Test

PlayStation Classic : notre test de cette console séduisante mais dispensable

Expérience

Jeux-Video

Par Camille Suard le

Avant toute chose, sachez que la PlayStation c’est ma console de prédilection. J’ai été initiée très tôt avec la NES de ma grande soeur, mais celle de Sony est la première machine que j’ai demandée à mes parents. Depuis mes 9 ans, impossible de m’en séparer. Autant dire que j’en attendais beaucoup. Malheureusement, trop de déceptions et d’incompréhensions m’ont gâché un peu l’expérience.

Comme je le mentionnais un peu plus haut, la plupart des jeux sont en anglais et si, personnellement ça ne me gêne pas trop, je comprends que ça puisse rebuter un paquet de joueurs. D’autant plus que ces titres existaient en français dans les années 90 et 2000 ! Mais le pire reste à venir. Il s’agit, pour presque la moitié d’entre eux, de jeux en versions PAL et non NTSC. Ce qui veut dire qu’ils tournent avec une vitesse de rafraîchissement de 50Hz et non 60Hz, soit, au ralenti. Sur nos téléviseurs modernes, ça pique, surtout qu’il faut se coltiner ces bandes noires qu’on aurait aimé ne jamais revoir. Ça ne gênera pas tout le monde, nous Européens on a eu l’habitude de subir de mauvaises conversions à l’époque. Mais on peut pointer du doigt ce choix paresseux, ces versions inférieures, dont on se serait bien passé en 2018.

C’est bien mignon de nous ressortir les toutes premières manettes de la machine, mais si par la suite elles ont été rapidement remplacées par la Dual Analog puis la série des DualShock, ce n’est pas pour rien. Elles avaient l’avantage de proposer deux sticks analogiques qui permettaient de jouer aux jeux 3D dans de meilleures conditions : l’un pour se déplacer dans l’environnement, l’autre pour contrôler la caméra. Si Sony avait fait le choix de ces manettes de seconde génération, on aurait aussi pu avoir un catalogue de jeux plus appétissants et variés.