L’arrivée de Free Mobile a fait économiser de l’argent aux français, pas aux opérateurs

Smartphone

Par Jerome le

L’UFC Que-Choisir donnait hier matin une conférence de presse et publiait par la même occasion son rapport sur la “Concurrence dans la téléphonie mobile”. Pour l’association de consommateurs, l’arrivée du quatrième opérateur a été bénéfique pour le portefeuille des Français.

Si l’on en croit les calculs de l’UFC, l’ajustement des prix pratiqués par les opérateurs suite à l’arrivée du quatrième opérateur a permis un gain total de pouvoir d’achat d’un peu moins de 7 milliards d’euros en deux ans. La concurrence est donc particulièrement bénéfique aux consommateurs.

screen-emploi-ufc-free

Elle estime en sus que l’arrivée de Free Mobile n’a pas eu d’impact négatif sur l’emploi, au contraire. Elle relève, sur la base des chiffres de l’ARCEP, une hausse de créations d’emplois dans le secteur. Par ailleurs, elle note que le surplus de consommation liée au gain de pouvoir d’achat sus-cité a un impact positif sur la création d’emplois en France de manière générale.

On s’étonne en revanche que l’UFC ne prenne pas en compte d’autres facteurs qui auraient pu entraîner des créations d’emplois dans le secteur des télécoms comme le lancement des offres 4G et tout ce que cela implique au niveau des infrastructures et de leur maintenance.

5 milliards de moins pour les opérateurs

Association de consommateurs oblige, Que-Choisir tient à mettre en avant les bienfaits pour le consommateur. Mais le manichéisme n’est pas de mise, et l’association n’oublie pas de mentionner l’impact du quatrième opérateur sur les finances des opérateurs.

Ainsi, sur la période observée qui a permis de faire tant d’économies aux ménages hexagonaux, l’UFC estime que “la dynamisation du secteur a entraîné un manque à gagner de 5,71 milliards d’euros en deux ans pour les opérateurs”. Que-Choisir tient bien évidemment à tempérer ces chiffres qui font suite à une longue période de croissance… du temps où le marché de la téléphonie mobile n’était pas saturé.

Cette chute de revenus n’en reste-t-elle pas moins préjudiciable aux opérateurs ? S’ils peuvent pour le moment conserver le même niveau d’investissements en valeur, ces derniers occupent une part croissante de leurs revenus. Si la tendance venait à se poursuivre, nous sommes en droit de nous demander ce qu’il adviendrait dans les prochaines années. N’oublions pas que les opérateurs vont prochainement devoir mettre la main à poche pour mener à bien plusieurs grands chantiers. On citera à titre d’exemple la 5G. Normalement prévue pour 2020, cela ne laisse finalement pas énormément de temps aux opérateurs.

Quoi qu’il en soit, l’UFC Que-choisir juge que l’arrivée du quatrième opérateur eu un effet “incontestablement bénéfique” pour les consommateurs. Elle plaide désormais pour une baisse des tarifs de gros proposés au MVNO afin de favoriser la concurrence.

 

L’ensemble de l’étude est disponible à cette adresse.