Dossier

Notre guide de réussite en Escape Game : les 12 conseils d’une des meilleures équipes de Paris !

Ne restez pas bloqué trop longtemps sur la même énigme

Chronique

Par Corentin le

4 – Ne restez pas bloqué trop longtemps sur la même énigme

Il ne sert à rien de trop se creuser la tête sur la même énigme pendant 10 minutes. Si vous n’y arrivez pas, il n’y a que deux solutions possibles :

– Allez chercher l’élément qui vous manque.

– Passez le relai à quelqu’un qui sera capable de la résoudre plus rapidement que vous.

Dans les deux cas, passez à autre chose. Annoncez clairement que vous n’avez pas réussi et passez éventuellement le relais à quelqu’un d’autre. « Il faut prendre sur soi et accepter le fait de laisser quelqu’un d’autre s’en occuper, conseille Agnès. » Quant à Gugli, il préconise de varier ses activités : « Quand on bloque, il faut se poser, changer d’air et inverser les ateliers entre les équipes. »

Au moment de laisser tomber temporairement une énigme, observez-là bien, et essayez de comprendre ce qu’il vous manque. Vous pourriez alors tomber sur l’élément qui vous fait défaut plus tard et savoir immédiatement où vous pourriez l’utiliser.

TL;DR : Ne bloquez pas indéfiniment sur une énigme. Essayez d’analyser ce qu’il vous manque et passez le relais à quelqu’un d’autre.

La bonne entente du groupe permet une bonne communication en pleine partie.
La bonne entente du groupe permet une bonne communication en pleine partie.

5 – Pensez simple, pas simplet

Ne partez pas trop vite en besogne et gardez à l’esprit qu’aucune énigme ne nécessite d’avoir Bac + 12 en astrophysique pour être résolue. Si vous bloquez sur un problème, c’est le plus souvent qu’il vous manque un élément.

Élodie confirme cette vision des choses. « Il faut penser simple, mais pas simplet. Évidemment, il faudra réfléchir un minimum pour la plupart des énigmes, mais si vous commencez à poser des équations différentielles du second degré pour résoudre un truc, c’est que vous n’êtes pas sur la bonne voie. » Gardez toujours ça à l’esprit quand vous commencerez à résoudre ce que les Key Counters appellent les énigmes « Passeport Vacances ». « Mais si tu sais, les problèmes qu’on avait dans les cahiers de vacances quand on était petits, explique Pierre-Yves. Du style « 3 bananes + 5 pommes = 10 ananas. » » Bref, si vous bloquez sur ce genre de choses, c’est peut-être parce qu’il vous manque, quelque part, une carte qui vous indique combien vaut une banane.

TL;DR : Les énigmes sont souvent plus simples qu’on ne le pense. En cas de blocage, il est très probable qu’il vous manque simplement un élément.

6 – Ne pas avoir peur de rater des bouts de la room

Une escape room n’est pas un livre ou un film. Vous n’allez pas et ne pourrez pas tout faire et tout voir. Acceptez le fait que vos petits camarades puissent faire avancer certaines choses dans leur coin sans que vous y soyez associés. « Il ne faut surtout pas avoir peur de rater des bouts de l’escape room, rappelle Pierre-Yves. Et puis il ne faut pas oublier qu’à la fin, il y a le debrief où on refait toute la room avec la GM ! »

La plupart des escape games font en sorte qu’un GM s’occupe que d’une seule équipe à la fois. Le but est évidemment de vous donner des indices pertinents, mais également de vous faire un debrief personnalisé à la fin. Alors, pendant la résolution de la salle, mettez tout en œuvre pour sortir et ne vous laissez pas distraire par votre curiosité. On vous racontera tout à la fin.

TL;DR : Vous allez rater des choses en faisant la room, mais vous pourrez en discuter après. Alors relax.

