Test

Test : Oppo R5, un smartphone très fin et élégant

Notre avis
7 / 10
Smartphone

Par 4ugeek le

Avec le R5, Oppo s’attaque au design en proposant un appareil aux lignes épurées, d’une finesse incroyable. Mais pas seulement.

Oppo_R5_e

Oppo a pour leitmotiv de surprendre et de différencier ses smartphones de ceux de la concurrence. Il suffit de voir ce que propose le constructeur chinois avec le N3 pour s’en convaincre (lire notre test du Oppo N3).

La société chinoise récidive avec le R5 en mettant cette fois l’accent sur le design. L’accent ou plutôt le paquet, car le R5 est loin de passer inaperçu. Non pas qu’il soit clinquant, mais il arbore un design ultra classe. Esthétique jusqu’au bout, il l’est jusque dans épaisseur de seulement 4,85 mm. Cela constitue une véritable prouesse technique puisqu’il s’agit du smartphone le plus fin au monde. Avec une telle finesse, on finit même par se demander ce qu’Oppo a pu intégrer dans un si faible volume. Contrepartie de cette épaisseur record, l’Oppo R5 souffre-t-il d’une autonomie en-deçà à cause d’une trop petite batterie ? Et plus globalement, le R5 se contente-t-il d’être un superbe écrin ?

C’est ce que nous allons voir dans ce test complet de l’Oppo R5.

Oppo_R5_b

Présentation

Si la couleur banche reste présente, le R5 est aussi habillé d’aluminium (il existe également en version or). Tout le pourtour ainsi qu’une large partie de la coque arrière sont ainsi réalisés dans ce matériau. En fait, il s’agit d’un matériau composite spécifique n’utilisant pas exclusivement de l’aluminium. Il a été conçu, selon Oppo, pour mieux évacuer la chaleur.

Comme nous le soulignions précédemment, le R5 est le smartphone le plus fin au monde. Notons tout de même qu’une légère proéminence subsiste puisque l’épaisseur de l’APN principal ne peut souffrir d’une telle finesse.

Oppo_R5_p

Si le N3 entre dans la catégorie des phablettes avec son écran de 5.5 pouces, le R5 se « contente » d’un écran de 5.2 pouces.

Le terminal est basé sur la ROM Android 4.4 mais se distingue par pas surcouche logicielle ColorOS (ici en mouture 2.0). Il se différencie également par son processeur 64 bits (compatible donc avec le jeu d’instructions ARMv8), sa capacité à prendre des clichés de 50 MPixels, la fonctionnalité de focus a posteriori, son système de recharge rapide VOOC, son écran AMOLED…

Malgré tout, Oppo réussit la gageure de contenir son prix puisque l’Oppo R5 affiche un tarif de 399 euros.

L’Oppo R5 est livré avec :

▪ des écouteurs intra-auriculaires
▪ un chargeur rapide VOOC
▪ Un câble USB/microUSB
▪ Un accessoire pour éjecter le tiroir de la carte micro SIM
▪ Une notice
▪ Un étui/coque « intelligent »

S’il n’est pas livré avec l’objet connecté O-Click 2.0 (comme c’est le cas pour le N3), il peut fonctionner avec l’accessoire O-Music (à acheter séparément).

Oppo_R5_j

Design, finition et ergonomie

On pourrait penser que du fait de sa finesse record de 4.85 mm, le R5 présente une préhension exécrable. Ce n’est pas le cas et la prise en main s’avère très bonne.

Le R5 pèse 155 grammes, ce qui n’en fait pas le smartphone le plus léger du monde. Mais cela n’est en rien handicapant dans la mesure où les masses sont très bien réparties sur l’ensemble du volume du terminal.

Son gabarit reste contenu (148.9 × 74.5 × 4.85 mm) malgré la taille d’écran de 5.2 pouces.

Oppo_R5_n

À noter que son écran de 5.2 pouces lui permet d’être utilisé dans de nombreux casques de réalité virtuelle, tel que celui signé Homido.

Test avec le casque à réalité virtuelle d'Homido
Test avec le casque à réalité virtuelle d’Homido

Ici, pas de capteur d’empreinte digitale comme sur le N3 ou de module motorisé pour l’APN. C’est le design qui est avant tout mis en avant, et ce coûte que coûte.

