Neverwinter : « l’ensemble du jeu sera gratuit »

Par Cyril le

Dungeons & Dragons : Neverwinter est un MMO jusqu’ici resté très discret. Il faut dire qu’après avoir été racheté par Perfect World, les studios de Cryptic Games se sont fait petit. Ils n’ont pourtant pas abandonné leur projet de MMO qui devrait sortir début 2013 après une gestation de près de trois ans. A l’occasion de la Paris Games Week, son producteur Nic van’t Schip nous en appris un peu plus sur ce jeu qui s’annonce plutôt prometteur.

Non, ce n’est pas Nic van’t Schip

Pourquoi avoir décidé d’utiliser à nouveau les Royaumes oubliés dans un MMO ?

Nous pensions pouvoir ajouter suffisamment de contenu pour rendre Neverwinter intéressant et différent des autres jeux. Les histoires que cet univers nous permet de raconter semblent infinies, et la structure free to play permet à tout le monde de s’y plonger. L’orientation action que nous avons choisi permet aussi de se démarquer véritablement de la concurrence.

Le jeu reprend l’univers de Donjon et Dragon, mais les règles sont-elles respectées ?

Notre credo est de nous inspirer des règles sans entièrement fonder le jeu dessus. Les sorts viennent bien entendu de la dernière édition du jeu, de même que les classes et le système de progression, mais nous ne voulions pas nous restreindre en étant trop fidèles.
Nous avons également pris du temps pour construire ce nouveau monde : entre les environnements et les événements dynamiques, nous voulions que les fans de l’univers de Donjon & Dragon se sentent vraiment chez eux.

De quelle manière le système de jeu fonctionne-t-il exactement ?

La démo que nous vous avons proposé était un long couloir pouvant être joué par une équipe de cinq, ce qui permet de montrer rapidement ce que le jeu a à offrir en terme de gameplay.
Nous avons cependant un mode persistant dans lequel le joueur aura de nombreuses tâches à accomplir. Notre but est d’obtenir un équilibre entre les instances et le monde ouvert, comme dans D&D Online.

Justement, D&D Online possédait un outil de création de personnage très fouillé à la manière d’un vrai jeu de rôle. Avez-vous suivi la même orientation dans Neverwinter ?

Tout à fait, il vous est possible de choisir le physique et l’histoire de votre personnage parmi un large éventail de possibilités.
Le jeu dispose de nombreuses émoticônes pour renforcer l’aspect jeu de rôle, et vous pouvez fonder une famille et un clan auxquels vous serez liés par des évènements. Les membres de votre famille auront même un comportement unique et réagiront selon vos actions, à la manière d’un Dragon Age.

Que prévoyez-vous pour les instances de haut niveau ?

Je ne peux pas tout dévoiler, mais notre but est de faire monter le niveau des instances au fur et à mesure de la progression du joueur, afin que celui-ci ait toujours un challenge et une récompense qui corresponde à ses capacités.
Le jeu contiendra également de nombreux événements participatifs qui se déclencheront régulièrement en fonction du temps.

Si le jeu est aussi complet, pourquoi le proposer en free to play ?

Depuis plusieurs années maintenant, les développeurs sont habitués à travailler sur des jeux équilibrés pour ce modèle économique, et il s’agit d’un bon moyen pour attirer des joueurs. L’ensemble de Neverwinter sera parfaitement accessible sans payer, y compris l’éditeur de donjon, mais l’argent vous permettra d’acheter de l’équipement et de l’expérience plus rapidement.

Dernière question de fan : la ville de Baldur’s Gate sera-t-elle présente dans le jeu ?

Je ne peux pas le confirmer, mais je ne peux pas non plus vous dire que non… (rire) Mais vous reconnaîtrez de nombreux endroits si vous avez déjà voyagé dans les Royaumes oubliés.

=
stopwatch 3 min.