Test

Test : Samsung Gear S2

Android

Par Anh Phan le

Samsung a été dans les premiers grands constructeurs à nous proposer une montre connectée. Si le tout premier modèle ne nous avait pas convaincus sur l’utilité réelle d’une montre connectée (aucun constructeur non plus depuis en réalité), il faut avouer que la marque coréenne apprend très vite et cette année, la Gear S2 arrive avec non seulement un écran rond, comme une véritable montre, une interface bien pensée, mais aussi le support de tous les smartphones Android.

samsung-gear-s2-live-01

Les Caractéristiques et le Packaging

– Tizen OS
– Compatible Android 4.4+ (1,5Go de RAM minimum)
– Ecran rond Super AMOLED de 1,2″
– Définition de 360×360
– Densité de 302ppp
– Processeur Samsung Exynos 3250
– 4Go de mémoire interne
– 512Mo de RAM
– Certification IP68
– Bluetooth 4.1, NFC, WiFi
– Cardio-fréquencemètre
– Accéléromètre, gyroscope, baromètre, capteur de lumière ambiante
– Support de Samsung Pay
– Batterie de 250mAh
– Rechargement sans-fil
– Taille de 42,3×49,8×11,4mm avec un poids de 47g pour la Gear S2
– Taille de 39,9×43,6×11,4mm avec un poids de 42g pour la Gear S2 Classic.

Comme vous le savez déjà, la Gear S2 se décline en deux versions, la normale qu’on pourrait qualifier de version sport et la classique avec un design très proche d’une montre classique. Pour ce qui est des bracelets, la Gear S2 vous propose des bracelets propriétaires alors que la Gear S2 Classic pourra accepter n’importe quel bracelet dans le commerce allant d’un bracelet cuir à un bracelet NATO. D’ailleurs, pour la Gear S2 Classic, le bracelet cuir livré en standard est de très bonne facture.

samsung-gear-s2-live-19

samsung-gear-s2-live-20

samsung-gear-s2-live-21

Pour ce qui est de la boîte, elle est assez banale en fait. De type ronde et de couleur blanche pour la Gear S2, noire pour la Gear S2 Classic, vous retrouverez bien évidemment la montre, la station de recharge sans-fil se branchant via un port Micro-USB, un câble secteur et une notice pour une première utilisation. Comptez 349€ pour la Gear S2 en version noire ou blanche et 379€ pour la Gear S2 Classic, uniquement disponible en version noire.

[nextpage title= »Design et Ecran »]
Alors que certains concurrents se contentent d’un seul modèle déclinable en plusieurs versions grâce au bracelet, Samsung a choisi le parti de carrément proposer deux modèles bien distincts. Si les fonctionnalités ne changent d’un modèle à l’autre, le design est totalement différent d’un modèle à l’autre. Ainsi, la Gear S2 vous propose un design sportif et moderne tandis que la Gear S2 Classic vous propose un design des plus classiques avec la possibilité d’y adapter n’importe quel bracelet acheté dans le commerce. Tout est une affaire de goût. Typiquement, Greg a préféré le modèle standard alors que j’étais plus axé sur le modèle classique pour la possibilité d’y mettre un bracelet NATO par exemple.

samsung-gear-s2-live-08

Pour ce qui est de la finition, elle l’était déjà sur les précédents modèles et on retrouve un niveau plutôt haut de gamme, on est loin du côté très (trop ?) hi-tech des précédents modèles ou de certains concurrents. La Gear S2 garde encore cet esprit hi-tech à cause de son design général et son bracelet, on notera tout de même un joli cadran métal à la finition impeccable. Le bracelet plastique est de fort bonne facture et est très agréable au poignet, il n’est pas trop dur et ne marque pas, contrairement à certains concurrents. Si on devait faire une analogie dans le monde de la montre, la Gear S2 me fait penser à une Swatch. Quant à la Gear S2 Classic, la finition est tout aussi bonne et vous propose un cadran noir capable de s’adapter à n’importe quel type de bracelet, on l’a essayé aussi bien avec un bracelet cuir qu’un bracelet plus fantaisiste et cela passe très bien. On notera que la Gear S2 Classic est un peu plus petite et légère que la Gear S2.

samsung-gear-s2-live-06

D’un point de vue description, la Gear S2 fait montre et vous ne verrez pas grand-chose de différent dans l’absolu si ce n’est deux boutons (Retour et Accueil) sur le côté, placés à 2h et 4h, un micro entre les deux boutons. Sous la montre se trouve un cardio-fréquencemètre. Mais le clou du spectacle se trouve au niveau de l’écran. Si l’écran reste bien évidemment tactile, ce dernier est entouré d’une bague qu’on pourra tourner. C’est tout bête en soi, mais c’est d’une efficacité rare. On a vu par exemple Apple se casser les dents avec sa molette qui est loin des standards d’ergonomie de la firme de Cupertino. Ici, Samsung a bien pensé sa montre pour vous permettre d’utiliser, au choix, l’écran ou la bague autour. Le tout est fluide et tout semble naturel.

