Un quart du trafic internet en France est accaparé par Netflix

Sur le web

Par Olivier le

Netflix dévore littéralement le trafic internet en France. L’Arcep, le régulateur des télécoms, a relevé que le service de streaming représentait 23% de l’usage internet fin 2018.

Quasiment un quart du trafic sur internet en France provenait de Netflix en fin d’année dernière. La progression du service de SVOD est notable, puisqu’en 2017 il accaparait (déjà) 14% à lui tout seul. Un véritable mastodonte qui engloutit la bande passante !

Les géants du web dévorent la bande passante

Mais à en croire les derniers chiffres, la gourmandise de Netflix s’explique assez facilement : le service compte en effet plus de 5 millions d’abonnés en France, qui consomment toujours plus de contenus transitant par les tuyaux des FAI.

Le rapport sur l’état d’internet en France de l’Arcep explique également que plus de la moitié du trafic généré l’an dernier était le fait de quatre fournisseurs de contenus américains : Netflix donc, mais aussi Google, Facebook et Akamai, un CDN (Content Delivery Network) dont les serveurs cache sont utilisés par Apple et Microsoft pour distribuer du contenu aux internautes français.

Ces quatre opérateurs ont pesé pour 53% du trafic internet dans l’Hexagone, d’après le régulateur. Le président de l’autorité, Sébastien Soriano, tire la sonnette d’alarme : « Les « big tech » sont en train de se doter d’avantages structurels avec une maîtrise de plus en plus forte de leurs infrastructures comme des câbles sous-marins ou la possibilité d’installer des serveurs chez les opérateurs. Pouvoir se déployer à cette échelle n’est pas donné à tout le monde. Cela leur permet de distancer les autres », explique-t-il auprès de 01Net.

L’inquiétude de l’Arcep est que la position de ces quatre fournisseurs rendent très difficile l’émergence de petits acteurs ou de nouveaux entrants. Pour l’autorité, il faut donc réguler par la donnée et donner des outils aux utilisateurs pour qu’ils puissent avoir la liberté de choisir leur fournisseur. Plus facile à dire qu’à faire, l’Arcep s’attaque là à des géants d’internet…

Source: 01Net