Dans une épaisseur de 4.85 mm, le constructeur n’a pas réussi à intégrer une prise jack audio 3.5 mm (même si sur le papier, cela semble possible, l’encombrement d’une prise jack 3.5 mm est plus important que 3.5 mm). Qu’à cela ne tienne, Oppo a choisi de faire passer le son par le port microUSB. Pour cela un adaptateur microUSB/jack 3.5 mm est fourni avec le terminal. Il faut le reconnaître, cela est assez contraignant, surtout si vous êtes du genre à égarer les petits adaptateurs. Celui-ci étant unique, il faudra alors en commander un auprès d’Oppo.

Oppo_R5_ad

Oppo ouvre peut-être la voie pour un autre type de sortie audio que le traditionnel jack 3.5 mm. C’est peut-être ce que prévoit de faire Apple avec les casques Beats en poussant le concept plus loin (en sortant le son numériquement du port lightning et en intégrant un DAC haute-performance (hautes résolution et fréquence d’échantillonnage directement dans le son).

Le futur sera peut-être également fait de casques et enceintes systématiquement Bluetooth (avec le profil Bluetooth LDAC, Sony montre par exemple que cette voie peut être creusée).

Restons dans la partie sonore avec le haut-parleur qui se situe en façade au sommet du terminal (à gauche de l’APN). Il diffuse un son puissant qui ne vient pas saturer, même lorsqu’on pousse les décibels.

Le R5 bénéficie aussi de l’interface ColorOS du constructeur qui vient avec de multiples fonctionnalités, comme les gestes. On peut ainsi sortir le N3 de veille par un double tap à l’écran (après activation de cette fonction dans les paramètres) ou allumer la lampe torchant en dessinant un V à l’écran. Un glisser à 3 doigts verticalement permet de faire une capture d’écran tandis qu’en faisant glisser deux doigts latéralement depuis n’importe quelle application, on module le volume sonore. On peut aussi définir ses propres gestes dans les paramètres, ce qui ouvre la voie à de nombreuses possibilités.

Côté finition, rien à redire, si ce n’est qu’elle est irréprochable. Le R5 est très classe, tout en restant sobre.

On retrouve le souci du détail et de la finition jusque dans le packaging très classe et certains accessoires, comme celui qui permet de sortir le tiroir de la carte micro SIM avec sa forme en « O » allongé, symbolisant la marque Oppo.

Oppo_R5_i

Pas de boutons physiques en façade, mais trois boutons tactiles, le retour se trouvant côté droit comme sur les terminaux Samsung.

Le port microUSB est situé sur la tranche inférieure tandis que les boutons physiques (boutons longs du volume sonore et marche/arrêt) se situent sur la tranche latérale droite.

Connectivité

L’Oppo R5 supporte de nombreuses technologies sans fil : le Bluetooth 4.0, le Wi-Fi Direct et le Wi-Fi 802.11a/b/g/n (dont le n sur les deux bandes 2.4 GHz et 5 GHz comme l’autorise cette version de la norme). On pourra regretter qu’il ne supporte pas le Wi-Fi ac, même si, par son tarif, le R5 n’est pas positionné sur le créneau du haut de gamme.

Il supporte également le Bluetooth 4.0 et la géolocalisation via la constellation GPS. Mais, il ne supporte pas la connectivité sans fil de champ proche NFC (Near Field Communication).

Testé ici en Bluetooth avec l'enceinte Hercules WAE NEO
Testé ici en Bluetooth avec l’enceinte Hercules WAE NEO
Test du Bluetooth avec le contrôleur Score-A de Thrustmaster
Test du Bluetooth avec le contrôleur Score-A de Thrustmaster

Pas de Miracast, mais le support du Wi-Fi Direct permet de diffuser sans fil l’écran du R5 vers un téléviseur (le supportant ou à l’aide d’un boîtier idoine). Testé sur un téléviseur Samsung qui supporte nativement cette connectivité, elle s’est avérée parfaitement efficace, avec une très bonne fluidité (ce qui n’est pas toujours le cas avec de type de connectivité).

On regrettera que le R5 ne supporte ni le MHL, ni le Slimport, comme constatés lors de nos tests avec nos différents adaptateurs.

Autre bémol, le R5 ne supporte malheureusement pas l’USB OTG (On-The-Go), ce qui ne permet donc pas de lui ajouter un support flash via le port microUSB. Et c’est regrettable, car le R5 dispose d’une chiche mémoire flash de 16 Go, non extensible par carte microSD. Lors de notre test avec une clé USB OTG PK Paris, nous avons constaté que le symbole casque apparaît dès lors que la clé est dans le pot microUSB. Celle-ci est donc reconnue comme un casque audio et non un support de stockage, la faute au port microUSB spécifique du R5 capable de sortir le son de manière analogique.

