Tranquillement, la police de Philadelphie a « maquillé » une de ses voitures en Google Car

Buzz

Par Henri le

Voici un fait divers qui n’a pas dû plaire à Google. Surtout que la firme est régulièrement attaquée pour ses dérives en matière de vie privée.

Google-Street-View-Car

Il n’est pas toujours facile pour la police de passer incognito, même en utilisant une voiture banalisée. Les forces de l’ordre de Philadelphie, dans l’état de Pennsylvanie, viennent d’en faire l’amère expérience. Une équipe d’agent a eu l’idée de « maquiller » un de leurs véhicules en Google Car afin de surveiller les rues de façon discrète.

Mais c’était sans compte la popularité de la vraie voiture de la firme. Plusieurs passants ont donc très vite compris que ce n’était pas un véhicule officiel, avant de comprendre la supercherie. C’est un professeur d’université nommé Matt Blaze qui a découvert le pot aux roses.

La voiture était en effet équipée d’un ELSAG MPH-900. Sous ce nom alambiqué se cache en fait un dispositif permettant de lire discrètement les plaques d’immatriculation des véhicules passant devant le champ de vision. Il est normalement utilisé pour tenter de retrouver les voitures volées, et doit se trouver à l’extérieur de l’habitacle. Démasquée, la police a dû dire la vérité (via MotherBoard).

« Nous confirmons que ce véhicule banalisé appartient à la police, en revanche, le placement d’un quelconque logo n’a pas été approuvé par la chaîne de commandement (…) Il a donc été ordonné qu’il soit enlevé immédiatement »

Cela n’a évidemment pas plu du tout à Google, qui n’a bien sur pas reçu de demande d’autorisation pour l’usage de son logo. La firme de Mountain View a donc lancé une investigation pour reproduction illégale de sa marque.

Il y avait de l’idée, mais ils ne sont pas prêts de recommencer !