Free Mobile : les points clés avant la sortie

Smartphone

Par Anh Phan le

Ces dernières semaines ont été ponctuées d’informations et de rumeurs diverses au sujet de Free Mobile, de ses offres, et bien sûr de son lancement. Et si depuis lors l’actualité est plus calme à ce sujet, c’est que tout ce qui était évocable et supposable l’a été. Alors, profitons de ce répit pour faire le […]

Ces dernières semaines ont été ponctuées d’informations et de rumeurs diverses au sujet de Free Mobile, de ses offres, et bien sûr de son lancement.
Et si depuis lors l’actualité est plus calme à ce sujet, c’est que tout ce qui était évocable et supposable l’a été.

Alors, profitons de ce répit pour faire le point.


La date de lancement de Free Mobile :

Aucune date de lancement, ni aucun tarif ne sont à ce jour officiellement connus. Nous connaissons par contre les prérequis, le principal étant tout simplement l’autorisation d’émettre. Celle-ci est accordée par l’ARCEP, dès lors que Free dépasse les 27% de couverture de la population avec ses propres antennes.
À ce sujet le 17 novembre dernier, Thomas Reynaud directeur financier d’Iliad déclarait que Free Mobile dépassait déjà les 30% de couverture. On apprenait aussi que cet objectif de couverture était en cours d’audit par l’ARCEP. La conclusion de l’ARCEP est prévue pour le mois de décembre.

Dès lors, Xavier Niel a déclaré que Free Mobile serait disponible dès le lendemain de son annonce. Cela laisse donc supposer que l’opérateur est dans les starting blocs, prêt à se lancer.
Aujourd’hui 3 dates plausibles sont évoquées. La première est le 2 Janvier, Free ayant officiellement toujours annoncé que ses offres seraient disponibles en janvier 2012.
Tout le monde estime néanmoins que Free essayera de se lancer dès décembre, afin de profiter des fêtes de fin d’année. Comme nous l’avions évoqué ici, des rumeurs annonçaient le 19 décembre. Des doutes subsistaient néanmoins, cette échéance semblant trop proche de ces mêmes fêtes, imposant un défi logistique quasi impossible à tenir.
Une dernière rumeur, évoque le 12 décembre et ses environs immédiats. Cette date serait beaucoup plus propice à Free, mais est elle réalisable ? Toujours est-il que sa source est l’ADUF, une association de freenautes composée également de collaborateurs de Free, et souvent très inspirée dans ses prédictions. Elle avait par exemple dévoilé il y a plus d’un an maintenant un grand nombre des nouveautés de la Freebox révolution avant son officialisation, et montre par la même le crédit que l’on peut porter à ses propos.
À moins de 2 semaines de la première date possible, nous saurons rapidement ce qu’il en est.

Les forfaits Free Mobile :

Xavier Niel toujours lui, a été clair : seules 4 personnes lui compris connaissent l’intégralité de l’offre Free Mobile.
Néanmoins la société arrive sur un marché déjà existant, avec des objectifs, il est donc possible de se livrer à certains calculs savants pour estimer ce que Free pourrait proposer.
En préambule, les déclarations. Le grand patron a annoncé il y a maintenant un an : “Si dans un an vous ne vous dites pas “Free, ce sont des fous”, on arrête tout de suite, et on passe à autre chose.” et plus récemment “25 % de part de marché dans deux ans si on est très bons” .
2 ans pour conquérir 25% d’un marché mature, c’est effectivement impossible à moins d’un acte de folie.
Et si tous les prix ont été évoqués, de 29,99€ en passant par du 20€ et du 15€ c’est ici aussi l’ADUF qui pourrait avoir trouvé le bon prix, en se basant non sur des rumeurs, mais un calcul. Si cela parait trop beau pour être vrai il a le mérite d’être expliqué, et préfigurera le futur du mobile, quoi qu’il en soit alors parlons en.
Considérant qu’Iliad espère doubler son chiffre d’affaires du fait du lancement de Free Mobile, que ce doublement correspond à un accroissement d’environ 2 milliards, et que Free veut conquérir 25% d’un marché qui sera dans 2 ans de 72 millions de lignes, soit 18 millions, alors sortez vos calculettes !
2 milliards, divisé par 18 millions, divisé par 12 mois que compose une année, et cela vous donne… 9.26€ Ajoutez un peu de marketing, et vous voilà avec un forfait à 9.99€, je cite “Un prix clair, facile à retenir”.

Points de ventes Free Mobile :

Nous le savons déjà, le canal principal de Free sera la vente sur internet. Néanmoins, Free a commencé il y a quelques mois à ouvrir des Free center, ce que l’Apple store est à Apple. Pour l’instant il n’est néanmoins pas du tout prévu que le réseau devienne aussi dense que ses concurrents. Un partenariat avec The Phone House, qui détient des boutiques sur tout le territoire, est probable.

Terminaux mobiles disponibles :

Si le forfait est un point clé, on sait que le terminal est un des vecteurs très importants dans le choix d’achat que font les clients. Il a déjà été annoncé que le prix du forfait n’inclurait pas le mobile, qui lui sera accessible sous forme d’un crédit afin que le client ne paye plus son mobile subventionné même une fois celui-ci amorti. Mais concernant les téléphones disponibles en eux même, nous savons que des accords avec toutes les grandes marques de téléphones ont été conclus, dont Apple, mais à l’exception d’une (que nous ne connaissons pas).

Portabilité vers Free mobile :

Les modalités de migration d’un opérateur à un autre ont longtemps été fastidieuses. Mais depuis quelques années les opérateurs virtuels bénéficient des améliorations dans ce domaine, qui visent à réduire drastiquement le temps de portabilité. Pour rappel, il s’agit de pouvoir conserver son numéro de téléphone tout en changeant d’opérateur. Free Mobile bénéficiera même d’une avancée conséquente, en effet depuis le 7 novembre la portabilité d’un numéro est tombée à 3 jours (ouvrés). L’Europe a même rappelé à l’ordre la France, et ce délai devrait tomber à 1 journée d’ici quelques mois.
Pour obtenir son numéro RIO (relevé d’identité opérateur) sésame permettant de demander la portabilité de son numéro, l’ARCEP a de même imposé un numéro unique le 3179.

Nous saurons maintenant dans une poignée de jours, de ce jeu spéculatif, ce qui était exact et ce qui ne l’était pas.