Côté cellulaire, le smartphone supporte la 2G sur les bandes 850, 900, 1800 et 1900 MHz. Il supporte également la 3G, dont le HSPA+ (42 Mb/s en débit descendant), sur les bandes 850, 900, 1900 et 2100 MHz. La 4G LTE est aussi de la partie avec les bandes 1, 3 et 7 (FDD) et 40 (TDD), ce dernier mode de multiplexage étant principalement utilisé en Chine.

Lors de nos tests, nous avons pu constater qu’il accroche parfaitement les réseaux, un classique sur les smartphones signés Oppo. Côté son, rien à redire, la diffusion et la réception sont de très bonne qualité.

Ecran

Le R5 est équipé d’un écran de 5.2 pouces affichant une image Full HD (1920 par 1080 pixels). Cela se traduit par une résolution de 424 ppp (pixels par pouce). D’autres constructeurs ont opté pour des écrans QHD, soit 2560 par 1440 pixels (cas du LG G3), comme nous le soulignons fréquemment. Or, les performances de ce dernier sont impactées par le nombre de pixels à afficher.

Outre sa précision, il s’agit d’un écran Super AMOLED. Excellent contraste et couleurs très saturées sont donc de la partie. L’angle de vision est par ailleurs très bon, tout comme la luminosité de l’écran. C’est un véritable point fort pour ce modèle d’Oppo, sachant que ses autres terminaux ne brillent souvent pas dans ce domaine à cause d’écrans IPS peu lumineux.

Performances

Le R5 embarque le SoC (System on Chip) Snapdragon 615 de Qualcomm (MSM8939). Cette puce intègre un processeur octocoeur. Il s’agit en fait de deux groupes de 4 coeurs Cortex-A53 cadencés ici jusqu’à un maximum de 1.5 GHz. Il s’agit donc d’un processeur 64 bits compatible avec le jeu d’instructions ARMv8. Le CPU est aussi compatible avec le jeu d’instructions ARMv7 ; c’est d’ailleurs celui-ci qui est exploité puisque la seule version d’Android à supporter ARMv8 est Android 5.0 Lollipop (non encore disponible pour ce terminal).

Le SoC embarque aussi un processeur graphique Adreno 405. L’ensemble est épaulé par 2 Go de mémoire vive.

Oppo_R5_6

Oppo_R5_7

Concrètement, lors de ce test, le R5 s’est montré particulièrement véloce et n’a jamais été pris à défaut (pour surfer ou jouer à des jeux 3D…).

Le processeur graphique permet en effet de jouer dans les meilleures conditions aux jeux mobiles de dernière génération les plus exigeants (Dead Trigger 2, N.O.V.A. 3…). Un plaisir doublé avec l’utilisation d’un contrôleur Bluetooth tel que le Score-A de Thrustmaster. Un vrai régal. L’Oppo R5 conviendra donc à ceux qui accordent de l’importance au jeu sur smartphone.

Mais rien de tel qu’un passage dans la moulinette de nos applications de benchmark préférées pour quantifier ses performances et les comparer à celles d’autres terminaux mobiles.

Benchmark Quadrant
Benchmark Quadrant
Benchmark Epic Citadel
Benchmark Epic Citadel
Benchmark AnTuTu
Benchmark AnTuTu
Benchmark Vellamo
Benchmark Vellamo

Photo et vidéo

Oppo a équipé le R5 d’un APN avec capteur Sony Exmor IMX214 (rétroéclairé) de 13 MPixels. On trouve ce même capteur sur les OnePlus One, Nexus 6 et Xiaomi Mi4, entre autres.

Il permet de prendre des clichés allant jusqu’à 13 MPixels dans le format 4:3 et de 10 MPixels en 16:9.

L’application photo est très complète avec minuteur, possibilité d’utiliser une grille, paramétrage du géo-tagging…

Les fans de selfies seront aux anges puisqu’il est équipé d’un second APN en façade avec capteur de 5 MPixels et objectif grand-angle de 83 degrés.

De nombreux modes sont proposés : Vitesse lente obturation (on augmente le temps d’exposition afin de capturer les traces de mouvement), Cliché de nuit (des couleurs plus riches pour embellir les photos prises de nuit), image HD (mode ultra haute résolution), Embellir (pour améliorer les portraits), Normale, Mode Expert (pour prendre des clichés dans le format RAW), HDR, Ubifocus (pour faire le focus a posteriori), panorama…

Malheureusement, on ne peut pas combiner plusieurs de ces modes simultanément.

