ses clefs.

On peut aussi contrôler le volume sonore à l’aide de la bague bouton qui entoure le bouton principal du O-Click. Dommage qu’il ne permette pas de contrôler la lecture, la pause et le changement de plages.

L’ O-click s’avère bien plus pratique pour l’utiliser avec l’APN. On peut ouvrir l’appli photos par un long appui sur le bouton principal. Avec le bouton bague, on peut faire pivoter le module photo et bien entendu déclencher par un appui bref.

Oppo_N3_O_Click

Conclusion et galerie

Si l’Oppo N3 est très séduisant sur le papier, il l’est également dans la pratique. Difficile de lui trouver des défauts. Son encombrement peut-être mais lorsqu’on décide d’acheter une phablette, c’est un point qui ne dérange pas a priori.

Le module photo motorisé est un vrai plus qui différencie ce terminal. Le périphérique O-Click ne justifie certes pas à lui seul le choix du N3. Mais, il peut rendre de nombreux services même si on pourra regretter qu’il ne permette pas de faire pause/lecture sur des applications telles que Spotify ou Google Play Musique.

Oppo a su faire des choix judicieux qui, au final, se traduisent par un smartphone complet, équilibré et performant. Il est de surcroît proposé à 549 euros.

Notre avis

Intéressant

7 / 10