Test

[Test] Picross 3D Round 2 – Le plaisir puissance cube [3DS]

Blocs opératoires

Notre avis
8 / 10

Par Corentin le

Comment s’attaque-t-on à ces cubes, concrètement ? Eh bien, il faut porter son attention sur les chiffres qui se situent sur les faces de certains d’entre eux. Ils représentent le nombre de blocs qu’il faudra préserver sur toute la rangée. Par exemple, si vous lisez un 3 orange sur une rangée de 5 cubes, alors cela signifie que vous devrez peindre trois cubes successifs en orange et casser les deux autres. Évidemment, le chiffre ne vous indiquera pas lesquels il faut colorier, c’est à vous de le déduire en fonction des indications sur les autres rangées. Toutefois, avec un peu de logique, vous pourrez déduire que s’il y a 3 blocs orange successifs sur une rangée de 5, alors celui du milieu sera forcément orange, quelle que soit la configuration. Round 2, tout comme tous les autres Picross d’ailleurs, proposer des puzzles qui consistent en une continuité de petites déductions qui vous permettent de progresser petit à petit. C’est d’ailleurs la satisfaction que ces raisonnements procurent qui font tout le sel du jeu. Certains livres vous proposeront même quelques exercices simples pour vous inculquer quelques raisonnements “clef-en-main” afin de vous aider à résoudre les casse-têtes un peu plus difficiles.

picross-3d-round-2-03

Évidemment, ce n’est pas tout. Il y a également les chiffres bleus qui vous indiquent de la même manière quels blocs peindre en bleu, les chiffres à l’intérieur d’un cercle signifiant que les blocs à colorier sont répartis en deux groupes sur la rangée ou encore les chiffres à l’intérieur d’un carré signifiant que les blocs à peindre sont répartis en trois groupes ou plus. Vous rencontrez également des blocs n’ayant aucune indication, ceux-là ne vous seront d’aucune aide, enfin, certains blocs auront 2 chiffres, encadrés ou non, encerclés ou non, signifiant qu’il y a simultanément des blocs bleus et des blocs orange dans la rangée.

picross-3d-round-2-01

Pour vous aider, le jeu dispose d’une ergonomie bien pensée ainsi que quelques outils bien utiles. Commençons par ces deniers, ils sont au nombre de cinq : la peinture bleue, la peinture orange, le marteau, le marqueur bleu et le marqueur orange. Les peintures sont une manière de valider une réponse sur un bloc. Cela signifie aussi que si vous peignez un bloc d’une mauvaise couleur (ou si vous peignez un bloc à détruire), on vous signalera l’erreur et votre compteur de fautes s’incrémentera. Il en va de même pour le marteau, si vous détruisez malencontreusement, votre score en pâtira. Par contre, vous pouvez marquer tous les blocs que vous voulez sans que le jeu vous en tienne rigueur. Votre intérêt sera donc de marquer en orange tous les blocs qui ne peuvent en aucun cas être bleus et vice versa. Par exemple, un bloc marqué d’un 1 orange au début d’une rangée de 5 sera difficile à placer, cependant, vous saurez que ces blocs ne pourront en aucun cas être bleus (sinon cela aurait dû être indiqué). De la même manière, si vous vous retrouvez à marquer le même bloc des deux couleurs, c’est qu’il doit être détruit.

picross-3d-round-2-22

Ce sont de petites informations qui, mises bout à bout construisent, toute la logique sous-jacente de Picross 3D Round 2. Cette variété fait que, même si on applique souvent les mêmes méthodes, il faut également se creuser la tête un peu plus profondément de temps à autre pour peindre avec certitude le cube qui va débloquer toute la situation, au plus grand plaisir du joueur qui s’en sortira à la force de ses neurones. Ajouts pertinents de Nintendo : la bombe et l’indice. La première détruit automatiquement tous les blocs marqués d’un zéro (tâche particulièrement rébarbative dans le Picross 3D original) et le second vous indique une rangée dans laquelle vous devriez être capables de déduire la nature d’un bloc. Pour les puristes, il est évidemment possible de désactiver ces fonctionnalités dans les paramètres.

picross-3d-round-2-27

Venons-en enfin à la prise en main, particulièrement souple. Les droitiers sont chanceux et bénéficient de deux configurations : au stick ou aux boutons. Dans le premier cas, vous devez maintenir le stick directionnel dans la direction de l’outil que vous voulez sélectionner (répartis sur une roulette visible dans un coin de l’écran) et appuyer sur l’écran tactile avec votre stylet pour en appliquer les effets sur le bloc de votre choix. N’en sélectionner aucun au moment d’appuyer sur l’écran inférieur vous permettra de déplacer la caméra à loisir autour de la structure. Pour ceux qui n’aiment pas ce système ou pour les gauchers qui n’ont pas le choix, ce sont les boutons sur lesquels vous allez vous rabattre. Le principe est le même, en maintenant les boutons de la croix directionnelle et de la gâchette gauche (ou bien de A, B, X, Y et de la gâchette droite pour les adeptes de la main du diable), vous sélectionnerez votre outil et pourrez l’utiliser sur votre casse-tête. Toutes les dispositions de tous les outils sont personnalisables à l’envi dans ces paramètres décidément enclins à rendre l’expérience la plus adaptée au tout un chacun.

picross-3d-round-2-23