Dans la pratique, l’APN principal s’en sort remarquablement bien dans quasiment tous les secteurs. Les contrastes sont très bons et les couleurs fidèles. En conditions de faible luminosité, pas de miracle toutefois, les photos apparaissant souvent bruitées.

Oppo_R5_r

Côté vidéo, pas de capture en 4K / UHD mais « uniquement » en 1080p (à 60 ips tout de même). La chiche mémoire de 16 Go du R5 n’aurait d’ailleurs pas été adaptée à une captation vidéo 4K. Les vidéos sont de très bonne qualité. Rien à redire de ce côté-là. À noter qu’il permet de filmer à 120 ips en 720p (pratique pour des ralentis de qualité).

Autonomie

L’Oppo R5 dispose d’une batterie Li-Po de 2000 mAh. Ce n’est pas de bon aloi pour smartphone avec écran de 5.2 pouces.

Oppo_R5_8

Mais, à notre grande surprise, l’autonomie est dans la moyenne des smartphones de la concurrence. On peut ainsi l’utiliser une journée entière avec un usage dite « classique ». C’est probablement dû en grande partie au SoC Snapdragon 615 moins énergivore que les puces de génération précédente.

S’il ne se distingue pas par une autonomie délirante, il bénéficie d’une recharge dite rapide. Il faut pour cela utiliser le chargeur spécifique fourni avec le N3.

Oppo parle de système de rechargement rapide VOOC. Le chargeur est capable de fournir 4.5 ampères sous 5 volts pour charger sa batterie.

Pas de mystère puisqu’il s’agit de fournir un courant constant et élevé de 4.5 ampères. Alors qu’on est plutôt à moins de 2, voire 1, ampères (sous 4.5 volts) pour les autres chargeurs du marché.

Dans la pratique, on a pu le charger à plus de 70% en une demi-heure (conforme à ce que Oppo indique, c’est-à-dire 75% en 30 minutes).

À noter, l’existence de plusieurs modes qui viennent parfaire l’autonomie. On trouve ainsi les modes “Economie d’énergie normale” et “Mode super économique d’économie d’énergie”. Ce dernier peut aussi être activé quand l’autonomie passe sous les 10%.

Color OS

Le R5 repose sur la surcouche logicielle ColorOS (en mouture V2.0.1i) basée sur la ROM Android 4.4.4 (KitKat).

Oppo_R5_3

Cette surcouche a notamment l’avantage de conférer une très grande personnalisation au smartphone. On peut ainsi changer de thème, mais aussi ajouter deux pages « Exclusive space » : il y en a une pour la musique et une autre pour la photo (d’autres étant aussi prévues).

On peut aussi définir la manière dont on pourra passer d’une page à l’autre via « Effects » (6 effets sont ainsi proposés).

Si l’interface peut être largement personnalisée, Color OS fait aussi la part belle aux gestes. Il y a les « gestes écran éteint » et ceux « écran allumé ».

Oppo_R5_2

On peut ainsi, écran éteint, déclencher l’appareil photo ; il suffit de dessiner un cercle sur l’écran (on peut faire de même avec la lampe torche en dessinant un « V »). Mais on peut aussi choisir de contrôler la musique écran éteint (glisser à deux doigts depuis le haut de l’écran pour mettre en pause ou lire et « > » ou « < » pour changer de piste). Le double tap permet de sortir le N1 de veille (similaire au Knock On initié par LG avec le LG G2). Oppo_R5_1

On accède aux fonctionnalités récemment ouvertes par un appui long sur le bouton tactile gauche. Depuis la bande qui apparaît en bas de l’écran, on pourra fermer toutes les applications grâce à un bouton.

En revanche, les fans de Cyanogen pourront être déçus qu’il n’y ait pas de ROM spécifique.

Conclusion et galerie

À 399 euros, le rapport qualité-prix plaide indéniablement en faveur de l’Oppo R5. Reste quelques défauts qu’il faut avoir à l’esprit : absence de port jack 3.5 mm (nécessite un adaptateur microUSB/jack livré), l’absence d’emplacement pour carte microSD, la batterie non amovible et une connectivité en demi-teinte (pas de Wi-Fi ac, de NFC et pas de support de l’USB OTG). Mais, le R5 a aussi des avantages indéniables : la qualité de sa finition, son look (grâce à sa finesse record), la présence du Snapdragon 615 (très performant pour une puce de milieu de gamme, même si en deçà du Snapdragon 801) et le domaine de la photo dans lequel il se montre brillant.

