Test

Razer Phone 2 : notre test du monolithe pensé pour les gamers

Design et Écran

Notre avis
7 / 10
Smartphone

Par Camille Suard le

Au premier abord, les deux Razer Phone se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Nous avons toujours en face de nous un grand monolithe noir flanqué de ses grilles de haut-parleurs, bien loin des diktats habituels du marché. Ne cherchez pas le capteur d’empreintes à l’arrière, à l’avant ou sous l’écran, celui-ci n’a pas bougé : il ne fait qu’un avec le bouton de déverrouillage sur la tranche droite. Assez inhabituel comme placement, il a le mérite de devenir pratique une fois le coup de main pris.

Le tiroir pour nano Sim et micro SD ainsi que les boutons du volume audio sont accessibles sur le côté opposé. Le placement pile-poil au milieu de la tranche de ces derniers peut paraître assez déstabilisant pour régler le son, mais rappelons-nous que nous avons affaire à un smartphone gaming et donc optimisé principalement pour une utilisation à l’horizontale. Et c’est vrai que tenu en mode paysage, les boutons ont la meilleure position qu’il soit : faciles d’accès et absolument pas gênant pendant les parties.

Si on continue le tour du propriétaire, le bord inférieur accueille un port USB Type-C pour la recharge et votre casque ou écouteurs filaires. Sachez que le constructeur prévoit un adaptateur USB C vers mini jack dans la boîte. Le Razer Phone peut désormais compter sur une certification IP67 et donc résister aux éclaboussures, à la poussière et être immergé dans l’eau jusqu’à un mètre de profondeur. Néanmoins, on regrette que ses grilles retiennent toujours autant les miettes et autres saletés.

En retournant l’appareil, on a enfin le droit à quelques petites surprises. Adieu le revêtement en métal banal, bonjour le verre classieux et…crasseux. Eh oui, si ce type de dos réservé au haut de gamme fait son effet, le revers c’est que ces smartphones sont particulièrement salissants. Et avec un coloris noir, impossible d’y échapper. Le double module photo change également puisqu’il occupe désormais une place au centre, juste au-dessus du logo tribal de la marque. Avec le modèle de l’année dernière, on s’attendait à le voir s’illuminer, mais il n’en était rien. Razer a enfin franchi le cap puisque les trois serpents peuvent maintenant réagir avec Chroma et ainsi prendre la couleur, l’intensité que vous souhaitez, comme cela est déjà le cas sur les PC et accessoires Razer. Pratique quand on reçoit une notification, mais attention, c’est énergivore.

Razer a choisi encore une fois une dalle IGZO LCD avec une définition Quad HD capable d’afficher un taux de rafraîchissement de 120 Hz. Cet écran de 5,72 pouces est le seul à proposer cette technologie sur le marché des smartphones et n’a pas grand-chose à envier à l’OLED. En effet, les couleurs se rapprochent grandement d’un rendu naturel, le taux de contraste et la luminosité maximale le rendent vraiment très agréable à regarder au quotidien. Bien entendu, vous pouvez vous rendre dans les paramètres de l’écran pour jouer avec la colorimétrie, la résolution ou même le taux de rafraîchissement en fonction de vos préférences.