Après les Aliens de la Zone 51, les internautes veulent débusquer le monstre du Loch Ness

Buzz

Par Remi Lou le

À l’heure où nous écrivons ces lignes, 25 000 personnes se sont donné rendez-vous le 21 septembre prochain en Écosse via un événement Facebook, dans le but de débusquer le fameux monstre du Loch Ness.

Depuis l’énorme buzz de cet événement Facebook rassemblant aujourd’hui presque deux millions de participants et proposant d’envahir la Zone 51 le 20 septembre prochain pour révéler les Aliens au grand jour, le réseau social semble être devenu le moyen privilégié pour percer les mystères de l’univers. Prochaine étape : révéler la présence de Nessie, le monstre du Loch Ness. C’est en tout cas l’objectif très clairement affiché de l’événement du 21 septembre « Envahissons le Loch Ness : Nessie ne peut pas se cacher de nous tous » qui rassemble déjà plus de 25 000 participants et presque 50 000 internautes intéressés sur Facebook.

Après les extraterrestres… le monstre du Loch Ness ! 

Les 20 et 21 septembre prochains pourraient bien devenir des jours à marquer d’une pierre blanche…Le but de ce nouvel événement : fouiller de fond en comble le célèbre lac afin de trouver Nessie, cette énorme mascarade créature légendaire toute droit sortie de la préhistoire et supposément nichée dans les profondeurs du lac écossais.

Capture d’écran Facebook

Le créateur de l’événement est un certain Bryan Richards, un Californien régulièrement encensé par ses pairs pour ses masques faciaux de hamburger, comme le laisse entendre son profil Facebook. Celui-ci appelle tous ceux qui le souhaitent à le rejoindre le 21 septembre afin de fouiller le Loch Ness, et ainsi affirmer ou démonter le mythe qui entoure encore aujourd’hui la créature.

Les autorités s’inquiètent d’un afflux sur le lac

Malgré le caractère résolument comique de l’événement et de son créateur, cette opération ne fait pas du tout rire les autorités. La Royal National Lifeboat Institution, une association écossaise en charge des sauvetages en mer, met en garde les internautes de la dangerosité d’une telle opération.

« Une inva­sion du Loch Ness peut sembler moins risquée qu’une inva­sion de la Zone 51, étant donné l’ab­sence de l’US Army, mais nous avons nos propres problèmes (…) Notre bateau de sauve­tage Atlan­tic 85 a une capa­cité impres­sion­nante, mais même lui ne suffira pas à accueillir tous les “parti­ci­pants” de l’évé­ne­ment » a déclaré une porte-parole de l’association au Huffington Post.

Si les internautes du réseau social fondé par Mark Zuckerberg se décident vraiment à se rejoindre le 21 septembre prochain sur le lac, ils ne risquent pas tant d’être avalés par une supposée créature aquatique que d’être engloutis par la grande profondeur du lac, qui peut atteindre 227 mètres sous la surface. Reste maintenant à attendre septembre pour savoir si les utilisateurs de Facebook qui ont indiqué vouloir participer à l’événement se jetteront à l’eau (littéralement), ou pas.