Avec le R5, Oppo s’attaque au design en proposant un appareil aux lignes épurées, d’une finesse incroyable. Mais pas seulement.

Oppo_R5_e

Oppo a pour leitmotiv de surprendre et de différencier ses smartphones de ceux de la concurrence. Il suffit de voir ce que propose le constructeur chinois avec le N3 pour s’en convaincre (lire notre test du Oppo N3).

La société chinoise récidive avec le R5 en mettant cette fois l’accent sur le design. L’accent ou plutôt le paquet, car le R5 est loin de passer inaperçu. Non pas qu’il soit clinquant, mais il arbore un design ultra classe. Esthétique jusqu’au bout, il l’est jusque dans épaisseur de seulement 4,85 mm. Cela constitue une véritable prouesse technique puisqu’il s’agit du smartphone le plus fin au monde. Avec une telle finesse, on finit même par se demander ce qu’Oppo a pu intégrer dans un si faible volume. Contrepartie de cette épaisseur record, l’Oppo R5 souffre-t-il d’une autonomie en-deçà à cause d’une trop petite batterie ? Et plus globalement, le R5 se contente-t-il d’être un superbe écrin ?

C’est ce que nous allons voir dans ce test complet de l’Oppo R5.

Oppo_R5_b

Présentation

Si la couleur banche reste présente, le R5 est aussi habillé d’aluminium (il existe également en version or). Tout le pourtour ainsi qu’une large partie de la coque arrière sont ainsi réalisés dans ce matériau. En fait, il s’agit d’un matériau composite spécifique n’utilisant pas exclusivement de l’aluminium. Il a été conçu, selon Oppo, pour mieux évacuer la chaleur.

Comme nous le soulignions précédemment, le R5 est le smartphone le plus fin au monde. Notons tout de même qu’une légère proéminence subsiste puisque l’épaisseur de l’APN principal ne peut souffrir d’une telle finesse.

Oppo_R5_p

Si le N3 entre dans la catégorie des phablettes avec son écran de 5.5 pouces, le R5 se « contente » d’un écran de 5.2 pouces.

Le terminal est basé sur la ROM Android 4.4 mais se distingue par pas surcouche logicielle ColorOS (ici en mouture 2.0). Il se différencie également par son processeur 64 bits (compatible donc avec le jeu d’instructions ARMv8), sa capacité à prendre des clichés de 50 MPixels, la fonctionnalité de focus a posteriori, son système de recharge rapide VOOC, son écran AMOLED…

Malgré tout, Oppo réussit la gageure de contenir son prix puisque l’Oppo R5 affiche un tarif de 399 euros.

L’Oppo R5 est livré avec :

▪ des écouteurs intra-auriculaires
▪ un chargeur rapide VOOC
▪ Un câble USB/microUSB
▪ Un accessoire pour éjecter le tiroir de la carte micro SIM
▪ Une notice
▪ Un étui/coque « intelligent »

S’il n’est pas livré avec l’objet connecté O-Click 2.0 (comme c’est le cas pour le N3), il peut fonctionner avec l’accessoire O-Music (à acheter séparément).

Oppo_R5_j

Design, finition et ergonomie

On pourrait penser que du fait de sa finesse record de 4.85 mm, le R5 présente une préhension exécrable. Ce n’est pas le cas et la prise en main s’avère très bonne.

Le R5 pèse 155 grammes, ce qui n’en fait pas le smartphone le plus léger du monde. Mais cela n’est en rien handicapant dans la mesure où les masses sont très bien réparties sur l’ensemble du volume du terminal.

Son gabarit reste contenu (148.9 × 74.5 × 4.85 mm) malgré la taille d’écran de 5.2 pouces.

Oppo_R5_n

À noter que son écran de 5.2 pouces lui permet d’être utilisé dans de nombreux casques de réalité virtuelle, tel que celui signé Homido.

Test avec le casque à réalité virtuelle d'Homido
Test avec le casque à réalité virtuelle d’Homido

Ici, pas de capteur d’empreinte digitale comme sur le N3 ou de module motorisé pour l’APN. C’est le design qui est avant tout mis en avant, et ce coûte que coûte.

Dans une épaisseur de 4.85 mm, le constructeur n’a pas réussi à intégrer une prise jack audio 3.5 mm (même si sur le papier, cela semble possible, l’encombrement d’une prise jack 3.5 mm est plus important que 3.5 mm). Qu’à cela ne tienne, Oppo a choisi de faire passer le son par le port microUSB. Pour cela un adaptateur microUSB/jack 3.5 mm est fourni avec le terminal. Il faut le reconnaître, cela est assez contraignant, surtout si vous êtes du genre à égarer les petits adaptateurs. Celui-ci étant unique, il faudra alors en commander un auprès d’Oppo.

