La Chine censure Winnie l’Ourson parce qu’il ressemble trop au président

Sur le web

Par Pierre le

La Chine n’est pas fan de Winnie l’Ourson, et pour cause. Beaucoup d’internautes chinois trouvent en effet qu’il ressemble au président Xi Jinping. Le gouvernement a donc pris une décision radicale : censurer le personnage de Disney.

Winnie et Tigrou

C’est le Financial Times qui indique que l’image de Winnie L’Ourson a été interdite sur Weibo et tout service chinois comme WeChat. Interdiction formelle d’utiliser l’ours de Disney, donc, sous peine de voir les autorités venir frapper à la porte.

Winnie ressemble-t-il vraiment à Xi Jinping ? Nous vous laissons seuls juges. Mais si le parti a décidé d’interdire l’image du personnage, c’est avant tout car les internautes chinois aimaient comparer Winnie à leur président, ce qui a agacé ce dernier.

Pour bien comprendre cette histoire, il faut remonter quelques années en arrière. En 2013, pour être précis. A l’époque, Barack Obama se rend en Chine et est pris en photo aux côtés de son homologue. Les internautes chinois s’amusent de cette photo en la comparant à celle du dessin animé de Disney. Xi Jinping est comparé à Winnie et Obama à Tigrou.

Le Parti Communiste ne rigole pas avec l’image du président

Par la suite, les Internautes ont continué à comparer Xi Jinping à Winnie… jusqu’à ce week-end où toute mention du personnage a été censurée. Pourquoi maintenant ? Car dans quelques mois, un nouveau congrès du Parti Communiste va se tenir en Chine, comme tous les cinq ans, et le gouvernement commence à faire le ménage.

D’ailleurs, il, faut également noter qu’il sera impossible de parler de l’événement sur les réseaux, tout comme du président.

En Chine, il n’est pas rare que les internautes utilisent des images ou des memes pour parler politique. Dans un pays où la censure sur le web est très forte, utiliser ce genre de détournements permet d’évoquer ce sujet, impossible à aborder autrement. Dans les codes Internet Chinois, c’est donc Winnie qui a été assimilé au président.

Source: Source