samsung-gear-s2-live-11

L’écran en lui-même est très beau et fin, c’est contrasté et lumineux. D’ailleurs, la luminosité est telle que je l’ai forcé à 3 sur une échelle de 1 à 8. Quel que soit le cadran que vous choisirez, il fera bien réel à votre poignet. Beaucoup ont pris ma Samsung Gear S2 Classic pour une simple montre. C’est ce que j’attendais d’une montre connectée.

samsung-gear-s2-live-13

[nextpage title= »Utilisation, Tizen et Autonomie »]
Vous l’aurez compris, de toutes les montres connectées que j’ai pu tester jusqu’à maintenant, la Samsung Gear S2 est tout simplement celle qui vous propose la meilleure expérience utilisateur à ce jour. C’est intuitif, simple, logique. Si on met de côté la légèreté de la montre même, c’est quand vous découvrez la bague rotative autour de l’écran (crantée sur la Gear S2 Classic) que la Gear S2 prend tout son sens. Très franchement, vous vous demandez pourquoi aucun autre constructeur n’y avait pas pensé avant, tellement tout semble logique. C’est super pratique en vrai. Vous passez d’un menu à un autre sans problème et l’interface utilisateur est vraiment pensée pour une utilisation au poignet, vous n’avez pas à jongler avec des toutes petites icônes ou passer votre temps à passer d’un écran à l’autre ou à scroller de haut en bas. Sur l’écran d’accueil, vous tournez votre molette à droite et vous avez accès à vos raccourcis. Un coup de molette sur la gauche et vous avez toutes vos notifications. Et si vous êtes encore habitués au tactile, pas de soucis, l’écran reste tactile et vous permet la même chose. Cela fonctionne de la même manière dans une application avec des menus supplémentaires à droite de l’écran principal. Soit vous utilisez le tactile, soir la bague, c’est vous qui choisissez.

Comme c’est le cas pour l’Apple Watch et ses « Glance » par exemple, vous avez des raccourcis en faisant tourner la bague sur la droite, ce qui vous amènera aux écrans qui vous permettront d’avoir vos pas, la télécommande de votre application de musique, votre fréquence cardiaque, la météo locale, vos applications, etc. Très franchement, il faut l’utiliser pour comprendre à quel point tout semble si logique dans l’expérience utilisateur. C’est pour les applications, elles sont divisées sur plusieurs écrans (en fonction du nombre d’applications que vous aurez installé) et passer d’un écran à l’autre à partir de la bague est naturelle, c’est tellement plus logique qu’une grille d’applications ou une liste en mode infini. C’est tellement logique que je n’ai même pas cherché à réorganiser mes icônes, c’est vous dire.

Concernant Tizen, c’est fluide et la montre permet de faire pas mal de choses comme répondre à des SMS avec un petit clavier virtuel similaire à celui physique des feature-phones. Très honnêtement, je ne m’y attendais pas, mais ça fonctionne bien, j’ai pu répondre avec ou saisir des mots de passe WiFi sans soucis, parce que oui, la Gear S2 peut se connecter à votre WiFi pour éviter de devoir passer par la montre. J’ai pu connecter la Gear S2 aussi bien à un Sony Xperia Z5 Compact qu’un Google Nexus 6P en passant par la gamme Galaxy S6 de Samsung. Aucun souci de ce côté-là. Malheureusement, tout n’est pas rose. Si Tizen est un exemple à suivre, mon plus gros souci concerne les applications, non qu’elles soient mal développées, celles disponibles sont diablement efficaces et pratiques, mais parce qu’il n’y en a pas beaucoup pour l’instant. Il va falloir que Samsung réussisse à convaincre les développeurs de porter leurs applications sur Tizen en plus de Watch OS et d’Android Wear. Ce n’est clairement pas gagné. En plus de cela, on perd quelques fonctionnalités par rapport à Android et Google. Pas de Google Maps ou autres, et ça, c’est plutôt vraiment bloquant pour les utilisateurs Android. Da,ns le même sens, vous ne pourrez pas utiliser « OK Google » et devrez vous contenter de S Voice de Samsung et dont je ne suis pas super fan.

Maintenant, tout dépend de votre usage, j’ai tendance à plus utiliser une montre connectée comme d’un centre de notification déporté sur mon poignet. C’est peut-être pour cela que je n’ai pas eu trop à me plaindre de l’usage d’une montre Android Wear sur iOS. Très personnellement, je me suis contenté de ce qui était disponible avec la Gear S2 de Samsung et je n’ai pas eu à me plaindre dans l’absolu. On finit sur l’autonomie qui est plutôt bonne de nos jours. Je tenais facilement deux jours avant de devoir repasser par la case recharge, c’est bien. Alors oui, l’idéal serait de 7 jours, mais on est loin de la simple journée d’autonomie, cela me va.

[nextpage title= »Galerie et Conclusion »]