Oppo_R5_ad

Oppo ouvre peut-être la voie pour un autre type de sortie audio que le traditionnel jack 3.5 mm. C’est peut-être ce que prévoit de faire Apple avec les casques Beats en poussant le concept plus loin (en sortant le son numériquement du port lightning et en intégrant un DAC haute-performance (hautes résolution et fréquence d’échantillonnage directement dans le son).

Le futur sera peut-être également fait de casques et enceintes systématiquement Bluetooth (avec le profil Bluetooth LDAC, Sony montre par exemple que cette voie peut être creusée).

Restons dans la partie sonore avec le haut-parleur qui se situe en façade au sommet du terminal (à gauche de l’APN). Il diffuse un son puissant qui ne vient pas saturer, même lorsqu’on pousse les décibels.

Le R5 bénéficie aussi de l’interface ColorOS du constructeur qui vient avec de multiples fonctionnalités, comme les gestes. On peut ainsi sortir le N3 de veille par un double tap à l’écran (après activation de cette fonction dans les paramètres) ou allumer la lampe torchant en dessinant un V à l’écran. Un glisser à 3 doigts verticalement permet de faire une capture d’écran tandis qu’en faisant glisser deux doigts latéralement depuis n’importe quelle application, on module le volume sonore. On peut aussi définir ses propres gestes dans les paramètres, ce qui ouvre la voie à de nombreuses possibilités.

Côté finition, rien à redire, si ce n’est qu’elle est irréprochable. Le R5 est très classe, tout en restant sobre.

On retrouve le souci du détail et de la finition jusque dans le packaging très classe et certains accessoires, comme celui qui permet de sortir le tiroir de la carte micro SIM avec sa forme en « O » allongé, symbolisant la marque Oppo.

Oppo_R5_i

Pas de boutons physiques en façade, mais trois boutons tactiles, le retour se trouvant côté droit comme sur les terminaux Samsung.

Le port microUSB est situé sur la tranche inférieure tandis que les boutons physiques (boutons longs du volume sonore et marche/arrêt) se situent sur la tranche latérale droite.

Connectivité

L’Oppo R5 supporte de nombreuses technologies sans fil : le Bluetooth 4.0, le Wi-Fi Direct et le Wi-Fi 802.11a/b/g/n (dont le n sur les deux bandes 2.4 GHz et 5 GHz comme l’autorise cette version de la norme). On pourra regretter qu’il ne supporte pas le Wi-Fi ac, même si, par son tarif, le R5 n’est pas positionné sur le créneau du haut de gamme.

Il supporte également le Bluetooth 4.0 et la géolocalisation via la constellation GPS. Mais, il ne supporte pas la connectivité sans fil de champ proche NFC (Near Field Communication).

Testé ici en Bluetooth avec l'enceinte Hercules WAE NEO
Testé ici en Bluetooth avec l’enceinte Hercules WAE NEO
Test du Bluetooth avec le contrôleur Score-A de Thrustmaster
Test du Bluetooth avec le contrôleur Score-A de Thrustmaster

Pas de Miracast, mais le support du Wi-Fi Direct permet de diffuser sans fil l’écran du R5 vers un téléviseur (le supportant ou à l’aide d’un boîtier idoine). Testé sur un téléviseur Samsung qui supporte nativement cette connectivité, elle s’est avérée parfaitement efficace, avec une très bonne fluidité (ce qui n’est pas toujours le cas avec de type de connectivité).

On regrettera que le R5 ne supporte ni le MHL, ni le Slimport, comme constatés lors de nos tests avec nos différents adaptateurs.

Autre bémol, le R5 ne supporte malheureusement pas l’USB OTG (On-The-Go), ce qui ne permet donc pas de lui ajouter un support flash via le port microUSB. Et c’est regrettable, car le R5 dispose d’une chiche mémoire flash de 16 Go, non extensible par carte microSD. Lors de notre test avec une clé USB OTG PK Paris, nous avons constaté que le symbole casque apparaît dès lors que la clé est dans le pot microUSB. Celle-ci est donc reconnue comme un casque audio et non un support de stockage, la faute au port microUSB spécifique du R5 capable de sortir le son de manière analogique.

