La NASA va étudier des échantillons lunaires recueillis il y a 50 ans et gardés précieusement scellés depuis

Espace

Par Amandine Jonniaux le

Placés sous vide pendant plusieurs dizaines d’années, ces échantillons ont été recueillis lors des différentes missions Apollo.

Crédit : NASA Commons via Flickr

Depuis le 16 juillet 1969, plusieurs missions d’exploration de la surface lunaires ont été menées par la NASA. En quatre ans de conquête spatiale, les différentes missions Apollo auront permis de ramener plus de 380 kg de roches et débris lunaires en tous genres. Des échantillons pour la plupart étudiés par les scientifiques dès leur arrivée sur Terre mais pas tous.

« Ces échantillons ont été délibérément conservés afin que nous puissions tirer parti des moyens technologiques plus sophistiqués qui sont aujourd’hui à notre disposition, et que nous n’avions pas à l’époque » – Lori Glaze Directrice du Planetary Science Division de la NASA

Crédit : NASA

50 ans après le premier pas de l’homme sur la Lune, la NASA a donc décidé de ressortir de ses chambres froides plusieurs échantillons récoltés lors des missions Apollo 15 et 17. Près d’un kilo de roche et de poussière jusqu’à présent conservées en atmosphère sécurisée pour éviter toute contamination, et désormais accessibles à neuf équipes de scientifiques. Plusieurs opérations de recherches seront menées sur ces échantillons, et devraient permettre aux scientifiques d’en apprendre un peu plus sur l’environnement lunaire avant une nouvelle mission habitée sur la Lune.

« En étudiant ces précieux échantillons lunaires pour la première fois, une nouvelle génération de scientifiques nous aidera à mieux comprendre notre voisin lunaire, afin de nous préparer à la prochaine ère d’exploration de la Lune » – Thomas Zurbuchen, administrateur adjoint de la NASA

En relançant de plus belle ses recherches sur le sol lunaire, l’organisation spatiale américaine a clairement fait savoir qu’elle envisageait très prochainement de retourner sur notre satellite, et elle n’est d’ailleurs pas la seule. Dans le monde entier, plusieurs autres agences envisagent, elles aussi, de fouler à nouveau le sol lunaire.

Source: NASA