7 – Faites confiance à tout le monde, sauf quand il s’agit de fouiller la pièce

La fouille est une part primordiale de la résolution d’une pièce et tout le monde doit y passer, car c’est la première chose que l’on fait quand on y rentre. Sauf qu’il est extrêmement facile de passer à côté d’une clé scotchée sous un tiroir ou d’un double fond dans une boîte. Ainsi, quand quelqu’un vous dira qu’il a bien regardé partout dans l’armoire et que c’est bon il n’y a plus rien, félicitez-le… avant d’aller fouiller l’armoire à votre tour. Avec la communication, c’est peut-être le facteur le plus important dans la réussite d’une équipe. Alors, gravez au cutter ce principe énoncé par Hugues sur votre front :

« IL NE FAUT JAMAIS FAIRE CONFIANCE AUX AUTRES QUAND ON CHERCHE. IL FAUT TOUJOURS REPASSER DERRIÈRE. »

Cette petite règle simple devrait vous épargner pas mal de galères. Et d’ailleurs, ne soyez pas timides quand vous fouillez. Tant que vous ne cassez rien et respectez les consignes du GM, tout est permis. Alors, retirez les tiroirs, enlevez les coussins des divans, roulez les tapis… faites les choses bien.

Et ne vous sentez pas mal pour le GM, c’est aussi son travail de ranger derrière.

TL;DR : Retournez-moi cette pièce. Et retournez-la encore. Même si votre coéquipier vous a dit qu’il l’a déjà retournée. Et dites à vos collègues de retourner la pièce derrière vous. Répétez les 4 étapes précédentes autant de fois que nécessaire.

Le Key Counters s’apprêtent à entrer dans la salle.
Le Key Counters s’apprêtent à entrer dans la salle.

8 – Mettez le souk, mais restez organisés

La fouille d’une pièce est souvent synonyme de désordre dans la pièce. Pour autant, tout ne doit pas traîner partout. Les Key Counters utilisent une organisation simple, mais efficace. « On essaye de poser tous les objets qu’on n’a pas utilisés à un seul endroit, raconte Agnès. Pour les objets qui ont déjà servi, comme en général ils ne servent qu’une seule fois, on les met dans un coin de la pièce. »

Et c’est un système qui marche ! À condition de bien faire attention avant de jeter un objet aux rebus. Vérifiez bien s’il n’y a pas un deuxième élément caché dans le premier. Si un objet se sépare en plusieurs parties, vérifiez bien chacune d’entre elles avant de vous en défausser. Et, évidemment, en cas de doute sur un objet, si personne ne se souvient l’avoir déjà utilisé, il vaut mieux le garder parmi les éléments non utilisés plutôt que de le mettre de côté et d’oublier définitivement son existence.

TL;DR : Constituez un endroit accessible qui servira d’« inventaire » et mettez les indices déjà utilisés dans un coin. Tournez un indice 7 fois dans vos mains avant de le défausser définitivement.

9- N’hésitez pas à demander des indices si vous pensez qu’il y a un problème

Les GM sont des personnes formidables qui ne sont là que pour servir votre amusement. Leur objectif n°1, c’est que vous passiez un bon moment. Ils ont beau vous avoir enfermé dans une salle, ils n’en sont pas sadiques pour autant et sont heureux quand vous l’êtes.

Cependant, les GM ne sont pas dans vos têtes. Il peut parfois arriver que vous n’ayez pas avancé d’un iota depuis 15 minutes, que vous êtes vraiment bloqués et que cela devient frustrant pour tout le monde. Si rien ne se passe, Pierre-Yves considère qu’il vaut mieux s’adresser directement au GM qui, dans la plupart des cas, vous entend : « Il ne faut surtout pas hésiter à demander un indice au GM en cas de problème. »

C’est un cas de figure qui arrive rarement, car le GM est censé surveiller votre progression et s’assurer que tout va bien. Et si jamais, vous vous inquiétez pour rien, il vous donnera simplement un petit message d’encouragement : « Vous êtes sur la bonne voie ! Continuez ! » De quoi ne plus être inquiet et se remettre efficacement au travail.

L’inverse est aussi vrai. Si vous souhaitez un peu plus de défi, vous pouvez très bien demander au GM de ne pas vous donner d’indices. C’est ce qu’ont décidé de faire les Key Counters qui préfèrent demander des indices au compte-gouttes, uniquement quand ils en ont réellement besoin. Ce soir-là, ils en auront demandé et obtenu 3. Si même les meilleurs le font, ne soyez pas gêné pour le faire vous-même !

TL;DR : Si vous bloquez et que cela devient frustrant pour l’équipe, n’hésitez surtout pas à demander un indice au GM qui vous entend.