Côté cellulaire, le smartphone supporte la 2G sur les bandes 850, 900, 1800 et 1900 MHz. Il supporte également la 3G, dont le HSPA+ (42 Mb/s en débit descendant), sur les bandes 850, 900, 1900 et 2100 MHz. La 4G LTE est aussi de la partie avec les bandes 1, 3 et 7 (FDD) et 40 (TDD), ce dernier mode de multiplexage étant principalement utilisé en Chine.

Lors de nos tests, nous avons pu constater qu’il accroche parfaitement les réseaux, un classique sur les smartphones signés Oppo. Côté son, rien à redire, la diffusion et la réception sont de très bonne qualité.

Ecran

Le R5 est équipé d’un écran de 5.2 pouces affichant une image Full HD (1920 par 1080 pixels). Cela se traduit par une résolution de 424 ppp (pixels par pouce). D’autres constructeurs ont opté pour des écrans QHD, soit 2560 par 1440 pixels (cas du LG G3), comme nous le soulignons fréquemment. Or, les performances de ce dernier sont impactées par le nombre de pixels à afficher.

Outre sa précision, il s’agit d’un écran Super AMOLED. Excellent contraste et couleurs très saturées sont donc de la partie. L’angle de vision est par ailleurs très bon, tout comme la luminosité de l’écran. C’est un véritable point fort pour ce modèle d’Oppo, sachant que ses autres terminaux ne brillent souvent pas dans ce domaine à cause d’écrans IPS peu lumineux.

Performances

Le R5 embarque le SoC (System on Chip) Snapdragon 615 de Qualcomm (MSM8939). Cette puce intègre un processeur octocoeur. Il s’agit en fait de deux groupes de 4 coeurs Cortex-A53 cadencés ici jusqu’à un maximum de 1.5 GHz. Il s’agit donc d’un processeur 64 bits compatible avec le jeu d’instructions ARMv8. Le CPU est aussi compatible avec le jeu d’instructions ARMv7 ; c’est d’ailleurs celui-ci qui est exploité puisque la seule version d’Android à supporter ARMv8 est Android 5.0 Lollipop (non encore disponible pour ce terminal).

Le SoC embarque aussi un processeur graphique Adreno 405. L’ensemble est épaulé par 2 Go de mémoire vive.

Oppo_R5_6

Oppo_R5_7

Concrètement, lors de ce test, le R5 s’est montré particulièrement véloce et n’a jamais été pris à défaut (pour surfer ou jouer à des jeux 3D…).

Le processeur graphique permet en effet de jouer dans les meilleures conditions aux jeux mobiles de dernière génération les plus exigeants (Dead Trigger 2, N.O.V.A. 3…). Un plaisir doublé avec l’utilisation d’un contrôleur Bluetooth tel que le Score-A de Thrustmaster. Un vrai régal. L’Oppo R5 conviendra donc à ceux qui accordent de l’importance au jeu sur smartphone.

Mais rien de tel qu’un passage dans la moulinette de nos applications de benchmark préférées pour quantifier ses performances et les comparer à celles d’autres terminaux mobiles.

Benchmark Quadrant
Benchmark Quadrant
Benchmark Epic Citadel
Benchmark Epic Citadel
Benchmark AnTuTu
Benchmark AnTuTu
Benchmark Vellamo
Benchmark Vellamo

Photo et vidéo

Oppo a équipé le R5 d’un APN avec capteur Sony Exmor IMX214 (rétroéclairé) de 13 MPixels. On trouve ce même capteur sur les OnePlus One, Nexus 6 et Xiaomi Mi4, entre autres.

Il permet de prendre des clichés allant jusqu’à 13 MPixels dans le format 4:3 et de 10 MPixels en 16:9.

L’application photo est très complète avec minuteur, possibilité d’utiliser une grille, paramétrage du géo-tagging…

Les fans de selfies seront aux anges puisqu’il est équipé d’un second APN en façade avec capteur de 5 MPixels et objectif grand-angle de 83 degrés.

De nombreux modes sont proposés : Vitesse lente obturation (on augmente le temps d’exposition afin de capturer les traces de mouvement), Cliché de nuit (des couleurs plus riches pour embellir les photos prises de nuit), image HD (mode ultra haute résolution), Embellir (pour améliorer les portraits), Normale, Mode Expert (pour prendre des clichés dans le format RAW), HDR, Ubifocus (pour faire le focus a posteriori), panorama…

Malheureusement, on ne peut pas combiner plusieurs de ces modes simultanément.

