Un drone à la Maison Blanche et après ?

culture geek

Par Elodie le

Un drone volant à très basse altitude s’est écrasé dans les jardins de la Maison Blanche lundi 26 janvier dans la matinée, sans faire de dégât.

crédits : Susan Walsh - AP
crédits : Susan Walsh – AP

Ce qui n’était au départ qu’un « appareil » retrouvé dans les jardins de la Maison Blanche, est devenu un « drone » quelques heures plus tard quand les services de la Maison Blanche ont enfin communiqué sur ce qu’ils avaient retrouvé, égaré dans les jardins de la présidence américaine.
Une alerte a été immédiatement déclenchée et le complexe a été bouclé jusqu’à ce que l’appareil soit examiné“, précise le service secret de la présidence.
Vérification faite, ce drone ne représentait « aucune menace pour quiconque à la Maison Blanche » comme l’a précisé le porte-parole de Barack Obama, Josh Earnest.

Ce drone “d’environ 60 cm de diamètre“, “volait à très basse altitude et s’est écrasé du côté sud-est du complexe” de la Maison-Blanche. Un des agents du Secret Service l’a repéré “vers 3h08“, heure locale.

L'objet du délit, retrouvé par les services secrets de la Maison Blanche - © US Secret Service / AFP
L’objet du délit, retrouvé par les services secrets de la Maison Blanche – © US Secret Service / AFP

Les investigations ont débuté pour retrouver le ou les suspects, mais il semblerait que ce soit un employé du gouvernement américain ne travaillant pas à la Maison Blanche qui “n’avait pas l’intention de faire franchir (au drone) la grille de la Maison-Blanche, ni de le faire voler près de la résidence du président“, d’après les autorités dont le New York Times rapporte les propos. Ce dernier, “s’amusait” non loin de la Maison-Blanche “lorsqu’il en a perdu le contrôle“, il s’est présenté de lui-même aux services secrets.

Un énième fait divers qui va ternir un peu plus l’image de la garde rapprochée du président, déjà écornée par d’autres affaires (alcool et prostitution lors de repérages en vu d’un déplacement officiel) dont l’une a vu un homme franchir la grille entourant les pelouses pour finalement se retrouver, armé d’un couteau, au sein même de la Maison Blanche, à quelques mètres du bureau ovale au moment de son interpellation.

Certains observateurs craignent déjà que cet incident ne soit l’occasion toute trouvée pour imposer une réglementation stricte sur la vente et l’utilisation de ces engins à destination des particuliers alors même que la Federal Aviation Administration (FAA) doit se prononcer sur le sujet d’ici la fin de l’année. En effet, la FAA doit proposer une réglementation sur les drone à usage commercial du type Amazon avec son Prime Air. Dans l’optique d’une livraison prochaine par drone, Amazon avait soumis une requête pour une autorisation à usage commercial, ce à quoi la FAA lui avait opposé une fin de non recevoir pour « livrer des colis, moyennant un coût », quand bien même la livraison est « gratuite, mais liée à un achat ». La crainte de voir un engin s’écraser sur quelqu’un pendant une livraison a refroidi la FAA.

Ce qui n’a pas découragé la firme qui a formulé une autre requête en juillet auprès de la FAA afin de pouvoir continuer à tester ces machines et éviter tous problèmes futurs.