Le piratage n’est pas un souci pour Valve

Par Rédacteur Invité le

Gabe Newell, le big boss de Valve, fait indéniablement partie de ces personnes ayant saisi la tendance du jeu vidéo dans sa globalité. La tendance, et le “souci” si l’on puis dire du piratage. La preuve avec les propos qu’il a récemment tenus au Cambridge Student : “Si les offres pirates sont capables de vous […]

Gabe Newell, le big boss de Valve, fait indéniablement partie de ces personnes ayant saisi la tendance du jeu vidéo dans sa globalité. La tendance, et le “souci” si l’on puis dire du piratage. La preuve avec les propos qu’il a récemment tenus au Cambridge Student :

“Si les offres pirates sont capables de vous fournir un produit n’importe où dans le monde, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, et que vous allez pouvoir vous l’offrir depuis votre ordinateur, alors qu’un éditeur vous balance que son produit est zoné, qu’il sera disponible chez vous 3 mois après sa sortie aux Etats Unis, et que vous ne pourrez l’acheter que dans telle ou telle boutique… alors c’est l’offre pirate qui est la plus intéressante. […] La plupart des solutions DRM diminuent la valeur d’un produit […] Notre but est de créer un meilleur service que celui des pirates, et c’est d’ailleurs une réussite dans le sens où le piratage n’est pas un problème pour nous.”

Le problème du piratage n’est donc visiblement pas (plus ?) relié à un quelconque problème de prix, mais bel et bien à un souci d’offre. Etes vous de cet avis ?

stopwatch 4 min.