Dans la pratique, l’APN principal s’en sort remarquablement bien dans quasiment tous les secteurs. Les contrastes sont très bons et les couleurs fidèles. En conditions de faible luminosité, pas de miracle toutefois, les photos apparaissant souvent bruitées.

Oppo_R5_r

Côté vidéo, pas de capture en 4K / UHD mais « uniquement » en 1080p (à 60 ips tout de même). La chiche mémoire de 16 Go du R5 n’aurait d’ailleurs pas été adaptée à une captation vidéo 4K. Les vidéos sont de très bonne qualité. Rien à redire de ce côté-là. À noter qu’il permet de filmer à 120 ips en 720p (pratique pour des ralentis de qualité).

Autonomie

L’Oppo R5 dispose d’une batterie Li-Po de 2000 mAh. Ce n’est pas de bon aloi pour smartphone avec écran de 5.2 pouces.

Oppo_R5_8

Mais, à notre grande surprise, l’autonomie est dans la moyenne des smartphones de la concurrence. On peut ainsi l’utiliser une journée entière avec un usage dite « classique ». C’est probablement dû en grande partie au SoC Snapdragon 615 moins énergivore que les puces de génération précédente.

S’il ne se distingue pas par une autonomie délirante, il bénéficie d’une recharge dite rapide. Il faut pour cela utiliser le chargeur spécifique fourni avec le N3.

Oppo parle de système de rechargement rapide VOOC. Le chargeur est capable de fournir 4.5 ampères sous 5 volts pour charger sa batterie.

Pas de mystère puisqu’il s’agit de fournir un courant constant et élevé de 4.5 ampères. Alors qu’on est plutôt à moins de 2, voire 1, ampères (sous 4.5 volts) pour les autres chargeurs du marché.

Dans la pratique, on a pu le charger à plus de 70% en une demi-heure (conforme à ce que Oppo indique, c’est-à-dire 75% en 30 minutes).

À noter, l’existence de plusieurs modes qui viennent parfaire l’autonomie. On trouve ainsi les modes “Economie d’énergie normale” et “Mode super économique d’économie d’énergie”. Ce dernier peut aussi être activé quand l’autonomie passe sous les 10%.

Color OS

Le R5 repose sur la surcouche logicielle ColorOS (en mouture V2.0.1i) basée sur la ROM Android 4.4.4 (KitKat).

Oppo_R5_3

Cette surcouche a notamment l’avantage de conférer une très grande personnalisation au smartphone. On peut ainsi changer de thème, mais aussi ajouter deux pages « Exclusive space » : il y en a une pour la musique et une autre pour la photo (d’autres étant aussi prévues).

On peut aussi définir la manière dont on pourra passer d’une page à l’autre via « Effects » (6 effets sont ainsi proposés).

Si l’interface peut être largement personnalisée, Color OS fait aussi la part belle aux gestes. Il y a les « gestes écran éteint » et ceux « écran allumé ».

Oppo_R5_2

On peut ainsi, écran éteint, déclencher l’appareil photo ; il suffit de dessiner un cercle sur l’écran (on peut faire de même avec la lampe torche en dessinant un « V »). Mais on peut aussi choisir de contrôler la musique écran éteint (glisser à deux doigts depuis le haut de l’écran pour mettre en pause ou lire et « > » ou « < » pour changer de piste). Le double tap permet de sortir le N1 de veille (similaire au Knock On initié par LG avec le LG G2). Oppo_R5_1

On accède aux fonctionnalités récemment ouvertes par un appui long sur le bouton tactile gauche. Depuis la bande qui apparaît en bas de l’écran, on pourra fermer toutes les applications grâce à un bouton.

En revanche, les fans de Cyanogen pourront être déçus qu’il n’y ait pas de ROM spécifique.

Conclusion et galerie

À 399 euros, le rapport qualité-prix plaide indéniablement en faveur de l’Oppo R5. Reste quelques défauts qu’il faut avoir à l’esprit : absence de port jack 3.5 mm (nécessite un adaptateur microUSB/jack livré), l’absence d’emplacement pour carte microSD, la batterie non amovible et une connectivité en demi-teinte (pas de Wi-Fi ac, de NFC et pas de support de l’USB OTG). Mais, le R5 a aussi des avantages indéniables : la qualité de sa finition, son look (grâce à sa finesse record), la présence du Snapdragon 615 (très performant pour une puce de milieu de gamme, même si en deçà du Snapdragon 801) et le domaine de la photo dans lequel il se montre brillant.

Notre avis

Elégant

7 / 10