Youtube perdrait des millions et va bientôt arrêter la diffusion de clips musicaux !

Sur le web

Par Gregori Pujol le

Youtube n’a semble-t-il pas la forme si on en croit le Crédit Suisse, qui affirme que le site de Google pourrait perdre 470 millions de dollars en 2009 ! Des dépenses en bande passante faramineuses (1 million de dollars par jour, soit 51% des frais de fonctionnement), des droits d’auteur de plus en plus importants, un partage de revenus pas forcément intéressant et du marketing, tout cela représente 711 millions de dollars sur l’année, alors que le site n’aurait engrangé que 240 millions d’euros de revenus… Soit une hausse de tout de même 20% par rapport à l’année précédente ! Ce qui reste insuffisant si on compare cela au trafic du site. Pour essayer de faire face à ça, YouTube devrait dévoiler dans les prochains jours une nouvelle version de son portail vidéo qui relèguera les vidéos des utilisateurs au second plan et mettra en avant les vidéos professionnelles sur lesquelles les annonceurs pourront placer leurs publicités.

« De notre point de vue, le problème si YouTube veut continuer à vivre c’est d’augmenter le pourcentage des vidéos qui peuvent être monétisées (probablement en signant davantage d’accords avec des sociétés de contenus) pour attirer plus d’annonceurs à travers une standardisation des formats publicitaires et une efficacité accrue de sa publicité » a déclaré le Crédit Suisse.

01864786

Parallèlement, après l’angeleterre, Youtube Allemagne a annoncé que l’accès aux clips musicaux pour les visiteurs du site serait supprimé ! La GEMA, équivalent allemand de notre SACEM, demanderait trop d’argent à YouTube pour que le modèle économique du site de Google soit viable. En effet, elle demanderait à Youtube de verser 12 centimes d’euros pour chaque visionnage ! Mais attention, car la France pourrait être la prochaine sur la liste puisque la SACEM « pourrait prendre des mesures sévères » à l’encontre du site de Google si un accord n’est pas trouvé rapidement. Contrairement à la GEMA, la SACEM réclame un pourcentage bas des recettes publicitaires totales du site. À suivre.