Test

[Test] Splatoon

Des seiches et des anti-seiches

Notre avis
8 / 10

Par Corentin le

Splatoon21

Avec un multi complet, on peut se dire que Nintendo se l’est coulé douce avec le mode solo, hé bien pas du tout. Composé d’une petite trentaine de niveaux, le joueur sera invité à traverser des niveaux qui ne sont pas sans rappeler Mario Galaxy. Passant de zone en zone et mêlant action et plate-forme, chaque tableau propose d’expérimenter une notion particulière de gameplay et permet au joueur inexpérimenté de se confronter à de nombreuses situations et à des ennemis poulpes, spécialement conçus pour cette campagne.

Excellent tutoriel, il propose également quelques boss forts sympathiques et permet de profiter de la direction artistique unique du titre sans nécessairement être pris dans l’excitation des matchs en ligne. Chaque niveau propose en plus un parchemin secret à trouver, ce qui permet de débloquer des armes chez le marchand.

Long de 7 à 8 heures de jeu, il permet d’avoir un aperçu des éléments de level design que pourra proposer Nintendo dans les prochaines mises à jour gratuites qui tomberont régulièrement après la sortie du jeu. Car dans tout ça, il faut bien reconnaître que le contenu au lancement sera un tout petit peu juste.

Entre un « tiens » et deux « tu l’auras », Nintendo a donc choisi les deux « tu l’auras ». Et même si toutes les idées géniales que l’on croise dans le solo donnent l’eau à la bouche quant aux prochaines arènes que nous promet l’éditeur (fils d’encre que l’on peut suivre pour survoler des zones, plateformes invisibles qu’il faut recouvrir d’encre pour les voir, éponges qui changent de tailles plus elles sont concentrées en encre de la même couleur, tourelles…), elles mettront un peu de temps à venir.

Splatoon 25

J’entends bien la stratégie d’agenda que Nintendo cherche à faire en distillant son contenu petit à petit. Cela permet de créer des rendez-vous et permet de maintenir active une communauté qui sera indispensable pour garder le jeu intéressant. Cependant, un mode de jeu supplémentaire et deux arènes supplémentaires au lancement n’auraient certainement pas fait trop de mal pour transformer en véritable drogue un jeu déjà terriblement addictif. Malgré tout, Splatoon reste une réussite indéniable tant d’un point de vue de la conception que du point de vue du netcode, qui pour le coup, est extrêmement propre.

Notre avis

J’étais enthousiaste lors du dernier E3 quand j’avais essayé le jeu pour la première fois, je le suis encore plus aujourd’hui. Splatoon est la preuve qu’un certain esprit d’innovation n’est pas mort chez Nintendo et que le constructeur, si bon pour entretenir ses marques, est encore capable de créer des licences fortes et amusantes. Adapté tant à un public occasionnel qu’aux férus de jeu de tirs, ce TPS souffle un vent nouveau sur le genre. Le marketing de Nintendo a raison de le vendre comme tel : nous sommes bel et bien devant le Mario Kart du shooter. Seul son contenu un peu limité m’empêche de lui donner un point de plus. Cependant, si Nintendo tient ses promesses et parvient à maintenir la communauté de joueur active, il pourrait bien s’imposer comme le meilleur jeu multijoueur de la console égalant, dépassant même le sacro-saint Mario Kart 8 en terme de fun.

Splatoon sort le 29 mai sur Wii U pour un prix conseillé de 40 €. Il se trouve déjà largement en dessous.

8 / 10