Test

Test : Oukitel K10000

Interface

Notre avis
7 / 10
Android

Par 4ugeek le

Si le K10000 se distingue (« jure » diront certains) par son look et la capacité de sa batterie, il sort également des sentiers battus avec son interface propriétaire. Ces sentiers ont déjà été largement arpentés par des constructeurs tels qu’Oppo (on note d’ailleurs de très grandes similarités dans les fonctionnalités proposées et le look du menu des paramètres avec l’interface proposée par Oppo).

Le K10000 évolue sous Android Lollipop 5.1 matinée de l’interface propriétaire d’Oukitel. On aurait aimé voir régner Android Marshmallow 6.0. Mais, il faudra donc patienter.

On note d’emblée l’absence de lanceur d’applications; celles-ci se retrouvent sur les pages principales. C’est regrettable car le lanceur permet de contenir toutes les applications, tandis que normalement les pages principales accueillent celles que vous utilisez le plus fréquemment. Reste donc à classer scrupuleusement les applications au sein de dossiers pour s’y retrouver et surtout les retrouver.

Okuitel_K10000_UI_Home_b

Et c’est d’autant plus vrai qu’Oukitel a eu la très mauvaise idée de customiser le look des icônes d’applications. Elles sont toutes entourées d’un affreux pourtour gris au sein duquel niche l’icône en plus petite. Résultat des courses : on a plus de mal à retrouver une application sur une page. Mauvaise idée donc, même s’il est très facile de retrouver des icônes un peu plus classiques simplement en changeant de thème : « clasical » (avec la faute) au lieu de « default ».

Okuitel_K10000_UI_Themes

Mais, il ne s’agit toujours pas des « vraies » icônes originales : l’icône d’origine se retrouve dans une forme plus grosse colorée (sans d’ailleurs bien comprendre la logique du choix des couleurs : violet pour Shazam et vert pour VLC !).

Oukitel_K10000_Moto-360_2_Motorola

Le menu des paramètres et son contenu ont eu droit à des modifications.

On retrouve le menu relatif à la connectivité en champ proche Hotknot.

Mais, il y a aussi des menus propres aux gestes.

On trouve ainsi « Gesture Motion » qui permet d’accéder des fonctions relatives à des gestes. Le menu est scindé en deux parties distinctes avec un volet destiné au système (« System motion ») et un autre pour la partie téléphonie (« Telephony motion »).

Pour ce dernier, on trouve 3 fonctionnalités : « Turn to silence », « Answer by swing » (répondre à l’appel d’un mouvement de la main) et « Smart switch » (le haut-parleur s’éteint quand on approche le terminal de l’oreille).

« System motion » en regroupe 5 : « Three point screenshot » (3 doigts en glisser vers le bas pour une capture d’écran), « Clip screen » (appui long sur le bouton Home pour voir toutes les applications ouvertes), « Three point entry camera » (3 doigts en glisser vers le haut pour démarrer l’appli APN), « Two point adjust volume » (2 doigts en glisser vertical pour ajuster le volume sonore) et le classique (pour les habitués de LG) « Double tap to lock » (double tap sur le bouton Home ici depuis n’importe quelle interface pour verrouiller l’écran).

Okuitel_K10000_UI_System-Motion

Il y a également la rubrique « Gesture Unlock » qui en compte 12. Elle permet de réaliser des opérations lorsque le K10000 est en veille. On peut ainsi le sortir de veille en tapotant deux fois sur l’écran. Il y a également les lettres à dessiner sur l’écran pour démarrer des applications : « c » pour démarrer le téléphone, « e » pour le navigateur, « o » pour YouTube, « v » pour la galerie et « s » pour les SMS/MMS. Il n’est pas possible d’en ajouter ou de personnaliser le choix des lettres (dont on ne comprend pas systématiquement la logique concernant le choix de la lettre associée).

La composante audio n’est pas en reste avec un menu donnant accès à des préréglages qu’on peut sélectionner parmi 3 : « Silencieuse », « Réunion » et « Extérieur ». Mais, il y a surtout la partie « Optimisation du son » avec 3 possibilités : BesAudEnh (optimisation audio pour le casque), BesLoudness (optimisation du volume pour enceinte) et BesSurround (surround audio).

Autant le dire, la restitution sonore n’est pas le point fort du K10000 qui peine à restituer les basses via ses deux haut-parleurs qui logent dans la tranche inférieure. Les paramètres précités améliorent un peu la donne.

On trouve aussi « Float Gesture » qui permet d’accéder à un menu en roulette (depuis un point disposé sur l’écran qu’on peut déplacer à sa guise). Il donne accès à des modes optimisés (« Game mode », Read mode…) et au multi-écrans pour la lecture vidéo (« Float video ») et audio (« Float audio »). Dans l’ensemble, c’est plutôt gadget et cela peut même gêner dans la navigation (avec des appuis malencontreux sur ce menu).

Okuitel_K10000_UI_Float-Video

Okuitel_K10000_UI_Float-Audio

Continuez la lecture du Test
7 Photo et vidéo
Sommaire
  1. Introduction
  2. Dans les grandes lignes
  3. Design, finition et ergonomie
  4. Connectivité
  5. Performances
  6. Interface
  7. Photo et vidéo
  8. Autonomie
  9. Conclusion et galerie photos