The Predator se montre dans une première bande-annonce inquiétante

Cinéma

Par Mathieu le

Plus de trente ans après la réalisation de John McTiernan, le Predator est toujours en vie. Cette fois, et après l’échec autant commercial que critique du reboot de Nimrod Antal initié en 2010, c’est Shane Black, a qui l’on doit notamment Iron Man 3 ou l’excellent The Nice Guys, qui tente sa chance. Et à la vue des premières images, ça ne sent pas bon pour l’espèce humaine, mais aussi pour les spectateurs.

You’re one ugly motherfucker…

The Predator se veut une suite autant spirituelle que chronologique aux épisodes 1 et 2 sortis respectivement en 1987 et 1991. On y suit l’histoire de Quinn McKenna, un mercenaire qui a déjà rencontré celui qu’il appelle « l’alien » (un clin d’œil à la franchise concurrente). Et il se pourrait bien qu’il soit le dernier rempart pour la survie de l’humanité contre cet être venu d’ailleurs et nommé Predator.

Le long-métrage réunit un casting composé de Boyd Holbrook (la série Narcos, Logan ou Night Run), mais aussi le jeune et très talentueux Jacob Tremblay (Room) et Olivia Munn (X-Men : Apocalypse). Si l’on en croit cette première bande-annonce, le film veut suivre les traces de ses aînés et mélanger action, hémoglobine et survie. Selon la patronne de la Fox, Stacey Snider, le long-métrage « est plein de surprises. (…) Dès la première page, ça ne sonne pas comme un film Predator. L’action se déroule en banlieue et l’histoire nous est racontée du point de vue d’un petit garçon et de son papa. ».

Il faut dire que Shane Black a tourné The Predator dans la plus grande discrétion, ne souhaitant pas que des images soient révélées pour qu’il puisse maîtriser l’entière communication autour du long-métrage. Néanmoins, ces premières séquences n’augurent rien de bon et laissent un sentiment agaçant de déjà-vu. S’il veut convaincre, le film devra être plus original que ne laissent paraître les images. Sortie prévue le 17 octobre prochain dans les salles obscures françaises.